* Esgalduin RPG *
Coucou!
Le forum devient privé ! Une raison ? Duuh, moins on est de fous, plus il y a de gâteaux de riz ! Wink
Il va donc falloir se connecter pour accéder aux topics. Pour les p'tits nouveaux, je vous conseille plutôt Orphelinat Sanada, Fantastica ou Dreadful !


Bienvenue à Esgalduin, une ville déchue, désormais contrôlée par les Rebelles. Mais la victoire reste fragile et tout peut basculer. De quel côté serez-vous alors ?

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Bienvenue sur le Continent {Pv Nadia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Bienvenue sur le Continent {Pv Nadia Mar 16 Sep - 17:23

29 juillet ; 30 juillet ; 31 juillet

Il avait quitté Our Lands, amenant, comme promis, la jeune morte avec lui. Belphégor n'avait pas faillit à sa promesse. Bien qu'il n'eut pu trouver aucun magasin apte à lui délivrer commande sous les conditions qu'il avait imposé, il avait tout de même ramené à la damoiselle une valise emplie de vêtements de grande marque. Les tenues, pour la plupart assez dénudée cependant, oscillaient en couleur entre le noir et le rouge. Bien sûr, il avait quelques regrets de n'avoir pas pu lui en trouver de plus adéquat, mais dans le temps imparti, il avait réellement fait ce qu'il pouvait.

Avec sa compagne, ils se dirigèrent vers la frontière en voiture. Belphégor conduisait, bien qu'il n'eut jamais passé son permis. Pour l'avoir longuement étudié dans un livre, il savait faire fonctionner une voiture à la perfection. Un album de chanson était diffusé dans le lecteur audio et l'ambiance se voulait presque heureuse. L'on oubliait presque que la voiture était volée et que le départ s'apparentait plus à une fuite. Lentement, un voile fragile avait recouvert le désespoir enserrant les deux âmes, cachant pour quelques instants seulement l'impératif d'une fin tragique. Le territoire traversé, le jeune Yōkai freina sur le parking des quais. Un paquebot, immense, les y attendait. En général, l'Inu n'aimait pas voyager en grande pompe. Mais l'avion le mettait mal à l'aise et pour se fondre dans la masse, mieux valait encore utiliser le moyen de transport le plus courant. Chercher à traverser les continents dans une autre embarcation reviendrait justement à se faire remarquer.
S'il n'était pas de nature très bavarde, il ne pouvait cependant se permettre de rester muet et expliqua avec un calme olympien les formalités du voyage à son amie. Ils allaient prendre le bateau pour deux nuits puis ils arriveraient en Nórë. Durant le trajet, ce n'était pas la peine de se mêler au reste des passagers. Lui resterait dans la cabine, quant à elle... Elle pouvait bien visiter un peu mais ça n'était pas tout à fait prudent. Pas que le paquebot soit dangereux, mais les 'autres gens' ont toujours cette tendance désagréable à chercher la confrontation. Les repas, de toute façon, étaient livrés dans la cabine. Ils avaient chambre séparée mais les deux cabines étaient l'une à côté de l'autre au cas où il y aurait un problème. Il ne devait malgré tout pas y en avoir... Normalement. Les Zombies comme les Vampires pouvaient voyager bien que pour les premiers, Nórë n'était pas une escale habituelle.


Le trajet dura donc deux jours au bout desquels le Vampire sauta du bateau sans prendre la peine d'utiliser l'escalier déployé pour permettre aux passagers de descendre. Il avait bien eu le temps de réfléchir et n'avait pas perdu de vue sa mission qui, au fond, pouvait être plutôt plaisante. Si Furu l'avait envoyé en Nórë, c'était pour suivre Zune et 'faire échouer tous ses plans sur les quatre prochains mois'. Bien qu'il savait cela particulièrement dangereux, l'idée de faire communément 'chier' la Vampire semblait tout à fait délicieuse. Du coup, la plupart de ses nuits seraient consacrés à la filer, ce qui l'embêtait un peu car il n'aura plus beaucoup de temps pour s'occuper de celle qu'il avait prise en protégée.

Une fois débarqué, il avait les idées claires. Il se retourna vers sa compagne et lui dit ceci :
- Tu sais monter à cheval ? La voie de chemin de fer a été détruite par les rebelles. Ils louent des chevaux et des calèches à deux pas.

...Et il n'avait vraiment aucune envie de rentrer dans une calèche ! Quant à la voiture... L'on pouvait en trouver des électriques, spécialement conçues pour ne pas polluer le magnifique paysage fleurie de Nórë. Mais en location, que nenni. Il ne se sentait pas de voler à nouveau une voiture.
Alors il loua pour la jeune femme un cheval brun et s'en loua un pour lui aussi. Il grimpa dessus sans style, griffant au passage la bête pour éviter d'en tomber. La bestiole, évidemment, ne l'en aima que moins et il fut difficile pour lui de la contrôler. Mais enfin, les deux êtres sur leurs chevaux, la suite du trajet pouvait se faire.
Impossible d'ignorer la magnificence d'un paysage dépourvu pour sa majeure partie d’industrialisation. Les champs de fleurs s'étendaient à perte de vue et les arbres se dressaient majestueusement, créant nombres forets et bois. Les chevaux, habitués à marcher dans de tels lieux, ne semblaient pas gênés d'escalader des falaises abruptes ou de déraper dans des marais gluants. De temps à autre, une montgolfière ou un ballon dirigeable passaient au dessus de leur tête. Plus rarement, c'était un avion qui volait bien trop haut, craignant une attaque soudaine des rebelles. L'on se rapprochait d'Esgalduin et la ville n'aimait pas à être espionnée depuis le ciel. Tout appareil volant était immédiatement abattu.

Il fallut donc une nouvelle nuit à chevaucher pour arriver à la ville fortifiée d'Esgalduin. Belphégor, un grand habitué du lieu, n'eut qu'à lever le bras en direction des gardes pour que ceux-ci ouvrent l'immense et lourde porte. Il était alors bien cinq heures du matin et le soleil n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez. Tirant de plus belle sur la capuche de sa cape, Belphegor descendit de cheval, invitant sa compagne à faire de même, et avança dans les rues d'Esgalduin. La ville, quoique rustique de prime abord, était belle. Les rues se trouvaient spacieuses et assez vides pour permettre aux deux étrangers d'y marcher librement, les maisons étaient simples, anciennes pour la plupart, elles attachaient au lieu un charme désuet. Seuls deux immeubles étaient présents : L'un était un petit quatre étages servant à loger les personnes de petits revenus et l'autre, immense, imposant et sentant le neuf à des kilomètres, était le Palace Hôtel. S'il avait été récupéré par les Rebelles qui en avaient redistribués les chambres, il avait autrefois été l'endroit où tous les grands de ce monde venaient séjourner. L'hybride vampire n'accorda que très peu d'importance au spéctacle que lui offrait sa ville. D'après lui, tout le charme du lieu était mort en même temps qu'était morte Lysia, à son arrivée ici. Il attacha les animaux par la bride sur la barrière de la pharmacie. D'un pas lent, il en monta les marches et il semblait bien que le jeune homme eut alors un millénaire tant il lui fut dur de retourner dans ce magasin. Il en poussa la porte, restée ouverte pour permettre à tout le monde de se servir en médicaments, et grimpa les escaliers tout au fond.

La pharmacie était d'un style ancien, usé. Cela était surement dû au fait que l'ancienne propriétaire, une Vampire d'un certain âge, avait laissé en cet endroit l'empreinte de sa longue existence. Pas une seule fois, il n'était venu à l'esprit de la Vampire de renouveller la demeure. Elle l'aimait comme elle était et l'a aimé ainsi jusqu'à la révolution, qui mit un terme à la vie de cette personne. On sentait donc le vieux bois dont le vernis s'était écaillé avec le temps. L'ébène, brun très foncé, rendait le lieu sombre. Les étagères étaient rongées par les termites et les produits qui n'avaient pas encore étés volés s'entassaient maladroitement, près à tomber à la moindre secousse. Sur le comptoir dormait un chat noir. A l'arrivée des deux individus, il s'éveilla en sursaut et feula férocement.
Les escaliers grimpés, l'Inu s'arrêta dans le couloir et montra d'un geste les deux chambres s'y trouvant. Il lui en attribua une pour la journée et prit l'autre.

La journée se passa sans réel incident et lorsque Belphégor s'éveilla, il entreprit de chercher la demoiselle.
Belphegor Wolfberg
[ Voyageur ۩ ]
avatar
Age : 17

Feuille de personnage
Race: Inu-Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bienvenue sur le Continent {Pv Nadia Sam 20 Sep - 21:12

J'attendais sur la même tombe de la veille depuis des heures, en fait je n'en avais pas bougé pour ainsi dire. J'étais réellement impatiente, mais à un point, inimaginable, je crois que jamais je n'ai pu vivre se sentiment auparavant. D'habitude le temps passait rapidement, enfin normalement quand on est habituée à rester au même endroit et à tourner en rond à longueur de journées, de semaines, de mois... Et pourtant, c'est comme si le temps se moquait de moi, la chose que je voulais le plus à présent, cet espoir de recommencer tout à zéro, d'avoir une nouvelle vie, pourquoi est-ce que le temps passait plus lentement, pourquoi les heures se rallongeaient comme ça ? De toute façon, je n'ai rien d'autre à faire que d'attendre sans vraiment savoir à quel moment je n'aurai plus besoin d'attendre. A part quand il viendra, ça c'est évident, mais quand est ce qu'il viendra ? Est ce qu'il pourra revenir ? Est ce que tout va bien se passer ? Ces questions, je ne mes les posais pas avant, je n'avais pas à me poser de question puisque je n'avais rien à faire, alors pourquoi maintenant que je dois seulement attendre, je me pose tant de questions ? Ça n'a pas de sens, puisque quand je ne faisais rien, j'attendais aussi...

Je m'étalais un peu plus loin sur un carré d'herbe qui bordait le cimetière et je regardais le ciel bleu du milieu d'après-midi, je ne pensais plus à rien, juste que je ne reverrai peut-être plus jamais cet endroit macabre. Plus que quelques heures à attendre, ça va aller, tu vas voir.

Pour le coucher de soleil, j'étais montée sur la petite chapelle à l'autre bout du cimetière, depuis le toit, je pouvais admirer la disparition du soleil du début à la fin. C'était un joli spectacle, et j'y assistais assez régulièrement, mais sans jamais m'en lasser, à chaque fois les nuages changent de forme et de couleur, alors c'était comme regarder un tableau que le peintre modifiait chaque jour parce que tel ou tel détail ne lui plaisait plus. Les derniers rayons de l'astre de feu laissés place à de petites étoiles qui étincelaient au milieu de cette océan noir. C'est vraiment joli.

Les minutes passèrent tout aussi doucement qu'avant, mais j'avais rejoins la tombe et je prenais le temps d'observer les étoiles, les constellations que je ne connaissais pas du tout, et toutes ces lumières qu'une nuit étoilée peut nous offrir.

Des bruits de pas traversèrent le cimetière, je relevais la tête pour voir Belphégor me rejoindre avec une valise. Après me l'avoir tendu, j'y avais jeté un coup d'oeil, il y avait beaucoup de vêtements, du rouge et du noir, mais je n'avais encore rien sorti, ce n'est pas le moment pour les essayages. Je la refermais et nous nous mettions en marche. Ça y est, c'est parti... Avant de partir de ce cimetière qui m'avait accueilli pendant des mois, je me retournais une dernière fois pour le regarder de long en large et fit un petit signe de main que quelques fantômes verront surement.

Une heure était déjà passée, et je n'en revenais pas ! Je suis dans une voiture !! La seule fois que je suis montée dans une voiture c'était avec les Fishbones, on en avait volé une, mais à peine sorti de la ville, on s'était retrouvé planté dans un fossé... Je n'ai pas tellement de regret parce que je ne conduisais pas, et en plus, c'est trop peu discret de voler ce genre de choses, c'était bien mieux ainsi qu'elle ai fini dans cet état. Pendant un instant je me figeais sur place, des souvenirs me revenaient, par morceaux, des visages, des prénoms, des moments passés...

Belphégor, je me souviens du nom de la ville d'où je viens, c'est Nekotopia...

Une fois ce détail passé et le plaisir de me souvenir d'une partie de mon passé, on était arrivé sur des quais, surement à l'autre bout du pays. Et si on est ici, ce n'est surement pas pour regarder l'herbe pousser. Mais j'étais quand même très loin de m'attendre à ce qu'il me fasse monter sur un navire absolument géant, je n'avais jamais rien vu de tel. Un paquebot d'une taille pareille ne pouvait accueillir que des gens fortunés, j'en étais presque gênée de monter à bord, mais je suivais quand même Belphégor qui m'expliquait les modalités du voyage. Je me demande vraiment s'il était sérieux quand il disait qu'il valait mieux que je reste dans ma cabine... Je suis sur un bateau de grand luxe ! Comment peut-il s'imaginer que je vais rester enfermer dans un truc aussi petit à côté des couloirs béants de l'édifice et tous ces extras plus qu'attirant pour quelqu'un comme moi ?! Pendant deux jours et deux nuits, je m'amusais à porter les vêtements que Belphégor m'avait apportait. Au début j'eu un doute quand j'ai vu que j'étais assez dénudée en les portant, je regardais ensuite ma tenue habituelle et changeais immédiatement d'avis, ça n'était pas franchement différent. A la seule exception des tons rouges que je n'ai pas tellement l'habitude de porter, je préfère le bleu. Enfin peu importe, j'ai pu profiter de la piscine, des différents points de vue sur l'horizon océanique, et de tout ce qu'il peut y avoir dans un endroit aussi magnifique.

Finalement, nous étions arrivé assez vite à destination, peut-être un peu trop vite même... Je regardais Belphégor descendre sans vraiment se fouler, au sens moral comme au sens physique. Par manque de confiance en moi pour tenter la même chose, je préférais encore prendre l'escalier, comme n'importe qui le ferait...


- Tu sais monter à cheval ? La voie de chemin de fer a été détruite par les rebelles. Ils louent des chevaux et des calèches à deux pas.

J'eus un petit moment d'angoisse à l'idée de monter sur des chevaux, je n'en ai jamais vu de ma vie...

Je... Je sais à quoi ça ressemble un cheval, mais je n'en ai jamais vu en vrai, et je sais pas monter dessus...

Je n'avais pas eu du tout le choix en fait. Me voila en selle avec bien du mal, aidé par celui qui nous a loué les chevaux. Je lui avais bien expliqué que je n'avais fais ça avant, il m'accorda un peu de son temps avec une gentillesse infinie pour m'apprendre un peu à chevaucher. C'était pas facile et j'avais peur de faire quelque chose que ma monture n'aimerait pas, le marchand m'a quand même convaincu de ne pas m'inquiéter.
Et c'est ainsi que je me retrouve à parcourir des paysages époustouflants d'un autre monde tout nouveau pour moi en compagnie d'un bon samaritain qui m'a permis de vivre ces trois derniers jours comme jamais je ne l'aurais espéré depuis ma naissance, et ma renaissance.

Au bout de deux nuits de chevauchée, nous étions enfin arrivés devant les grandes portes d'une ville qui m'avait tout l'air d'être fortifiée et militarisée. Belphégor fit un simple geste qui nous permit d'entrer. Et je pus découvrir maintenant une ville dont les maisons paraissaient plus âgée que tout ce qu'on avait pu croiser jusqu'ici, à l'exception d'un immense bâtiment implanté au milieu de la cité. Je ne prenais pas tellement le temps de tout regarder, le vampire pressait le pas à cause des rayons du soleil qui pointaient le bout de leur nez. On rentrait donc dans une pharmacie, elle avait l'air d'avoir traversé les siècles en tenant bon tout ce temps, une ambiance très particulière y régnait, mais je n'y faisait pas attention. En passant dans la boutique, on avait réveillé un chat noir qui dormait sur le comptoir je crois, il se mit à feuler. Je lui dis coucou en lui faisant un petit geste de la main rapide juste avant de m'engouffrer dans un escalier nous menant jusqu'à un couloir disposant de deux portes. Juste deux chambres très simples, il me désigna la mienne, dans laquelle je rentrais immédiatement, posant ma valise, déballant quelques affaires en lui souhaitant un bon repos. Maintenant seule pour la journée, je redescendais quatre à quatre les marches et sortais de la pharmacie, ce n'était pas très prudent, mais au point où j'en étais, je n'en avais plus rien à faire. Je me décidais à me balader dans la ville. J'avais jeté un oeil aux alentours pour me repérer, une grande rue menant à la porte de la ville, de la où nous sommes arrivés, les grands mur d'enceinte, les vieilles maisons si différentes, je pense que je vais réussir à retrouver la pharmacie ce soir !
Nadia Fortune
[ Voyageur ۩ ]
avatar

Feuille de personnage
Race:
Pouvoir:
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bienvenue sur le Continent {Pv Nadia Dim 21 Sep - 22:21

- Belphégor, je me souviens du nom de la ville d'où je viens, c'est Nekotopia...

L'Inu, surpris, ne répondit rien. Il avait quelques connaissances livresques de la chose et cet endroit, Nekotopia, était celui qu'ils quittaient. Enfin, en partie du moins car la ville avait été séparée en deux. Rien ne subsistait de la ville natale de sa compagne... Lui aurait aimé que rien ne subsiste de son lieu natal.
Il lui en parlera surement plus tard... Pour le moment, cela ferait trop d'émotions à la fois et pourrait la convaincre de rester dans les Méandres... Hors de question !

Il avait eu quelques appréhensions quant à laisser la Zombie s'amuser sur le bateau. A vrai dire, il croyait que celle-ci risquait de céder à ses instincts et de commencer à manger les passagers... Pourtant, tout s'était très bien passé et c'est avec un immense soulagement que Belphégor constata qu'elle était en tout point digne de confiance. Il se décida même à jouer le jeu une fois, l'accompagnant un peu au milieu des autres personnes, un béret vissé sur sa tête cachant ses deux oreilles.

Elle avait, semble-t-il, un peu de mal avec les cheveux. Aussi, une fois le trajet finit et les deux compagnons descendus du bateau, cela s'avérait compliqué de continuer la route. Belphégor était bien décidé à la laisser se débrouiller seule, pour qu'elle puisse apprendre à le faire. Il avait l'impression de la materner quelque peu depuis le début du voyage et se doutait qu'une approche rapide de l'équitation ne serait pas mauvais.
Malheureusement le loueur se chargea de le remplacer dans son rôle de tuteur et le chien soupira bruyamment, levant les yeux au ciel.

Le reste du trajet se passa calmement. Nulle ruade dangereuse ou subit lever de soleil ne vint endommagé un si beau voyage. Lorsqu'ils arrivèrent, Belphégor tomba comme une masse sur son lit.

Au réveil, il se sentait étrangement calme. Son office devait commencer dès cette nuit pour être sûr de ne pas faillir à sa mission. Mais avant de chercher à retrouver sa créatrice, il devait d'abord s'assurer que tout se passait bien avec la Zombie. Il la chercha dans la maison sans succès mais finit par la retrouver sur le pas de la porte, au moment où celle-ci rentrait. Peut-être s'était-il éveillé un peu trop tôt ? Il avait le sommeil si léger...

- Salut ! T'as eu le temps de visiter ? Comment tu trouves le coin ? Un sourire un peu gêné d'être forcé de lancer une conversation souleva un coin de ses lèvres. T'es pas déçue d'être venue, au moins ? Il réfléchit quelque seconde avant de l'inviter à dîné. Je t'emmène au restaurant, ça te tente ?
Belphegor Wolfberg
[ Voyageur ۩ ]
avatar
Age : 17

Feuille de personnage
Race: Inu-Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bienvenue sur le Continent {Pv Nadia

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur le Continent {Pv Nadia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Faut-il se passer des scrutins sur le continent noir? Est-ce l'image d'Haiti?
» Acqua & Sapone => Bienvenue en Italie !
» Bienvenue au FIER-Demande d'adhésion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* Esgalduin RPG * :: Esgalduin ¤ Ville :: Marché :: Pharmacie "Les Déchus" :: Petit Appartement Désert-