* Esgalduin RPG *
Coucou!
Le forum devient privé ! Une raison ? Duuh, moins on est de fous, plus il y a de gâteaux de riz ! Wink
Il va donc falloir se connecter pour accéder aux topics. Pour les p'tits nouveaux, je vous conseille plutôt Orphelinat Sanada, Fantastica ou Dreadful !


Bienvenue à Esgalduin, une ville déchue, désormais contrôlée par les Rebelles. Mais la victoire reste fragile et tout peut basculer. De quel côté serez-vous alors ?

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Des affaires qui roules (privé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Des affaires qui roules (privé) Ven 7 Nov - 23:21

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que je revenais de voyage depuis Sérès. Afin de revenir à Esgalduin faire mon rapport sur les derniers évènements. Je commençais à trouver le temps longs, que je préféra laisser mes marionnettes étais une chose, mais étais-je obliger de partir sans mon charriot. Enfin je n'allais pas me plaindre, cette grande marche à pied me permis de reconnaitre les différentes zones parcourus. j'avais même trouver des hache sur le chemin, je ne me permis d'en emprunter trois pour une durée que je déterminerais ultérieurement. Il n'empêche qu'il était chiant de devoir ce les trimballer. Mais au moins, sa allais pouvoir me servir. J'avais tans d'idée à satisfaire, mais si peu de matériaux. Je trouvais ça triste, il allais me falloir résoudre se léger contretemps, se qui ne saurais être un vrai problème. Le seul ennui que j'avais c'était la longueur du chemin que j'avais à faire. J'avouais certes aimer marcher, mais j'avais tous de même mes limite, surtout si la route se montrais aussi ennuyeuse que celle-ci. Enfin je n'avais pas encore trop à me plaindre, j'avais par chance croiser des gens qui en voulais à une bourse que je n'avais pas. C'était vraiment des type sympathique avec un sens de l'humour redoutable aussi bien, que je leur coupa les testicules et les rangea dans leur bourse respective, j'étais assez fière de moi, grâce a moi ses gens avais désormais les bourses pleine. J'étais ravi d'avoir pu aider quelqu'un, cela m'avais donnée de l’entrain à ma démarche, ainsi j'avais accélérer le pas. Alors que je perçus les immonde mur qui entourais Esgalduin.

-Enfin!!! Attention me voila!

Je me mis à courir droit vers la ville, comme un dérater avec mes hache dans les bras. D’ailleurs je ne cacha pas que j'eus du mal à rentrer, se que je n'arriva pas à faire d'ailleurs. Je resta à l'extérieur des mur, sortant de mon réceptacle et me dirigeant droit vers mon chariot. Enfin j'eus pris le temps de m'arrêter faire quelque blague par ci par la. Alors que je continuais ma route, je pouvais entendre les gens râler mécontent de se qui venais de leur arriver. Moi je trouvais sa marrant. J'avais élu domicile dans un draps qui séchais. Je me mis à sauter sur les gens afin de leurs faire peur. Il m'étais tordant de les voir courir dans tous les sens. Je me dirigea donc de nouveaux au près de mon charriot dans lequel j'avais laisser mes affaires. Je m'installa dans le corps de Quasimodo et partis voir si je ne trouvais pas Zune, mais sans succès, je n’aperçus pas même Orianna. Je laissa un message en gros écris sur le mur de la chambre dans là-quel on avais séjourné il y a deux jour de cela afin qu'elle puisse me retrouver en cas de besoin. Je retourna alors au charriot, prenant la place du cocher. Je me dirigea désormais en direction de l'entrée de la ville. Ou je retrouva "Puppet master". Alors que je retourna séjourné dans mon corps favoris je fis se jeter Quasimodo dans le charriot. Je continuais ma route afin de chercher un bois qui me conviendrais, mais je n'avais trouver guère grand chose d'intéressant. Quand soudain j’aperçus une cabane au loin. Curieux je ne pu m’empêcher d'y jeter un œil. Malheureusement il n'y avais personne, dommage cela aurais pu être drôle. Alors que je commença à rebrousser chemin hors de la maison, j'aperçus deux objet ma foi fort intéressants. Deux belle tronçonneuse, ébahit par tans de beauté, je me serais mis à baver s'il l'on m'aurais permis l'expression. Les deux outils ne semblais pas rempli mais il restais de quoi faire, je déposa les hache à la place et m'en alla chercher du bois. Je roula deux kilomètre plus loin avant de tomber face à un magnifique chêne.
Je descendis de mon véhicule et ramena avec moi Quasimodo que je fis saisir l'un de mes nouveaux outils. L'on s'attaqua aussi tôt à la tache, en s'y mettant à deux cela allais allez vite. Quelques minutes passèrent avant que l’arbre ne tomba au sol.


-Splendide avec ça je vais avoir quoi faire pour un sacré bout de temps ahahah! Il ne me reste plus qu'a couper ça en morceaux de différente taille et sa devrais tenir dans le chariot, après tout je n'avais pas l'intention d’emmener qui que se sois en revenche, il va me falloir me procurer du mécanisme.

Après près de trente minutes de boulot, je finis par terminé de couper tout cela et d'y entreposer dans ma roulotte.

-Je devrais me trouver un moyen de transport plus grand à l'avenir, cela risque de m'être utile et je moi bien démanteler une de ses tronçonneuses ahahah.

Alors que j'avais terminé se dont pourquoi j'étais venu, je fis soudainement face à.....
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Sam 8 Nov - 8:39

...à personne, je m'étais accrochée sous le chariot.
Il fallut bien quelques minutes pour qu'un craquement provenant de ce dernier ne me débusque. Je n'avais pas pris la peine de me soulever assez pour alléger le poids pesant sur le vieux truc branlant. Aussi, ce ne fut pas étonnant qu'il finisse par gémir.

Dans tous les cas, je sortais de ma cachette, dépenaillée comme d'habitude car c'est un art d'avoir l'air vagabonde. Du sang agglutiné et caillé dans mes cheveux témoignant que j'avais un tantinet quitté la ville d'Esgalduin. J'étais parti m'amuser moi-aussi en Sérès, restant à distance du missionnaire. J'avais tué des gens, en avais sauvé d'autre, bref, la routine.
Retirant de mon corset rouge un morceau de cerveau qui s'y était imprégné, affichant un sourire carnassier dévoilant mes quatre canines proéminentes, je saluais l'embauché.

- Tu parles souvent seul ? C'est un truc de fantôme, je suppose ? puis passais aux choses sérieuses. Alors, bien passé ? Que penses-tu de la belle ?

Je cherchais un endroit où m'assoir, me trouvant soudainement bien embêtée qu'il ait autant rempli son chariot. Il me fallut m'installer dans le vide, soutenant mon corps à l'aide de mon pouvoir de télékinésie. Assise, je fixais le jeune homme, me disant que sa marionnette aurait bien besoin d'un ponçage. Je n'étais pas du genre patiente non plus, et avait demandé à un espion lambda de me faire un compte-rendu de ce qu'il avait pu voir du couple dans le village même de Sérès. Mais le résultat était médiocre. Encore fallait-il s'estimer heureux que notre déséquilibré n'ait pas tué la chieuse sur un coup de tête... Cela aurait été carrément dommageable, car je suis sûre que la tête en question mordrait encore !
J'étais bien évidemment repassé en Esgalduin, après ma petite escapade, mais les portes de la ville m'étaient demeurées closes. Maudissant Nolwe, j'avais tout de même réussi à me faire donner des nouvelles de la foraine. Elle s'était... Taillée ? Enfin, elle n'était plus là. Il était bien possible que les Traqueurs l'eussent enlevée mais ces derniers sont un peu moins discrets dans le genre. Alors quoï ? Je doute que le fiancé de Trixie ait été aussi réactif.
Puis dans son état, je la voyais mal s'enfuir. Si ? On peut bouger avec un corps aussi gros ?
Dans tous les cas, avec sa disparition, une partie du contrat tombait à l'eau. Et bien que mon humeur me poussait à m'en foutre totalement d'un Near réparé, j'avais envoyé quelqu'un à sa recherche. Je n'étais pas nourrice et seule me fascinait chez elle la volonté qu'avait de vivre un corps se sachant répugnant. Alors, au final, c'était plutôt pour rendre service au fanfan que je faisais la démarche. Comme quoi ! J'chuis gentille quand je veux.
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Sam 8 Nov - 20:37

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors je qu'avais fini de chargé le charriot. Un bruit léger de craquement provenant de sous le chariot attira mon attention. Je ne perdis guère de temps avant de me préparer et attaquer ma cible. C'est alors que je vis Zune sortir d'en dessous l'air de rien. Je ne pu m'empêcher de sourire. A chaque fois que je la voyais, cela étais de façon inattendu. Cette fille étais pleine de surprise, se qui n'étais pas pour me déplaire. Alors qu'elle flottais, elle se mit à l'aise par ses propres moyens. Alors qu'elle afficha un charmant sourire arborant ça jolie dentition, elle commença à m'adresser la parole.

-Un truc de fantôme? Non je crois pas que se sois due au faite d'être fantôme, personnellement je préfère parler tout seul qu'avec des gens sans intérêt. Mais ta présence ici n'est surement pas due au faite de parler sociologie ou bien psychiatrie si je ne m'abuse.

Comme je le pensais et trouvant cela tout à fais normal. Elle se mit à me questionner vis à vis de la mission qui m'étais octroyer. L'inverse m'aurais étonner ou alors cela aurais pu se montrer louche.


-Bien passé, hm si on veut, s'était ennuyant à crever quand à la cible ce n'est qu'une des nombreuses personne hautaine et riche qui peuple un peu partout cette terre. Pour ma part cette vampire ne vaut rien, le dernier des mendiants touché de vampirisme, se montrerais plus athlétique, qu'elle. Mais je présume dans tous ça qu'elle dois avoir un atout dans sa manche, sinon je vois pas comment une greluche comme elle pourrais être encore en vie.
Je suis de retour temporairement, je pense y retourner d'ici quelques jour si je n'y retourne pas dès que j'ai fini mes préparatifs. Disons que l'ont à fais connaissance, elle semble dans un état psychologique qui la rend vulnérable, je compte profiter de cela. Au plus vite, il serais bête de pas en profité et qu'elle reprenne du poil de la bête, mais il ne vaut mieux pas non plus brusquer les choses cela grillerais ma couverture sinon. Et si je me fais prendre je ne pourrais pas lui briser le cœur comme vous me l'avez demander. C'est bien se que vous voulez non ? Ne vous inquiéter pas. La patience est la plus grande arme de l'assassin, que se sois pour un meurtre ou pour exécuter une mission, cela reste pareille. Le temps rime avec crédibilité, mais si toute fois vous vouliez un travail plus bref vous auriez mieux fait d'embaucher une brute sans cervelle j'en conçois. Mais ce que vous désirer c'est un résultat favorable si je ne m'abuse et je compte bien que cela se passe ainsi, même si je vous avouerais que je trouve cela fort peu marrant.
Je vais tacher de m’immiscer dans sont entourage pour être présents quand des besoin lui ferons se sentir. Ainsi je monterais en premier lieux dans sont estime, ainsi je parviendrais facilement à atteindre sont cœur que je briserais par la suite comme convenu. Si vous décider ou même avez le besoin de changer de plan, tacher de me le dire, je m'ajusterais en prévision de vos convenance, mais tachez de ne pas oublier notre petit marché. Il serais dommage que cela tourne au vinaigre pour tous le monde.


Il était marrant de constater que j'aimais beaucoup parler contrairement à mes habitudes quand il s'agit de foutre la merde; ou tu du moins, pour une mission. J'envoya la tronçonneuse sur Quasimodo qui venais de ramasser la sienne pour la lui faire ranger, se qui le fis s'écraser au sol. Alors que je m'approcha d'elle et mis mon bras gauche par dessus ses épaule levant la mains droite, grande ouverte tourné vers l'horizon.

-Quand on veux quelque, nous faisons tous pour y parvenir, et le temps n'est qu'une mesure que l'on utilise pour obtenir satisfaction. Dit-je alors que Quasimodo se relevais, pour ramasser et ranger les outils, tandis que je nous fis marché un peu.

-Je sais pas pour vous, mais je trouve que les vêtements pour homme que j'ai voler à un a fan des origine victorienne complètement moche. J'ai hâte de me changer. Dite je voulais vous demander, pouvez vous me dire ou est cette fille. Vous savez Orianna, celle qui m'accompagnais. Je me disais, puisque vous-êtes là et que que je n'est vu personne en allant à hôtel vous pouvez me dire ou se trouve telle donc. Se sang frais sur vous sa le fais, je m'étais dit que vous saviez peut-être ou elle étais.



Dernière édition par Kuruta Haïena le Sam 8 Nov - 23:48, édité 1 fois
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Sam 8 Nov - 22:01

- Un truc de fantôme? Non je crois pas que ce sois dû au fait d'être fantôme, personnellement je préfère parler tout seul qu'avec des gens sans intérêt. Mais ta présence ici n'est surement pas due au fait de parler sociologie ou bien psychiatrie si je ne m'abuse.
- Ma présence n'est jamais dû à rien. Mais je suis curieuse.


Hm, réponse banale mais pas assez pour être ordinaire. Voici donc notre spécimen, un gars se sentant si seul qu'il se retrouve obligé de se parler à lui-même, de peur d'avoir en face quelqu'un ne valant pas ses paroles. Uw, la solitude touche tout le monde de nos jours et je suis mal placée pour juger, moi qui couche avec tout ce qui bouge pour combler un certain vide.

-Bien passé, hm si on veut, c'était ennuyant à crever quant à la cible ce n'est qu'une des nombreuses personne hautaines et riches qui peuplent un peu partout cette terre. Pour ma part cette vampire ne vaut rien, le dernier des mendiant touché de vampirisme se montrerait plus athlétique qu'elle. Mais je présume dans tout ça qu'elle doit un atout dans sa manche, sinon je vois pas comment une greluche comme elle pourrait être encore en vie.
- Si elle t'enfonce son ongle sous la peau, tu peux imploser. Ou te dissoudre de l'intérieur, dépendant de son humeur. Cela explique qu'elle soit encore en vie. Mine de rien, Trixie m'étale avant que j'ai le temps de lui porter un seul coup. Elle cache très bien son jeu.


Quel dommage qu'il parle ainsi de la demoiselle. J'espérais plus de Trixie... Qu'elle... Le séduise ? Mais si, en apercevant seulement la moitié visible de l'iceberg, il en avait été écœuré, impossible que le reste lui plaise... Ou peut-être que si, en fait. Là aussi, ce sera quelque chose à observer plus amplement. Mais moi, devais-je toujours truquer le jeu si tout semblait déjà jouer ? M'accrocher à l'infime espoir de refaire une tragédie amoureuse ou alors laisser tomber et jeter au plancher les vices de la belle ? Je crevais d'envie de médire à son sujet, elle qui m'avait si injustement séparé d'Automn.

- Je suis de retour temporairement, je pense y retourner d'ici quelques jours si je n'y retourne pas dès que j'ai finis mes préparatifs. Disons que l'on a fais connaissance, elle semble dans un état psychologique qui la rend vulnérable, je compte profiter de cela au plus vite, il serait bête de pas en profiter et qu'elle reprenne du poil de la bête, mais il ne vaut mieux pas non plus brusquer les choses cela grillerait ma couverture sinon. Et si je me fais prendre je ne pourrais pas lui briser le cœur comme vous me l'avez demander. C'est bien ce que vous voulez non ?

Décidément ! Quel bavard !

- Oui, mais Trixie n'est pas vulnérable. Elle peut te le faire croire, mais pour avoir déjà tenter de jouer sur ces faiblesses, je peux t'assurer que ce n'est qu'une illusion. Il faut que tu déchires un cœur de pierre et pour cela -bon, tant pis pour ma tragédie ! pas de spectacle ce coup-ci !- ...Il faudra lui faire miroiter autre chose qu'une affection admirative. Les biens terrestres la tenteront plus qu'un enlacement.

Pour connaître bien Trixie, je la connaissais bien. A vrai dire, j'avais grandi avec elle, passant dans mon enfance quelques années dans ses appartements, elle qui souffrait alors d'un travail bancale. Une fois revenue à la maison, je retournais la voir de temps en temps. L'on semblait bien s'entendre même si nous étions toujours en querelle. Sa méchanceté naturelle s'alliant à la mienne, nous mettant sur une longueur d'ondes certes différente mais semblable tout de même. Malheureusement, les choses ont finies par changer. Peu après la chute de Nekotopia, elle est devenue trop pisse-vinaigre et épuisante pour que je l'apprécie. Quant à elle, elle ne supportait plus l’idée de se farcir des esclaves. ...Ce qui est un peu idiot étant donné sa vocation.
Les choses avaient envenimées, peut-être plus que je m'en étais rendue compte. Et voilà où nous en étions ! En guerre ouverte ! Quel désastre... Au fond, je l'aimais toujours, la petite cousine. Elle me rappelait que je n'étais pas la seule timbrée de la famille... Cela dans un style absolument différent d'Izzy, c'est sans dire !

- Ne vous inquiétez pas. La patience est la plus grande arme de l'assassin, que ce sois pour un meurtre ou pour exécuter une mission, cela reste pareil. Le temps rime avec crédibilité, mais si toutefois vous vouliez un travail plus bref vous auriez mieux fait d'embaucher une brute sans cervelle j'en conçois. Mais ce que vous désirer c'est un résultat favorable si je ne m'abuse et je compte bien que cela se passe ainsi, même si je vous avouerais que je trouve cela fort peu marrant.

Je relevais la tête. Il s'emmerde ? C'est sérieux ça ? Bah on a qu'à pimenter le jeu ! Je le laissais finir avant de placer une idée que du coup, j'avais tout le temps de cogiter.

- Je vais tacher de m’immiscer dans son entourage pour être présent quand des besoins lui ferons se sentir. Ainsi je monterais en premier lieu dans son estime, ainsi je parviendrais facilement à atteindre son cœur que je briserais par la suite comme convenu. Si vous décidez ou même avez le besoin de changer de plan, tachez de me le dire, je m'ajusterais en prévision de vos convenances, mais tachez de ne pas oublier notre petit marché. Il serait dommage que cela tourne au vinaigre pour tout le monde.
- Si tu te transforme en petit serviteur, elle va te mépriser, mon vieux.
Je croisais les jambes sur ma chaise invisible et soutenais le regard du damoiseau. Pour le reste, t'en fais pas, je risque pas d'oublier de répondre à des questions. J'peux même te rédiger une réponse complète et écrite.

Il posa son bras sur mon épaule et je me dégageais dans le vent, allant flotter ailleurs.
- Quand on veut quelque, nous faisons tout pour y parvenir, et le temps n'est qu'une mesure que l'on utilise obtenir satisfaction.
- Là, tu te rapproches un peu plus de sa mentalité.
Maugréais-je, jouant avec une mèche de mes cheveux, retirant un caillot qui y était collé et l'envoyant valser au loin d'une pichenette.

-Je sais pas pour vous, mais je trouve que les vêtements pour homme que j'ai voler à un fan des origines victoriennes complètement moches. J'ai hâte de me changer.
- Il y a une boutique spécialisée dans les fringues 'bienséantes' à Esgalduin. Il te suffit d'y retourner. Pour ma part, le chaton refuse de m'y laisser entrer tant que le Black Roses existe.


- Dites je voulais vous demander, pouvez-vous me dire où est cette fille. Vous savez Orianna, celle qui m'accompagnais. Je me disais, puisque vous êtes là et que je n'ait vu personne en allant à hôtel vous pouvez me dire où se trouve-t-elle donc. Ce sang frais sur vous ça le fais, je m'étais dit que vous saviez peut-être ou elle était.

J'haussais les épaules.
- Je t'aurais posé la même question. C'est du sang de vampire qu'il y a sur moi. J'aurais eu un coeur, j'aurais presque été inquiète pour elle... Eh bien, elle se serait enfui ? Tu la connais mieux que ma personne ne la connais, je suppose ! Enfin, je vais lancer des recherches, histoire de la situer. Si elle est morte, je te le dirais. Si elle est en vie, tu le sauras car je ne te dirais rien. Je lui tirais la langue. Je voulais reparler un peu de notre petit jeu... Aurais-tu besoin de fonds pour faire croire à notre cruche que tu es fortuné ? Au fait, essaye de me parler de manière un peu moins courtoise, ça me casse les couilles. Que je n'ai malheureusement pas d'ailleurs. J'pense que tu l'as compris, le raffinement c'est pas mon délire ! Je m'étirais, le surveillant d'autant plus que j'avais bien l'impression qu'il me soupçonnait de quelque chose par rapport à la foraine. Et pourtant, j'avais totalement rien fait ! La preuve, à Sérès, on cherchait encore l'assassin de ce vieux vampire ronchon et de son hystérique de femme. Et putain, par pitié, tutoie-moi bordel !
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Dim 9 Nov - 3:05

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Elle m'en avais beaucoup appris sur les capacité de la cible, mais sa restais pas très clair tout ça. Mais si cela écartais tous danger me concernant. En revanche je n'aurais oser imaginer se que cela aurais donné avec mon véritable corps. Il est capable de s'adapter face aux poison se qui m'en octroyais une immunité par la suite, mais cette Trixie semblais effectivement très dangereuse. Je me demande qu'elle proportions sont poison pouvais prendre. L'on discuta d'avantage a propos de la cible, elle ne m'apprenais guère grand chose que je n'aurais pu savoir seul. Elle me prenais clairement pour un débutant. Je trouvais cela plutôt désolant, je tacha tout de même de la rappeler a l'ordre vis à vis de notre petit marché. Elle voulu se montrer rassurante mais ça ne restais que des paroles; je préférais resté clair la dessus.
Quand je lui fis un résumer assez court et global de mon plan, ces propos me désola encore plus, même si je devais avouer que mon explication la dessus restais très vague et mal détailler, mais cela n'étais pas censé être sont problème je ne voyais guère l'intérêt de lui expliquer tout cela. Non seulement j'avais pas envie mais en plus cela aurais du être obliger de parler monotonement durant un temps plus ou moins déterminé. Même si je la trouvais marrante et que j'aurais bien jouer avec elle. Cela aurais été une perte de temps en vue de ma situation, ma mission m'occupais et je n'avais pas vraiment le temps de m'arrêter jouer. Qu'elle dommage...


-Ahahah tu me crois assez bête pour ne devenir qu'un simple serviteur. J'ai quelques idée ma foie fort plus intéressante que de jouer les simple serviteur. La personnalité et leur vie ne sont qu'un rôle, il ne tient qu'à moi de paraitre plus aisé dans mes soi-disant classe social. Tu sais quand on veux quelque chose...

La discutions continuais et je dus finir par paraitre plus convenable à se dont elle s'attendait. Je finis par lui faire part de mon ressentiment vis à vis des frusque immonde que je portais, ces couleurs... . Bref passons se détails. Elle me fit part d'un magasins de vêtement du type en question en ville. Cela étais intéressant à savoir, car la victime de mon vol avais ce qu'on peu dire des goût douteux. Beige et vert, franchement ? Bref elle m'avoua avoir pour l'obligation de détruire le Black Rose si elle voulais que les porte de la ville lui sois ouverte. Je crus comprendre que cette entreprise était bien plus que rentable et que s'était de la vente d'esclave. Voulait elle juste détruire le bâtiments et se débarrasser du bénéficiaire ou bien voulait elle abolir l'esclavage de cette entreprise. Cela n'était pas du même ressort. Elle voulait que je serve de gangrène envers la cible ? Surement que oui, elles semblaient toute deux bien se connaitre. Je me demandais bien qu'elle pouvait être sont plan. En tout il n'y avait rien de plus simple, mais pour qu'elle me dites et que je pu constater précédemment la cible est est fortement intéresser par la richesse. J'avais une idée déjà très construite pour parvenir à cela. Rien de bien compliqué, il me suffisais de faire croire à la cible qu'elle ne me laissais pas indifférent et que je pouvais protéger de façon plus que convenable de protéger ces intérêt monétaire. Je fus persuader que les service abordable d'un médiateur très convainquant ou bien expéditif. Cela lui rapporterais bien plus de me payer si plus personne n'osais s'en prendre à elle. C'était tellement dans mes corde que s'en aurais été triste si cela pouvais ne s'en trouverais pas aussi drôle. Je ne fus que plus intéresser sur ma mission, je ne pus m'empêcher de la questionner sur ces vrai intention dans tous ça, qu'elle était sont plan. Cela me donnais pas l'impression que se sois pour seul raison de lui briser le cœur. Qu'elle rôle voulait telle vraiment me donner?

Certain détail m'étais sauter au yeux je ne pu empêcher ma curiosité de me piquer. M'informant sur Orianna dont je venais toujours juste de me rappeler. Elle m'avoua ne pas savoir non plus ou celle ci ce trouvais, cela était fort regrettable et assez embêtant.

-Non je ne la connais guère enfaite je la connais de deux heure de moins que toi. Mais elle semble quelqu'un gentille, et elle ne semble pas avoir eux la vie facile. Mais ça ne va guère plus loin.

Elle me répondit qu'elle enverrais des recherche pour trouver des trace. En vue des problème qu'elle pouvait avoir cela me semblais intéressant, cela pourrais se montrer...amusant je dois dire, même si cela restais embêtant pour Orianna.


Très bien, pour Orianna si vous apprenez qu'elle pourrais avoir des ennuies et qu'elle serais éventuellement en vie. Si il y a besoin d'aide pour une éventuel mission de récupération, hésite pas à me faire signe si sa peu t'épargner la peine de trouver quelqu'un pour cela, je suis ton jouet, si tu aime jouer à la poupée tueuse. Ahahah

Je riais quelque peu de mes propres connerie, comme très souvent je ne pouvais m'empêcher de paraitre à prendre les chose à la légères. Mais cela étais quelque chose qui faisais partis de moi. Je serais ravi de pouvoir l'aider à vivres, mais je ne peu pas me permettre de faire dans le sentiments, cela ne mène qu'a la tristesse de la perte d'une personne en qui on a partager des liens fort ou bien même ça trahison. Pour ne pas dire qu'on y gagne qu'à se faire chier avec des sentiments. Après avoir parler au sujet d'Orianna elle me proposa de me fournir en argent afin de paraitre plus convainquant vis à vis de ma cible. Je trouvais cela intéressant, cela me ferais gagner du temps je présume. Elle finit par conclure sa proposition par une demande.


-Que j'arrête de vous parler de manière formelle? Très bien avec plaisir, sa me trou le cul aussi, content que tu me le demande, car si je le fais c'est purement professionnel et tu n'est qu'une commanditaire pour moi. Certe très marrante et tu me plais assez dans ton genre, j'ai l'impression qu'avec toi on peu s'éclater et j'aime beaucoup cette idée. Mais cette façon de parler, faut le dire ça me fais chier. Bref pour la mission oui j'accepte volontiers ça me fera gagner du temps. Combien serais tu près à me donner? Oh et au passage tu n'aurais pas quelqu'un de dangereux que je pourrais engager pour une mission et buter pour le bien fais de la tienne? Cela m'aiderais à me montrer convainquant pour un plan que j'ai établis. Mais il faut quelqu'un ou bien du monde qui pourrais pouvoir se montrer problématique Même pour ses homme de mains. Et surtout pour ces bénéfice si tu vois se que je veux dire. Sa me fais chier de te l'avouer mais on a beaucoup à parler toi et moi vis à vis de ma mission qui semble en être un peu une pour toi aussi vu que tu y montre un intérêt, je pense pouvoir t'aider encore bien mieux que tu ne le pense, veux tu que je t'en parle ou bien ça te fais chier tu me fais confiance ? Car tu me prend peut-être pour un débutant mais tout ce que je pourrais faire qui t'aiderais, fais partis de mon éducation. Mon maître ma appris bien des chose, pour tuer mais il ma surtout appris quoi faire pour obtenir tous les résultat voulu. Disons que tous cela fais partis du boulot d'assassin. Et mon idée pourrais surement te plaire, dans tous les cas.



Dernière édition par Kuruta Haïena le Dim 9 Nov - 20:35, édité 1 fois
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Dim 9 Nov - 10:36

[ /!\ Propos assez crus et vexants. *remet son masque de méchante*]

-Ahahah tu me crois assez bête pour ne devenir qu'un simple serviteur. J'ai quelques idées ma foi fort plus intéressantes que de jouer les simple serviteurs. La personnalité et leur vie ne sont qu'un rôle, il ne tient qu'à moi de paraitre plus aisé dans ma soi-disant classe sociale. Tu sais quand on veux quelque chose...

Je faisais mine de n'avoir rien entendu. Ce ne sont pas les mots qui prouvent l'intelligence, mais les actes. La preuve, j'avais connu des muets fort intelligents -Mistigri excepté. Puis des actes, j'en avais pas vu beaucoup de sa part. En plus, il avait perdu de vue la nana pour laquelle il s'est mis en danger !
Le gars déguisé en petit pois-carottes en face de moi me faisait marrer. Mieux valait attendre de voir s'il pouvait être efficace avant de trop miser dessus.
Puis, après tout, ne pouvait-il pas changer de camp au passage, sachant que Trixie, plus âgée que moi, pourrait lui faire miroiter de plus amples informations ? Il y a trois siècles, j'étais au Cirque, moi ! Pas de quoi avoir une vision globale sur les continents !

-Non je ne la connais guère en fait je la connais de deux heures de moins que toi. Mais elle semble quelqu'un de gentille, et elle ne semble pas avoir eu la vie facile. Mais ça ne va guère plus loin.

Je relevais la tête, le regardant droit dans les yeux.
- Tu connais quelqu'un qui a eu la vie facile, toï ? A force de fréquenter les marchés, j'en étais devenue cynique. Pourtant, je n'avais pas non plus le moindre exemple d'êtres de race supérieure ayant bien réussis dans leur vie. Trixie ? Au vu de son caractère, elle n'est pas heureuse. D'ailleurs, depuis que je la connais, je ne suis pas sûre de l'avoir jamais vu sourire sincèrement. Izzy ? -elle risque de retourner à l'asilos sous peu. Papa ? Névrosé atteint de psychose. Maman ? Elle s'est lancée dans la religion après la mort de ses frères.
Hmm... Non, tout le monde est malheureux. Sauf moi. J'chuis très bien dans ma peau certes en sale état, mais de bon poil et j'ai pas à me plaindre ! ...J'veux dire, pourquoi je me plaindrais ?
Bon, c'est vrai, j'vais pas me voiler la face :: J'ai pas eu la vie facile non plus. Du coup j'me dis que le problème n'est pas là, le problème, c'est de réussir à faire avec. C'est de sourire un coup et de pouvoir se changer les idées.

- Très bien, pour Orianna si vous apprenez qu'elle pourrait avoir des ennuis et qu'elle serait éventuellement en vie. S'il y a besoin d'aide pour une éventuel mission de récupération, hésite pas à me faire signe si ça peut t'épargner la peine de trouver quelqu'un pour cela, je suis ton jouet, si tu aime jouer à la poupée tueuse. Ahahah

Je fis une grimace.
- Mes jouets ne s'imposent pas, je les choisis. Répondis-je, froidement. Décidément, les fantômes sont bien collants. J'espère qu'il ne me posera pas le même problème que Sean...
Pour le reste, je me tu. Mais je n'en pensais pas moins ! Une mission de récupération ? N'importe quoi ! Je n'ai pas de temps à perdre avec ça. Si elle a voulu se barrer, mais qu'elle se barre ! En quoi est-ce mon problème ? J'ai assez haït le cirque pour ne pas avoir à m'inquiéter de ses occupants !
Puis mon jouet... Tu parles ! Même pas capable de tomber amoureux de Trixie !

- Que j'arrête de vous de manière formelle ? Très bien avec plaisir, ça me trou le cul aussi, content que tu me le demande, car si je le fais c'est purement professionnel et tu n'es qu'une commanditaire pour moi. Certes très marrante et tu me plais assez dans ton genre, j'ai l'impression qu'avec toi on peut s'éclater et j'aime beaucoup cette idée. Mais cette façon de parler, faut le dire ça me fais chier. Bref pour la mission oui j'accepte volontiers ça me fera gagner du temps. Combien serais-tu prête à me donner ?


Oh putain qu'est-ce que ça papote ! Je vais finir enrouée, moi. Je regardais à droite à gauche histoire de lui faire signe que ça serait cool qu'on bouge. En tout cas, son langage était comme une grande bouffée d'air frais. Je n'en pouvais plus de ce soutenu qui me vrillait les tympans. J'avais l'impression d'avoir mon vieux en face !!

Heu ? Il me drague là ?
Bon, on s'en fout.

- J't'aurais plutôt demander combien tu as besoin. Je réfléchis quelques instants. Bah, pour le coup, j'ai que quatre cent telpës sur moi [200euros nda] mais j'ai de la tune volée qui traîne à Sérès. D'ici demain je devrais pouvoir te fournir environ quatre vingt mille telpës. [40 000euros nda]

Ouais, pas facile de taper dans la rente, en ce moment. Ma mère m'a coupé les subventions. Du coup, je vis de vols et c'est pas plus mal. A vrai dire, je trouve même ça amusant. Puis c'est pas la première fois que ça m'arrive.

- Oh et au passage tu n'aurais pas quelqu'un de dangereux que je pourrais engager pour une mission et buter pour le bien fait de la tienne? Cela m'aiderais à me montrer convainquant pour un plan que j'ai établi. Mais il faut quelqu'un ou bien du monde qui pourrait pouvoir se montrer problématique, même pour ses hommes de main. Et surtout pour ses bénéfices si tu vois ce que je veux dire.
- A part toï-même ? Non, personne. Je suis pas originaire de ce coin et mes ennemis y sont plus répandus que mes alliés. Et je ne ferais traverser à personne les continents pour une affaire aussi légère que la nôtre.


Et puis, pourquoi aurais-je ça sous la main ? Après tout, je suis ce qu'il y a de plus dangereux dans mes contacts.

- Ça me fais chier de te l'avouer mais on a beaucoup à parler toi et moi vis à vis de ma mission qui semble en être un peu une pour toi aussi vu que tu y montre un intérêt, je pense pouvoir t'aider encore bien mieux que tu ne le pense, veux-tu que je t'en parle ou bien ça te fais chier tu me fais confiance ? Car tu me prend peut-être pour un débutant mais tout ce que je pourrais faire qui t'aiderais, fait parti de mon éducation. Mon maître m'a apprit bien des choses, pour tuer mais il m'a surtout apprit quoi faire pour obtenir tout les résultats voulus. Disons que tout cela fais parti du boulot d'assassin. Et mon idée pourrait surement te plaire, dans tous les cas.
- Oulà, pas maintenant.
Je posais une main sur mon front, d'un air migraineux. Là, si tu le permets, on va piquer dans la grange de Wakai assez d'alcool pour oublier tout ce qu'on vient de dire. Puis après, quand on sera bien beurrés, on pourra discuter. Tu peux bien 'emprunter' un corps à quelqu'un pour ça, non ? Ou l'exercice de possession serait trop compliqué pour ta pomme ?

Évidemment, je le charriais, car cela me semblait hors de propos. Un fantôme qui ne possède pas ? Bin tiens. Et les vaches, elles s'envolent ? -hormis quand je m'en mêle, je veux dire !- Je fatiguais assez rapidement quand il s'agissait de papoter. Tout savoir m'intéressait, bien sûr, mais pas maintenant. Là, je voulais bouger, respirer, m'amuser ! Bref, avant que l'aube ne se lève et ne jette ses rayons meurtriers sur ma pauvre pomme, je me sentais l'envie de faire quelque chose. L'ennui, c'est le pire ennemi du vampire après la désensibilisation. Et je déteste me faire chier.

- Sinon, on peut bien trouver autre chose, hein ? D'habitude, tu fais quoï pour te détendre ?
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Dim 9 Nov - 22:33

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]La vagabonde prenais un air dédaigneux avec moi, autant dire qu'il y avais du caractère dans se corps aussi frêle. Je trouvais cela assez marrant, elle me faisait penser à Trixie. Après tout elles étaient pas de la même famille pour rien. Faire la causette à quelqu'un était assez barbant mais cela permettais de connaitre le caractères d'une personne, pour quelqu'un comme moi, ces informations peuvent se montrer quelque peux utile selon les besoin. Elle se mit à me fixé du regard quand je je lui dites mon liens avec Orianna.

-Ouai une personne.

En regardant mon charriot qui pourrais presque déborder, je me dit à se moment là qu'en vue de mes prochaine prises il me faudrait d'avantage de place, qu'il me faudrait me débarrasser d'une partit. Il m'en resterais bien assez pour se dont j'ai besoin de faire. Quasimodo et Puppet-spider déchargea un peu le chargement. Alors que j'eux parler de Orianna elle se mit à tirer une grimace de deux pied de long. Autant dire qu'elle semblais trier ces occupation. Tans pis, après tous elle pouvais bien se tirer j'allais pas non plus la retenir. Peut-être aura telle la chance d'apprendre de ces connerie si elle ce faisait attraper.

-Tes jouets doivent être ennuyeux alors si il sont limiter à se que tu prévois. Dit-je alors que mes pantin commençais à tailler le bois, le charriot allais être en bordel, il suffirais de nettoyer ça par la suite. J'avais des idées assez prédéfini sur ce que j'allais fabriquer. Elle semblais soulager quand je changea de ton, moi aussi d'ailleurs à quoi pouvais bien servir de parler comme ça, qu'elle futilité, les nobles étaient chiant avec ça.
Dans la discutions elle fini par me demander combien il allait me falloir.


-Autant qu'il m'en faudra pour paraitre un temps sois peu intéressant pour elle. Je dirais que plus y en a mieux c'est.
Elle ce mit à réfléchir quelques instants alors que le pantin taillais dans le bois sans relâche. Elle m'avoua ne pas avoir grand chose pour le moments, mais qu'elle saurais en avoir bien plus d'ici vingts-quatre heure. Suite à mes autre question, elle m'avoua ne pas connaitre grand monde et qu'elle avais bien plus d'ennemi que d'amis, même si pour moi cela ferais très bien l'affaire du moment que ça reste des gens susceptible d'être dangereux et convainquant.

-Amis, ennemi c'est pareille au fond mais ok. Je me débrouillerais autrement.

Alors que je voulais lui parler de la mission pour en finir au plus vite avec ces détails elle ne se gêna pas de me dire qu'elle préférais de loin qu'on aille voler de l'alcool à la peste pour se bourrer la gueule. Autant dire que c’était encore un autre plan ennuyeux. En plus elle me prenais encore de haut. J'allais finir par croire que mon karma n'attira à moi que des gens hautain.

-Il m'est totalement impossible de posséder un corps en vie, me demande pas pourquoi j'en sais rien, sous ma forme spectral je peu passer à travers les matières, mais il suffit que cela sois vivant pour que je me cogne dessus. Autant dire que c'est la merde. Tu peux penser ce que tu veux de moi et même le dire, ça m'est complètement égal.
Dit-je d'un ton calme alors que mes pantin continuais leurs travaille.

-Se que je fais d'habitude pour m'amuser? C'est simple je provoque la panique j'ai toujours trouver hilarant de voir les réaction de la foule en pleine panique, sinon cela peut varier à a peu prêt tout et n'importe quoi du moment que cela peut se montrer amusant. Ça peu passer de la baise à la démolition de bâtiments, accidents beuverie du moins quand je le pouvais. Je suis guère difficile du moment que cela puisse être marrant ou bien sortir de l'ordinaire. D’ailleurs si cela te dit, je vais allez à Esgalduin faire quelque course vite fais, je vais surement en profiter pour me détendre d'ailleurs, si cela te dit tu n’a qu'a me suivre. On pourrais ce fendre la gueule au passage.


Alors que je me retourna prêt à retourner dans mon charriot, je pu percevoir un lièvre un lièvres il s'était arrêter en me voyant prêt à déguerpir au premier pas que je ferais. Alors qu'il ne me quitta pas du regard, j'en profita pointer le bout du nez de Quasimodo par la fenêtre, qui sans bruit, braqua, visa et fis mouche tiant la bête d'une seul balle.

-Ahahah cela me servira, j'avais justement besoin d'un petit peu de cuir, ça n'est pas de la top qualité mais sa suffira. héhéhé

Alors que je partis prendre la dépouille afin de la jeter dans le charriot afin de commençer le dépessage. Je monta à la place du conducteur et pris la route vers esgalduin.

-Allez fais pas ta mijorer il se pourrais bien qu'on s'amuse ahahah.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Mar 11 Nov - 8:07

<< Ouai une personne. >>
<< Je serais curieuse de la connaître >>

<< Tes jouets doivent être ennuyeux alors s'ils sont limités à ce que tu prévois. >>
<< Non, j'ai de bonnes surprises de temps à autre. >>

<< Amis, ennemi c'est pareille au fond mais ok. Je me débrouillerais autrement. >>
<< Au pire, j'peux toujours m'arranger avec le Lycanthrope de la dernière fois si j'arrive à le faire sortir de taule. Il doit avoir pas mal de potes dans le milieu. >>


Ti'en ! Je n'avais pas pensé à cette piste halacon. Mais le louloup, ancien garde du prince Lycanthrope quand même, pouvait se montrer utile quant à nous ramener des importuns dans les pattes. J'aurais pu également demander à Nonol de nous passer de ses hommes, mais les rebs sont à court de chair à canon en ce moment. Puis pas sûre qu'il aurait accepté.

<< Il m'est totalement impossible de posséder un corps en vie, me demande pas pourquoi j'en sais rien, sous ma forme spectral je peu passer à travers les matières, mais il suffit que cela sois vivant pour que je me cogne dessus. Autant dire que c'est la merde. Tu peux penser ce que tu veux de moi et même le dire, ça m'est complètement égal. >>

J'haussais les épaules.
<< Je n'ai rien dit ni pensé. Juste que j'ai pas la tête à me la prendre. Mais les pouvoirs différent d'un individu à l'autre, que ce soit vampire, fantôme et tout ça. T'as pas de chance mais regarde, y'en a qui peuvent rien faire bouger et surement pas se balader aussi loin de chez soi. J'suis pas débile au point de pas avoir capté que t'étais un fantôme puissant. La preuve, t'es plus que lucide, ce qui est déjà rare dans l'espèce. >>

Les fantômes, ça commençait à me connaître. J'ai bien passé ma vie sous hypnose, histoire de m'empêcher de les voir, mais il a fallut qu'un petit con me force à utiliser un Ouroboros, annulateur d'hypnose par excellence. Et voilà que je me suis retrouvée, l'année dernière, avec une flopée de cinq cent de ces petits cons qui étaient pas mécontents d'enfin pouvoir me rendre la vie impossible. Faut croire que tuer finit par avoir un prix.
A côté de ça, mon meilleur ami est également un fantôme. Pensez si j'en sais quelque chose sur le sujet ! Puis vu qu'il squatte chez moi, ainsi que le reste de la flopée de petits vengeurs, j'ai toute l'occasion de les observer. S'il y a des différences majeurs entre certains vampires au sein même de leur sous-espèce, il y en a bien plus chez les fantômes, dont le caractère dépendait fortement du vivant. Regardez donc ! On a le choix entre les hystériques, les névrosés, les psychopathes... Et le gars en face de moi qui doit bien rentrer dans la troisième catégorie. On va éviter de le vexer tout de même, des fois qu'il fasse parti des deux précédentes. Vue le nombre de fois où ils ont tentés de m'y mettre le feu, j'ai un peu la flemme de retenter l'expérience.

<< Ce que je fais d'habitude pour m'amuser ? C'est simple je provoque la panique j'ai toujours trouvé hilarant de voir les réactions de la foule en pleine panique, sinon cela peut varier à à peu près tout et n'importe quoi du moment que cela peut se montrer amusant. Ça peut passer de la baise à la démolition de bâtiments, accidents beuverie du moins quand je le pouvais. Je suis guère difficile du moment que cela puisse être marrant ou bien sortir de l'ordinaire. D’ailleurs si cela te dit, je vais allez à Esgalduin faire quelque courses vite fais, je vais surement en profiter pour me détendre d'ailleurs, si cela te dit tu n’a qu'à me suivre. On pourrais se fendre la gueule au passage. >>

<< Bah... Mon vieux habite un peu là-bas et il va me défoncer net si je fous le barouf... Mais j'dirais que c'était ton idée et pis valà. >> Je sens que je vais encore me retrouver enfermée pour huit siècles, moi... Alalala j'ai beau faire la fière, s'il me tombe dessus, j'en mènerais pas large. C'est une des raisons pour lesquelles Esgalduin me saoule.

Un lapin passa par là, et il le descendit. N'étant pas trop fana des animaux, je m'en fichais un peu. Mais à le voir si fier, je n'en pouvais plus et glissais en levant les yeux au ciel...

<< Pauvre 'pinpin. T'aurais pu directement chourer du cuir en ville. >>

Installée sur le chariot, j'attendis qu'il démarre pour regarder les paysages défiler. Bordel, j'vais finir comme le lapin si mon vieux me choppe... Enfiiiiiiin n'y pensons pas ohépuisons'enbranle. Allez, allez, pense à autre chose meuf. Les étoiles, le ciel, la lune, ce couple que t'as assassiné devant les enfants ligotés...

<< Allez fais pas ta mijaurée il se pourrait bien qu'on s'amuse ahahah. >>
<< Ouais bah excuse-moi si tu viens de gâcher le sang du lapin en le tuant sur le coup >>


Prétexte débile pour avoir le droit de tirer la gueule. J'vais surement avoir la Milice de Sérès aux fesses. Même si j'ai pas été assez conne pour laisser un mot avec mon prénom dessus, j'ai un mauvais pressentiment. La Milice, c'est toujours chiant. Que ça soit ici ou celle de Raito, ils veulent toujours vous emmerder avec ci ou ça car c'est pas légal et tout ça ! Au moins, à Fantastica, quand y'en avait une, je pouvais la soudoyer ! Du genre "oh vous êtes la sœur de Raito-sama ? Combien donneriez-vous pour sortir de prison ? Et vous voulez en plus embarquer votre codétenu avec vous ? Très bien, un petit supplément et on fait affaire !" ... Nan, c'était marrant. De plus, j'avais été là à la construction de la prison, du coup j'en avais profité pour faire, à l'abri des regards, mon propre passage secret. Ça avait donné des situations cocasses, du genre je me faisais enfermer sur commande pour gagner la confiance de quelqu'un, ou faisait sortir qui je veux quand je veux... Même un assassin pouvait avoir la vie sauve si ça me faisait plaisir !
Mais voilà, avec la putain d'éruption, y'a plus de ville. Et ma prison, elle est recouverte sous la lave. Du coup reste ces cellules froides sur les deux autres continents et ça m'a coupé en plein délire. Maintenant y'a une "loi" à "respecter". D'où ils sortent ça, les gens ? On a le droit de tuer qui on veut tant que c'est esclave mais si c'est une autre espèce alors 'oh la la pas touche' ? ...Puis à Esgalduin, c'est pire. Là, t'as carrément pas le droit de tuer personne.
Vous voulez savoir le plus marrant ? La Milice d'Our World et les Rebelles d'Esgalduin risquent bien de faire alliance. Bah oui, c'est logique, ça... On va finir par plus avoir le droit de tuer personne nul part.

Remarque, ça m'empêchera pas de le faire.

Fermant les yeux, je tentais d'oublier un peu mes soucis. J'veux dire, j'chuis pas Izzy. Je vais pas déprimer trente ans car je suis dans la merde.

<< Vu qu'ils vont toujours pas nous laisser rentrer, je préconise qu'on se sépare avant de se faire remarquer par les vigiles qui surveillent la porte. Pis qu'on se retrouve en ville... Genre sur le toit de la mairie, ça se reconnait assez bien ! A moins que tu préfères la guillotine comme point de ralliement ? Non, le toit de la mairie est décidément plus discret. C'est bien le seul endroit d'où Nonol ne pourra pas nous voir ! >>
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Des affaires qui roules (privé) Aujourd'hui à 10:43

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Des affaires qui roules (privé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Le chargé d’Affaires haïtien à la Jamaïque rappelé pour consultation
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* Esgalduin RPG * :: Esgalduin ¤ Campagne :: Forêt-