* Esgalduin RPG *
Coucou!
Le forum devient privé ! Une raison ? Duuh, moins on est de fous, plus il y a de gâteaux de riz ! Wink
Il va donc falloir se connecter pour accéder aux topics. Pour les p'tits nouveaux, je vous conseille plutôt Orphelinat Sanada, Fantastica ou Dreadful !


Bienvenue à Esgalduin, une ville déchue, désormais contrôlée par les Rebelles. Mais la victoire reste fragile et tout peut basculer. De quel côté serez-vous alors ?

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

See you on the roof (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: See you on the roof (pv) Mar 11 Nov - 8:34

Installée sur le toit de la mairie, faisant flotter les tuiles autour de moi, j'attendais que le fantôme me rejoigne. Il n'était pas prévu qu'il prenne longtemps et je savais que patienter n'était de toute manière pas mon fort... Aussi, durant ces quelques secondes d'attentes, je m'étais appliquée à décoller soigneusement toutes les tuiles du toit, un peu comme si je jouais au mikado. Aucun bruit ne fut entendu par ceux du dessous et les tuiles volaient désormais dans une danse bien à elle, splendide. Je m'exprimais en les faisant se mouvoir, un art incompris.
De là où j'étais, je pouvais bien mettre mon barouf. Le fantôme, lui, est plutôt un homme de terrain, je suppose. Mais ma télékinésie porte assez loin pour que je puisse intervenir... Là-bas par exemple !
Un Kitsune s'envola. Lévitant sur quelques mètres, il finit par redescendre à l'envers. L'olibrius, pour éviter de tomber, mis ses mains sur le sol. Je le poussais quelque peu en avant et le clown marchait désormais sur les mains, pour me distraire en quelque sorte. Lorsque j'en eut marre, la pauvre âme retomba au sol, faisant une culbute involontaire pour amortir sa chute. Je me retins d'applaudir, il fallait que je sois discrète.

La guillotine grinça. Symbole fort pour la population Esgalduinienne, d'aucuns furent terrifiés lorsque l'immense lame tomba une nouvelle et dernière fois, dans un gémissement de tous les diables.
Quant aux tuiles, elles étaient parties se semer à tous vents. Je cherchais d'autres conneries à faire, faisant s'envoler des jupes et baisser des pantalons, lorsque je vis le fanfan se rameuter.
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Mar 11 Nov - 21:55

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que j'arrivais à Esgalduin, je mis le charriot à l'abri des regards des garde surveillant du haut de leurs remparts. Il allais falloir pour me permettre de rentrée discrètement, ouvrir la porte mais aussi faire diversion sous peine de me faire repérer, autant dire qu'il allait falloir démontrer un minimum d'ingéniosité ou bien de fourberie. Alors que je fis commencer l'ascension du mur à puppet master. Je sortis de mon corps et traversa la rempart, il y avais deux garde au dessus de la porte et plusieurs autre sur les rempart adjacent. Il ne me fallut guère de temps pour trouver se dont j'allais devoir faire pour y parvenir. Il me fallait gagné détourner l'intention des gardes assez longtemps pour permettre au chariots de rentré en toute discrétion, mieux vaut valais éviter de se faire repérer pour le moment. Je me dirigea quelques mètre plus loin, allant de lampadaires en lampadaires les faisant griller un a un en débridant les transistor.

*youye sa chatouille ça c'est marrant.*

Puppet spider avais fini sont ascension et s’apprêtait, a passer à l'action. Je me dirigea vers les garde du flanc de gauche possédant leurs habits qui n'allais pas leur rendre service. Je pus aisément les étouffer tout en les bastillonnant juste assez longtemps pour les rendre inconscient, alors que je partis en faire autant sur le flanc droit puppet spider surgis de l'extérieur de la remparts écrasant la tête des deux gardes les assommants.

*Très bien les lumière sont éteinte et les gardes neutraliser, il me faut rentrer le charriot au plus vite.*

Alors que Spider montais la garde prêt à agir. Je pris possessions des mécanisme de la porte, afin que Quasimodo puisse entré le charriot. Je referma doucement celle-ci afin de ne pas faire trop de bruit. Spider partit de sont coter marchand sur le mur. Tandis que j'avançais en direction de la place marchande faisant sauter les lumière une à une.


*Elle dois se trouver sur le toit de la mairie si je me souviens bien.*

Spider qui s'était mis à sauté de toit en toi, profitant des ombre pour avancer en toute discrétion, alors que l'on approchais de la place marchande. Quasimodo plaça le charriot à l’abri des regards. Je profita de sont arriver pour retourner dans puppet master. Sortant du charriot tout sourire. Alors que Spider finit par trouver Zune qui semblais faire mumuse à sa façon. Le point de rendez-vous était désormais atteint et toute les condition était remplis. Spider faisant signe à Zune, descendit le long du mur rejoignant le reste du groupe

-Excuse moi quelque instants

Je relâcha mon emprise sur tout mes pantin et m'occupa des serrures des magasin qui nous entourais les déverrouillant aussi facilement qu'un vent fort faisais bouger les feuille d'un arbres.

-Et bha voila on y est, on va pouvoir commencer à se servir. Je t'en prie après toi.

Je repris puppet master comme réceptacles et repris aussi mon emprise sur mes jouets, entrant dans la boutique. Bon c'est quoi ça une boutique de prothèse? Intéressant, pas vraiment de quoi casser des brique, surtout pour toi mais je vais peut-être trouver quelque chose d'intéressant. C'est alors que je commença à dépouiller le magasin, prenant des têtes des membres et tous se qui me serais utiles à la fabrication de nouveaux jouets. Soudain j'aperçus quelque chose auquel je ne m'attendais pas.

-La vache, ils ont fabriquer des sexe pour marionnette! ahahah! Trop fort, trop con mais j'adore. Je remaruque qu'il y est pas que moi qui est l'esprit un peu tordu ahahah.

La cueillette venais seulement de commencé et elle étais déjà bonne. Alors que mes poupée et moi amenions tout cela au chariot. Nous prenions les sac qui nous avions subtiliser aux Méandres. Nous dirigeant à présent vers ce qui semblait être une boutique de fringue.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Mer 12 Nov - 8:09

Tiens, elle a de jolies fesses sous sa jupe, celle-la...

Le jeu m'ennuyait déjà et je serais bien partie si le damoiseau n'était arrivé avec sa cavalerie, l'air fier et triomphant. Félicitation, on a officiellement fraudés notre entrée dans cette ville. Remarque, si c'était le pire crime que j'ai eu à commettre, je m'inquiéterais.

" Excuse moi quelque instants " Des bruits provenant des serrures. " Et bha voila on y est, on va pouvoir commencer à se servir. Je t'en prie après toi. "

- Ça, j'aurais aussi pu le faire. Dis-je, sautant de mon toit juste devant les fenêtres de la mairie, pour qu'un chaton fatigué puisse apercevoir les fesses d'une Zune s'il était encore en train de veiller à cette heure-ci. Il travaille trop. La journée et la nuit ? Expliquez-moi quand est-ce qu'il dort ?
Au même instant, j'envoyais les briques du toit s'éparpiller à travers le pays et suivi le marionnettiste dans la boutique.

Diana avait été une copine. Nous avions passés quelques bons moments ensembles avant de nous brouiller pour des raisons un peu absurdes -elle n'a pas aimé que j'essaie de l'enfermer dans ce cercueil pour le balancer dans la cascade, qu'est-ce que j'y peux ?- je ne l'ai pas revu depuis la révolution, mais je sais que son esclave et le Neko avaient eu une histoire. L'hybride a fini torturée par la Milice, et elles ont toutes deux disparues. Maintenant... Fallait-il s'attendre à trouver un nouveau propriétaire dans la boutique ?

Retrouver ce lieu me fit bizarre. Interdite, j'errais parmi les différents endroits. Diana travaillait beaucoup pour la Milice et le marché, fournissant des membres de remplacement à ceux qui n'en avaient plus. Elle envoyait également une bonne partie de son stock en Rosaire, là où la guerre faisait rage.

-La vache, ils ont fabriquer des sexes pour marionnettes ! ahahah! Trop fort, trop con mais j'adore. Je remarque qu'il y est pas que moi qui est l'esprit un peu tordu ahahah.
- Heu... C'est pas pour marionnette... Normalement c'est pour... Première fois que je me sens gênée dans ma vie. J'explose de rire également. Bref, c'est pour ceux qui n'ont plus de z'geg. Mais ça pourrait te servir aussi, pourquoï pas. On pourra même l’étrenner ensemble. Je m'étirais. Est-ce qu'il avait compris ce que signifiait le terme 'prothèses' ? Je m'arrêtais devant un bras articulé en ferraille et le comparait mentalement aux avancées robotiques du Cinq Flèches. Pas mal pour une vieille Vampire débile. Diana se démerdait bien.

Mais c'est vrai que ça changeait du bois. Il pouvait bien trouver son bonheur parmi les ailes bougeant presque toutes seules, les jambes amovibles jusque dans les orteils, les yeux de verre... J'attrapais un globe et le fourrait dans ma poche, me disant que ça pourrait toujours servir. Une jolie nuance doré s'y reflétait. Le zgeg de substitution aurait pu également être utile pour mon cousin Cain, qui se l'ait fait arraché par des Rebelles psychopathes, mais ça n'était pas ma priorité première. Puis sa façon de décharger sa rancœur le rendait attendrissant. Je préférais le voir torturer des gens pour oublier plutôt que de lui donner un moyen de calmer ses pulsions.
En plus, c'est pas comme si y'avait moyen que le possesseur d'un tel engin en tire du plaisir, si ?

Near n'en avait pas non plus. Ah oui, Near, je l'avais oublié celui-la. Il faudrait que je retrouve la brunette.

Je suivis le psychotique jusqu'au Pandémonium, situé pas trop loin. Trainant des pieds et un peu fatiguée, je le doublais pourtant au moment d'entrer dans la boutique. La porte avait été forcée bien avant, et les étalages pillés. Il restait pourtant un sacré stock d'habits, car les citoyens sont intelligents et ne pouillent que ce dont ils ont besoin. Restait des tonnes de bracelets, des vêtements de tout type, des piercings et même des tatouages temporaires. Un bon stock de perruques et de foulards et... Ah voilà des corsets... Rouge. Bah ouais, faut pas chasser le naturel tout de même !
Choppant quatre ou cinq même corsets -c'est pas que j'en manque, mais je déteste laver mes affaires... Alors j'les jette- et deux pantalons larges, je laissais au gamin le temps de visiter de prendre ce qui l'intéressait.
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Ven 14 Nov - 23:25

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que Zune me suivis, dépouillant les magasins de leurs bien et dans l'ennui la plus total. Faisant alors quelques découvertes m'amusant plus ou moins. -Une marionnettes est quelque chose qui fais se dont on attend de lui en tirant sur des ficelle, les gens sont pareilles mais sans les ficelles, je ne vois guère de différence si ce n'est que les gens sont censé avoir quelque chose dans le crane. Alors que je regardais tout se dont j'allais embarqué et il y en avais. -L'étrenné hein? ahah on verra pour le moment il y a surtout d'autre choses qui me font envie, même si j'avoue que notre cambriolage est tellement ennuyeux que sa mettrais un peu de piments dans nos activité. J'ai une autre idée d'ailleurs pour quand on aura terminé, avec de la chance on se marrera surement.

Alors que l'on avais terminé le premier magasins et qu'il en restais encore trois autre. Ce qui aurais pu me donner envie de bailler. La jeune dévergondé mais pas moins charmante selon mes propres critères me doubla pour entrer dans le magasins de vêtement alors que j’envoyai Quasimodo chercher le charriot afin de le mettre au beau milieux de la place. Certes cela étais moins discrets mais la lumière manquante restais un bonne allié et cela me permettrais de gagner du temps en rangeant le matériel, tant il y avais de chose qui m'intéressais, la roulotte allais finir rempli, autant dire qu'avec le poids je n’avancerais pas très vite. Il allait clairement me falloir une planque ou ranger tout ça, mais restais encore à savoir ou je pourrais trouver un endroits sûr. Alors que Quasimodo déchargeais le bois ramasser plus tôt. Je regardais tout se qui composais la boutique, il y avais de tout. J'habilla Puppet-spider d'une veste plutôt noble d'un jolie vert forestier et d'une chemise à jabot de couleur noir. Alors que je regardais les différents vêtement et bijoux. Quasimodo terminais de décharger. Le ramenant à l'intérieur je le fis faire un striptease alors que je tapais des mains encourageant ma propre connerie. Alors que je repris mes vêtements d'origines. Je lui fis mettre un pantalon plutôt sombre, une chemise rouge sang ainsi qu'un veston noire et un grand manteau noire ressemblant à une cape cachant sont corps assortit d'une capuche.
Alors que je m'habilla a mon tour. Je partis prendre quelques piercings que je me ferais ultérieurement. Je regarda aussi dans la réserve ou je pu trouver des rouleau de tissu de différente couleur, je ne mis guère longtemps avant d'en chaparder deux-trois de couleur noire. Le noir ça va avec tout.

-Je suis ravie de ne plus avoir à porter ces horreurs, je me demande encore comment j'ai pu oser voler un truc aussi moche, me demande aussi pourquoi d'ailleurs. Et pis, faut bien l'avouer, on à quand même plus la classe comme sa qu'avec des vêtement mal assortit et des patin qui se trimballe à poils ahahah.
Alors que l'on finis par quitter le magasins ou bout d'un certains temps, tous habillé. Alors que j'envoyais mes pantins dévaliser tout ce qu'il trouverais chez le ferrailleur, je proposa à Zune de me suivre à l'armurerie.
Je traversa la porte, percevant toute ses armes je me sentais comme au paradis mais en plus moche et plus austère.


-Très bien, parfait, super, niquel je vais pouvoir optimiser mon équipement. Ça va être énorme ahahah. J'ai hâte de peaufiner tout ça.

J'étais tout excité et tout content des trouvaille que l'on venais de faire, il avais de tout, et cette boutique était très complète, en la visitant je me suis rendu compte, qu'il fabriquais eux même leurs armes à feu et leurs munitions et ils avaient même une forge pour confectionner leur propre lames, j'étais tout bonnement admiratif. Je récolta des lames de toute taille par ci par la ne sachant ou tournée de la tête, j'étais complètement refais et cela se voyais dans mon comportement des plus euphorique. J'allais pouvoir confectionner de nouveau jouet et de nouvelles armes.

-Oh excuse moi, je perd la tête. Dit-je en me frottant la nuque, d'un air gêné mais au fond je savais pourquoi j'étais content de tout ça.

-Il me reste quelques truc à prendre et tout sera bon.


Je pris de nombreuse munition pour les calibres de Quasimodo, je partis voir dans l'arrière boutique, ou je perçus un mortier ainsi que les outils permettant de les confectionner.

-Yheaaaaa!

Je partis mettre le mortier dans le charriot alors que me jouet avais bientôt terminé leurs tâche. Ma roulotte était loin d'être vide, mais il me manquais encore quelque chose. Je retourna dans l'arrière boutique ou je pris quelques outils pour la forge et je ramassa aussi de très gros sac de poudre il y en avais bien assez pour faire sauter la moitié de la ville,c'était surement à cause du danger que cela pouvais représenter que cela était enfermer dans une grande chambre forte. Autant dire qu'il valais mieux éviter d'allumer cela sans peine de finir en petit morceau.


-Commence à sortir j'arrive, on va allez s'amuser un peu avant de filer de la j'ai encore une chose à faire, je reviens de suite.

Je retourna une toute dernière fois dans la boutique. Il restait encore pas mal de poudre bien assez pour faire sauter le bâtiment tout du moins. Alors que je trouva des mèches qui devais servir pour la dynamite, se qui servais beaucoup pour miner de nos jour ou bien démolir des bâtiments. Je me mis à remplir un récipient de poudre auquel j'avais raccorder assez de mèche pour laisser s'écouler une vingtaine de minutes. Le plus dangereux restais désormais a venir si pendant notre fuite des garde se servent d'arme feu en tirant dans le charriot, de nombreuse victime serais à déplorer, cela serais fort dommage. Ça ferais beaucoup de gens en moins avec lesquels je ne pourrais plus rire à leurs insu. Il n'empêche que je réservais une petite surprise à tous le monde y compris à Zune a qui je m'était garder de lui en parler. Il y aurais plus de surprise sinon.
Alors que je brula le bout de la mèche qui commença à prendre feu. Je sortis de la boutique en chipant une dizaine de bâton d'explosif puis alla après avoir mis la dynamite dans mes poches. m'adresser à Zune, alors que mes pantin avais terminé et n'avais absolument rien laisser.

-C'est bon j'ai tout se dont j'ai besoin et ceux pour un sacré moments. Bon on devrais commencé un bouger un peu, je vais envoyer mes pantin ainsi que le charriot non loin de l'entré, il me faudra le sortir aussi discrètement qu'à sont arriver, j'ai une petite idée sur la question. Je sais pas si cela va te plaire, mais bon on verra bien et pis sa pourrais être drôle. Je te propose d’aller sur les rempart à coter de la porte Je te rejoindrais par la suite. J'ai encore quelque tâche à faire, je ne devrais pas en avoir pour trop long. Je serais là dans moins de vingts-minute. J'espère que ton attente n'aura pas été vaine et que tu appréciera cette fin de nuit. Oh et en allant sur les remparts, fais toi discrète, les garde que j'ai assommer tout à l'heure on du se réveiller ou bien être trouver, ils doivent surement de chercher sans savoir qui.
Dit-je souriant, ça faisais longtemps que je n'avais pas partager quelque chose avec quelqu'un et cela me rendais plutôt joyeux au fond mais surtout j'allais m'amuser comme un petit fou.


Je me tourna et dirigea vers mon charriot rameutant mes pantins à bord. Je me dirigea en direction de la porte. Les garde étais effectivement en alertes. Je mis Quasimodo au rennes afin d'aller libérer le passage en créant des diversion à des direction opposé provoquant du barouf dans les maison avoisinante provoquant la peur chez les occupants. Au bout de quelques minute le charriots était arriver devant la porte qui restais toujours in-éclairé. Je profita de la zone sécurisé pour partir direction la ville délaissant mon contrôle sur mes jouets. Provoquant la peur d'un bout à l'autre des chaumière de la ville. Après quatorze bonne minute alors que j'avais effrayé une partie de la population qui courrais déjà dans les rue effrayé je me hâta de retourner aux remparts.
Je retourna dans mon réceptacle favoris sans plus attendre et monta sur les remparts afin de retrouver Zune qui devais certainement déjà m'attendre. Et ça n'allais plus tarder.


-Excuse moi de l'attente.Dit-je m’asseyant les pied dans le vide tournée vers la ville. -Voila on peut considérer notre escapade comme réussis. Tu t'est surement fais chier mais, j'ai on va dire préparer un petit spectacle j'espère que cela te plaira. Oh pendant que j'y pense.Je sortis les bâtons de dynamite de ma poche intérieur gauche et les alluma.

-S'il te plais pourrais tu avec ta télékinésie envoyer ses explosif un peu partout en ville. Juste assez haut pour éviter de faire des victimes mais assez bas pour qu'on y entende bien, cela devrais enclenché un petit moments de rigolade pour nous. Tu serais à croquer merci. [i]Dit-je amicalement.


Je repris possessions de Quasimodo prêt à partir sortir dès que la porte s'ouvrira. Soudain une explosion retentit détruisant l'armurerie. Je quitta mon réceptacle quelques instants afin d'ouvrir assez la porte pour permettre à Quasimodo de partir avant de la refermé derrière moi. Alors qu'un ramdam impossible se faisais déjà entendre. Je retourna dans mon corps afin d'observer les gens courir ceux que j'avais effrayé précédemment se montrèrent fort utile effrayant a l'heure tour le voisinage réveiller par l'explosion. Il était déjà drôle de les voir se bousculer. Je commençais déjà a rire en voyant un homme bousculer une femme qui tomba au sol. La panique commençais et les prochain bâton allais provoquer une panique bien plus conséquente, cela allais très certainement donné quelque chose de marrant. Il y a pas à dire, c'est dans la panique que l'on vois qui est vraiment une personne et certaine n'étant pas ce qu'il semble être cela donne des résultats assez marrant, comme le gros muscler fuyant comme une lavette alors qu'une frêle jeune femme qui restait calme et courageuse afin de protéger sont enfant. Il y avais pas à dire, je ne me lasserais jamais de ce genre de scène. Comme quoi les gens arrive à être marrant quand on les force à réagir comme on le souhaite.

-Alors qu'est-ce que tu en pense? j'espère que sa te plais.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Dim 16 Nov - 9:10

- Une marionnette est quelque chose qui fait ce dont on attend de lui en tirant sur des ficelles, les gens sont pareilles mais sans les ficelles, je ne vois guère de différence si ce n'est que les gens sont censés avoir quelque chose dans le crane.

J'émis un sourire nostalgique. Une Marionnette, globalement, désignait certes un objet à manipuler avec des ficelles, mais aussi la race que les Nécromanciens avaient crées et commercialisés il y a un peu moins d'un siècle. Quand tu dis Marionnette, en Our Lands, on est loin de penser en premier au jouet, on pense plutôt à l'espèce qui se ballade dans un corps de bois.
Aussi, les marionnettes ? dociles ? C'était plutôt relatif. Si Near était un jour réparé, je le lui présenterais. Ça lui fera changer d'avis sur la question.
Le caractère de cochon du damoiseau était à la hauteur de l'idée reçue sur sa race... Et cela était bien déstabilisant au départ. J'avais fini par prendre cela par une marque de préciosité, une signifiance qu'il avait de la valeur. Peut-être la raison pour laquelle je ne l'avais pas encore ré-enterré là où je l'avais trouvé. Je m'étirais, chassant au loin les pensées troubles. J'avais autant envie de le voir revenir que cela m'ennuyait. Sa présence était une frustration constante, et je ne savais pas si le sentiment était agréable ou non. Entre sucré et amère, je me retrouvais prise entre deux émotions, difficile donc de déterminer mon envie.

Non, il fallait qu'il revienne. La maison prenait la poussière sans lui.

- L'étrenner hein ? ahah on verra pour le moment il y a surtout d'autres choses qui me font envie, même si j'avoue que notre cambriolage est tellement ennuyeux que ça mettrais un peu de piments dans nos activités. J'ai une autre idée d'ailleurs pour quand on aura terminé, avec de la chance on se marrera surement.
- J'te suis, j'te suis.
Lançais-je d'un ton mi las, mi enjoué. J'avais la tête grosse comme une pastèque à force de réfléchir à moult et moult putains de problèmes. Moi qui avait proposé de se distraire... Il faut croire que je n'arrive plus qu'à faire ça avec une bouteille de rhum. ...Et si... Et si je foutais le feu à Kuruta ? Ça me changerait bien les idées, non ?
Mais il n'avait pas tord quant au cambriolage... C'est comme si la ville nous permettait de pouiller. Et forcément, ça nous donnait l'impression de faire nos courses. Ha, il faut que je ramène ce gars en Our Lands, qu'il pouille une de nos régions, et il saura ce que ça veut dire, se faire courser !

Une fois dans la boutique et les vêtements d'utilités publiques posés sur mes bras, j'observais. Un jeune homme s'affairant, faisant allez-retour face aux troubles de ce monde matériel. J'avais zappé un détail. Comment était mort ce p'tit gars ? C'était quoï au départ ?
En général, soyons clairs; je m'en branle. Il n'y a rien de plus commun pour moi qu'un fantôme et a moins que nous ayons eu une histoire de son vivant, je n'ai rien à foutre de sa vie d'avant. Mais là, j'étais sûre de me le coltiner un peu, et, venant de conclure que l'enfance faisait bien la psyché, ça me ferait chier d'ignorer celle-ci. Avec un tel caractère anti-conservateur, j'avais du mal à croire qu'il eut fait parti des races privilégiées... Ou alors il est mort dans sa camisole de force. Mais peu de chances que ça soit ça. Un hybride ? Un humain ? Humain c'est plus probable, remarque. J'aurais vu des oreilles ou une queue articulée s'il avait été hybride. Un hybride sans sa queue, c'est con à dire, mais ça tient pas debout. C'est leur balancier. Même dans un corps qui n'est pas à lui, il se casserait la gueule.

Si le strip-tease se passant désormais sous mon nez aurait pu m'enchanter -ouais bon faut pas rêver, tu peux admirer le corps mais oublie pas que y'a rien de fonctionnel en dessous-, je me concentrais à cet instant plus sur le gus en question. Un humain à l'histoire difficile -comme la plupart des humains- voilà ce qu'il fut conclu.
L'accent de Nekotopia qu'il se baladait le ramenait au moins à cent ans d'âge et... Si Sin peut tenir jusque là, ça sera un miracle pour lui. En gros, ça veut dire que c'est un fantôme sans émotions parasites.
Loin de donner un cours de fantomologie, il est de nature commune que les sentiments soient exacerbés une fois le lien avec le corps rompu. C'est logique, car il reste plus que ça. Souvent le spectre garde une vague apparence de son ancien corps, mais devient totalement soumis à son ancien caractère qui se trouve poussé à son paroxysme. Quelqu'un d'anxieux de son vivant finira dévoré par ses craintes ! Rien qu'à voir Sin et son complexe de l'abandon, je pouvais sans hésiter conclure que le mec en face de moi avait trouvé un totalement autre exécutoire.
Qu'il n'ait pas essayé de tuer quiconque lors de ses deux arrivées en ville m'aidait aussi à conclure qu'il était humain. Surement était-il alors une esquisse de ces Rebelles que l'on voit désormais, pouillant la bouffe dans les cuisines quand il ne s'y trouvait personne.
La ville de Nekotopia était alors particulièrement cruelle. Peut-être pas plus que Sérès, mais c'était en bonne voie. Une fois le 'début de rébellion' commencé, tortures et exécutions publiques furent de mise. Le temps sombre, peu avant que le gouvernement se décide à lancer une grosse bombe histoire de raser tout ça.
J'étais pas là quand ça s'est produit. Mes souvenirs de cette histoire restent flous mais quand je suis revenue, j'ai eu le droit à pas mal de témoignages qui m'expliquaient tout cela.

- Je suis ravi de ne plus avoir à porter ces horreurs, je me demande encore comment j'ai pu osé voler un truc aussi moche, me demande aussi pourquoi d'ailleurs. Et pis, faut bien l'avouer, on a quand même plus la classe comme ça qu'avec des vêtements mal assortis et des patins qui se trimballent à poils ahahah.
- T'aurais pu ré-infiltrer le Dark Woods avec tes fringues petit-pois carottes !
Lançais-je en lui faisant un clin d’œil. Enfin, c'est vrai qu'il était plus mignon une fois bien sapé. Uh ? J'ai rêvassé combien de temps, moi ? Ma main s'était figée dans son geste, jouant avec une fermeture dorsale de l'un des corsets. J'avais pu faire faire soixante quatre allez retour de cette fermeture ce qui signifie... Que putain je perds pied avec la réalité !! Allez, debout Zune ! Tu vas pas te perdre dans tes pensées maintenant, hein ? Tss, tu sers à rien, meuf !

Personne ne va me croire mais... Je réfléchis trop.

Il sortait, je le suivis. Jetant par terre mon ancien corset déchiré, j'en mis un second sans m'arrêter de marcher. C'est un fantôme, bordel, et il a autre chose à foutre que de mater des nichons cramés. Puis, moi ? Perdre du temps en allant dans une cabine d'essayage ? L'a-t-il au moins fait pour lui ?
Repassant pas trop loin de la Mairie, je sentis deux yeux me fixer. Hum, enfin grillés. Faut dire, le shopping, c'est pas trop ma tasse de thé. Restait juste à ce qu'il nous envoie quelqu'un... Ce qui est pas gagné à partir du moment où il a compris que c'est un fantôme. Y'a très peu d'exorcistes à Esgalduin. C'est p'tet la raison pour laquelle personne n'a encore brûlé la ville.

- Très bien, parfait, super, niquel je vais pouvoir optimiser mon équipement. Ça va être énorme ahahah. J'ai hâte de peaufiner tout ça.

Je levais la tête pour voir l'enseigne du magasin dans lequel nous nous étions rendus... "Blacksmith & Armory". T'es pas sérieux, là ? On pouille une fucking armurerie ? Et après ça sera quoi ? Le super-marché pour les couches-culottes ?
...Remarque, ça remonte à pas longtemps, la dernière fois que j'ai pillé un magasin pour me faire un stock de langes... Haha les joies de la maternité.
Faut dire aussi que les mioches, ça chie comme quatre.

- Oh excuse moi, je perd la tête.
- C'est pas grave, on finit toujours par la retrouver.
Sourire calme. Ouais, un homme aussi a des besoins. Piller une armurerie en fait visiblement partie. Je regardais autour de moi à la recherche de quelque chose d'intéressant quand... Oh putain mais c'est à moi ça !
Foutu Nolwe, qui m'avait pouillé mes armes en me foutant en cage. Je réinstallais fourreaux et épées autour de ma taille. Et une épée ancestrale et un katana récupérés ! Hoplà.
Bon, heureusement qu'on est venu là. Je me serais pas pardonné d'avoir perdue l'épée de l'ancêtre.

- Il me reste quelques truc à prendre et tout sera bon.
- 'kay'kay. T'en fais pas, j'ai toute la nuit.
Dis-je d'un air distrait, vérifiant que les lames n'avaient pas été émoussées. Comment j'ai- pu- zapper- que- j'étais- désarmée- ? Éventuellement en me dénudant plus que de coutume. Ah bordel de shit de merde.

-Yheaaaaa!
- Hein ?
Relevant la tête, je vis le damoiseau revenir avec... un mortier ? What ? Tu vas te trainer ce truc ? Je partis d'un éclat de rire. Bon, bah s'tu veux. J'vais pas t'en empêcher non plus ! -putain ma lame est émoussée...
- Commence à sortir j'arrive, on va allez s'amuser un peu avant de filer de la j'ai encore une chose à faire, je reviens de suite.

Pendant qu'il me filait ses indications, je lançais la meule à affuter et rectifiais l'épée. J'allais quand même pas me trimballer avec une épée mal en point ! Assommer avec le plat ferait retourner la vieille Leisey dans sa tombe ! -Puis, sérieusement, le bruit on s'en contrebalance un peu du moment que l'on est déjà grillés. L'épée reste plus important.
Puis, d'un seul coup, je réalisais que c'était pas logique. Attend voir ! Hier nuit, pendant que l'autre était parti draguer, j'ai tué des gens... Avec mon katana ? C'est bien ça ? Comment il a pu disparaitre alors ? Je viens de retourner en ville ?
Je me le serais fait fauché pendant mon arrivée ? Hier à Sérès ? Mais c'est n'importe quoï ! Ha, foutue ville, je deviens parano ! ....Et si le vieux était derrière tout ça ?
L'épée aiguisée, je la rangeais vite à mes côtés et gardais une main dessus, au cas où.

- C'est bon j'ai tout ce dont j'ai besoin et ce pour un sacré moment. Bon on devrait commencer à bouger un peu, je vais envoyer mes pantins ainsi que le charriot non loin de l'entrée, il me faudra le sortir aussi discrètement qu'à son arrivée, j'ai une petite idée sur la question. Je sais pas si cela va te plaire, mais bon on verra bien et pis ça pourrait être drôle. Je te propose d’aller sur les remparts à côté de la porte Je te rejoindrais par la suite. J'ai encore quelques tâches à faire, je ne devrais pas en avoir pour trop long. Je serais là dans moins de vingt minutes. J'espère que ton attente n'aura pas été vaine et que tu appréciera cette fin de nuit. Oh et en allant sur les remparts, fais-toi discrète, les garde que j'ai assommés tout à l'heure ont dû se réveiller ou bien être trouvés, ils doivent surement chercher sans savoir qui.

Haussant les épaules, trainoyant des pieds, je me rendais aux remparts. Peu loin se trouvait l'un de mes potes, qui eut la décence de ne pas me griller. Effectivement, les rebs semblaient agités et j'imaginais bien le chaton furibond pester contre ce qui s'était passé. Néanmoins, j'étais perturbée par cette épée qui se téléportait. Eh bien ? Était-on seulement discrets ? Et si nous étions épiés dès le départ ? L'impression d'être jouée se faisait plus présente mais je me taisais. A quoi bon forcer la résolution de nos problèmes ? Des ennuis ? Nous allions en avoir, voilà qui me changerait les idées.
Adossée contre la muraille, sur un échafaud me permettant de prendre de la hauteur, je surveillais. Bientôt, la rue d'en face s'illuminait et ainsi en firent les autres. Des gens sortaient de chez eux, outragés. Et ce fantôme allait forcément s'épuiser à se déchaîner ainsi.
Revenant, il s'installa près de moi.

- Excuse-moi de l'attente. Voila on peut considérer notre escapade comme réussis. Tu t'est surement fais chier mais, j'ai on va dire préparer un petit spectacle j'espère que cela te plaira. Oh pendant que j'y pense. S'il te plais pourrais tu avec ta télékinésie envoyer ses explosif un peu partout en ville. Juste assez haut pour éviter de faire des victimes mais assez bas pour qu'on y entende bien, cela devrais enclenché un petit moments de rigolade pour nous. Tu serais à croquer merci.

Je fixais la dynamite allumée. Les explosifs, c'est pas trop mon truc. Enfin, disons que ça n'est pas mon arme préférée. Mais... Pourquoi pas ? J'obtempérais, choisissant en priorité les bâtiments que je souhaitais voir détruits. Cela créa de jolis feus d'artifices et je sentais bien que j'allais sous peu me faire décimer. Bien évidemment, sir Tapion n'avait pu passer à côté de ce raffut. J'espérais seulement qu'il soit reparti en Rosaire. Mais alors comment expliquer l'épée disparue ? Quelqu'un d'autre ?

- D'expérience, j'peux te dire que j'ai un goût dégueulasse.
Moi ? Les compliments ? Nan mais sérieux faut arrêter car ça me met de mauvais poils. Avec délectation, je regardais les gens s'affoler. Pour beaucoup des visages connus. J'aurais souhaité débusquer Automn ainsi mais le bougre ne semblait pas présent en ville.

- Alors qu'est-ce que tu en penses ? j'espère que ça te plais.


" C'est sympa, mais j'avais encore une course à faire... On y r'tourne ? "

C'est Ti'en que l'on avait oublié dans l'agitation. Discrète, j'avais zappé d'imposer que moi aussi, j'avais des trucs à chercher. Attrapant la marionnette par l'épaule, je le fis descendre de son perchoir et le guidait parmi les rues. Filant comme un félin, j'évitais avec grâce les âmes apeurées courant de ci de là. Quelques casseurs profitaient de la situation, pensant que la rébellion prenait fin cette nuit. Tout commençait à tourner au drame et le Neko devait avoir quitté sa mairie pour calmer la foule. Certaines personnes essayaient d'éteindre le feu crée par les explosions, mais étaient bien trop bousculées par les effrayés. Dans un coin d'une rue, une enfant pleurait.
Et un mort se trouvait au sol, piétiné.
Dans une ville instable, le moindre événement prend des proportions gigantesques. Les gardes de la cité s'étaient mis à attaquer les fauteurs de troubles et il risquait bien d'y avoir d'autres cadavres d'ici demain.

Surement que certains seraient effondrés. Je m'en fichais un peu, personnellement, enfin... Jusqu'à ce qu'une braise me tombe dans les cheveux. Éteignant avec rage le départ d'incendie se trouvant sur la mèche, je pestais et avançait.
Le temps qu'un élémentaire d'eau réagisse et commence à convenablement éteindre la chose, faisant tomber un sacré déluge sur la ville, nous étions déjà à l'intérieur des murs de la prison.

- Tu me demandais si j'avais quelques relations pour t'aider avec ta quête. J'ai bien réfléchis et...

La prison était imposante. Sorte d'immense demeure de pierre, bâtie en carré, les salles étaient depuis longtemps sales et abandonnées. Personne ne s'occupait vraiment des prisonniers sauf un garde, venant une fois par jour leur apporter de la nourriture. Pour y avoir passé plusieurs nuits, je devais avouer l'expérience désagréable. On y avait laissé là les prisonniers politiques, de ceux qu'on ne pouvait jeter dehors car bien trop renseignés, mais que l'on osait pas tuer de peur de tomber aussi bas que ceux que l'on a remplacés.
L'endroit était, je le savais, un supplice pour Nolwe, qui préférait tenter d'oublier son existence. Pourtant il était difficile d'ignorer les gémissements, les cris de rage des condamnés de ces lieux.
Chaque cellule était faite de barreaux de métal, impossibles à tordre. Derrière les barreaux, fermant la cage, se trouvait un mur si solide qu'il en était indestructible. Au final, la seule échappatoire restait la porte dessinée dans les barreaux, si tant est que la clé était présente. Des prisonniers, il en restait quelques uns. Doucement, en bientôt trois ans de règne, les rebelles avaient laissés mourir leurs condamnés, se débarrassant ainsi des gênes. L'on trouvait pourtant pas moins de deux cents hommes et femmes, tous Yōkai, qui avaient fait de la prison la fin de tous leurs espoirs. Les enfants, cependant, n'avaient pas étés enfermés. L'on avait cru possible de réhabiliter de si jeunes esprits, de les réformer.
Et ainsi la prison était devenue le symbole de l'échec de la rébellion, la fin d'un idéal. Une fois les prisonniers morts, bien entendu, il existera certainement une belle période de paix, où l'on pensera que tout s'est toujours très bien passé.

Il n'y avait personne car l'on faisait confiance aux cages. Mais la clé était laissée à l'entrée car ceux qui auraient souhaité la prendre se trouvaient, en principe, enfermés. Aussi finit-elle dans ma poche. Marchant à petits pas, ignorant les cris, ou plutôt- faisant semblant de les ignorer, je m'approchais de la cellule contenant le Lycanthrope blond. Encore deux couloirs. Bon Dieu que c'est long !

- Enfin, je suppose que c'est une 'relation', il risque d'être un peu fâché d'être retourné dans cet endroit par ma faute. -je toussais- Mais si tu le mets dans ta poche, surement que tu pourras avoir toute une meute de Lycanthrope à ta disposition. Il a encore un certain renom... Pour deux mois je dirais. Je lançais la clé à Kuruta. Moi j'me planque dans l'ombre, j'te regarde faire ! S'il me voit, il va vouloir m'arracher les deux bras...
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Sam 22 Nov - 17:19

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que Zune eut besoin de retourner en ville, car elle semblait avoir oublier quelque chose, je la suivis au beau milieux de la foule, passant rapidement au travers de la foule usant des mes capacité pour en faire trébucher quelques uns des passant qui courraient affoler. Je sauta même sur des gens afin de me permettre de me déplacer avec d'avantage d'aisance. Alors qu'une enfin était sur le point de se faire piétiner par un type je plongea vers elle, l'attrapant sautant vers le pas d'une maison.

T'-est trop petite pour jouer, reste ici et il ne t'arrivera rien.

Je ne perdit pas plus de temps que les quelques seconde que je venais de perdre, je continua ma vive traversé, faisant les poche par ci-par là au passage.
Zune nous avais amener dans se qui semblais être une prison et pas des plus agréable. L'on entendais de l'entrée les prisonnier, hurlant. Exclament de vouloir sortir.


-Une connaissance quoi. Une meute de lycanthrope dont un l'un d'entre aurais une certaine notoriété. Intéressant, effectivement cela pourrais m'intéresser.Dit-je en attrapant la clé. Même si j'en avais guère besoin.

-Très bien, je vais allez voir ça de plus prêt.

Je m'approcha des cellule me dirigeant là ou elle m'indiquais d’aller, apercevant un type au cheveux blond, il payais pas tant de mine que sa, mais dégageais une certaine satisfaction. Je fis face à ça cellule m'adressant à lui.


-Toi, oui toi. J'aimerais m'entretenir avec toi. J'aurais un service a te demander à toi et aux autre si ça les intéresse. Surtout toi. Dit-je en fixant le blondinet.
Laisse moi tout d'abord te faire part de ce que j'ai à te proposer.


-Je vais te faire sortir de cette prison, et je te propose de t'embaucher pour un meurtre. Si tu accepte, tu aura le droit de me demander absolument tous ce que tu veux et je consentirais à te l'obtenir. Si tu refuse et bien... Dit-je en montrant la clefs.

-Rien ne m'oblige à te faire sortir et toi tu t'assoira sur ta liberté et sur se dont tu désirerais le plus.

Je me mis à croiser les bras dans mon dos et à faire les cents pas. -Je veux faire tuer Trixie de Laudreuil du Black Roses et je donnais tout pour y parvenir. Si tu accepte, je te fournirais le plan d'action afin de lui tendre une embuscade. Si vous suivez le plan à la lettre, tout se passera bien et Trixie mourra. Affichant un grand sourire flippant.

-Alors accepter vous de m'aider, ou bien préférer vous rester ici?
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Sam 22 Nov - 17:58







<< Ce monde peut changer ! Je le sais, avec toi à mes côtés... Tout sera possible ! >>

Des mains s'évadant dans de longs cheveux bruns. Une odeur particulière, agréable. Le parfum du passé. Leurs cœurs battant à l'unisson dans de folles nuits de tendresses. Ces regards complices qui n'appartenaient qu'à eux.
A quoi bon une famille si elle ne peut accepter vos choix ? Il n'y avait qu'elle qui comptait et il aurait très bien pu se séparer du monde entier tant qu'il pouvait encore la serrer contre lui.
Et l'esclave relevait la tête, ses boucles brunes dansant autour de sa nuque gracile. Et elle lui faisait le plus beau des sourires, qu'il scellait d'un baiser.

Partir, s'évader. A travers les champs de fleurs et les pieds nus sur l'herbe humide, oublier un instant ce que l'on a été pour tout recommencer. Sa chaleur, leurs étreintes. Il pouvait se contenter de cela et cela uniquement.
Disparus dans la foret d'Esgalduin, le couple jouissait alors d'une liberté totale. Oubliant les autres et leur haine, ils s'aimaient dans la plus pure innocence. Une cabane en bois pour pallier à la fortune du passé, la chasse du jour remplaçant les plats servis dans des couverts dorés.
Reconnaissant, il oublia bien vite son enfance pour privilégier ce qui n'était désormais plus qu'un douloureux souvenir. Un rire idyllique soudain chassé, soudain détruit.

Il se rappelait de ces enfants, les siens. Sachant à peine marcher, ils couraient autour d'eux. Une pierre, une fleur, remplaçant bien ces jouets sophistiqués. C'était lorsque la maladie frappait, qu'il était le plus malheureux. Lui, l'exilé, se voyant alors souffrir de l'angoisse des parents, de la peur de les perdre à cause de sa sottise seulement. Les nuits sans sommeil additionnaient à la faiblesse des siens, et il voyait le monde renaître lorsque le mal était parti.

Cela avait commencé par des cris au loin. D'abord, ces bruits inhabituels, ces voix qu'il ne connaissait pas. Ti'en perdu, Ti'en méfiant. Il avait fait rentrer femme et enfants à l'intérieur, et s'était apprêté à se battre...
Mais le danger ne vint jamais.
Aussi la vie reprit-elle lentement, et petit à petit, tous oubliaient la menace. C'est lorsque l'enfant, le nourrisson, s’aventura un peu trop loin sur le territoire damné qu'un cri arracha à jamais l'âme de son père. Ils coururent, tentèrent de retrouver le bien-aimé. Mais déjà à sa place se trouvait un corps froid et mort.
Les Rebelles étaient là.

Les flèches fusèrent et celle dont le corps était bien trop fragile s'effondra, protégeant la dernière lumière de ces vies gâchées. Sa fille enlacée, comme pour lui épargner les coups, elle s'effondra au sol, le liquide carmin emplissant sa gorge.
Un combat s'en suivi, sans vainqueur. Il se rappelle malgré une vision brouillée avoir attrapé le bras de sa petite fille et l'avoir emporté, loin, bien loin. Il se rappelle s'être enfui de la foret, perdu et apeuré. Il se rappelle de cet air fou qu'il avait, de ces pas titubants dans les rues du village de Sérès.

On lui prit l'enfant.
Un réveil empli de terreur, une sueur glacée englobant le corps. Les yeux pleins de larmes, Ti'en se redressa dans un lit d’hôpital. Que faisait-il là ? Où était sa fille ? Où était Alya ?
L'esclave qui l'accompagnait ? On l'avait revendue ! Pourquoi se donnerait-on la peine de lui laisser un bien qui comblait si parfaitement les dépenses pour ses soins ?

A la déchéance succéda la haine, à la haine succéda le désespoir. Le tout se noyait dans une terrifiante ambiance d'agonie. Ses pensées brouillées, ses pas mécaniques, il se tuait de tristesse, se suicidait de malheur. Fallait-il qu'il l'aime, cet enfant ! La dernière preuve de l'existence de sa mère, la luciole de ces bonheurs à jamais effacés... Et qu'il haïsse ces Rebelles qui lui avaient pris, sottement, ce qu'il avait de si cher. Son cœur se referma, devint pierre. Et bientôt il n'y eut plus rien qui eut pu sauver Ti'en.
Il avançait à tâtons dans le noir, se heurtant aux murs avec délectation. Le sang ? Il le faisait couler en riant. Il eut pu détruire chaque vie sur cette terre car ce qui comptait n'existait plus.


<< Le bonheur ? Possible ? Tu te moques de moi, trainée !! >>

Perdu dans ses pensées, dans ce passé désormais silencieux, Ti'en se tenait recroquevillé au fond de sa cellule. Enchaîné d'argent lui brûlant poignets et chevilles, il était à l'affût. Ses yeux brillaient dans les ténèbres d'une lueur sauvage. Les sentiments indistincts qui l'avaient autrefois étreints étaient toujours présents, ils étaient devenus force à l'intérieur de son être. La rage ressentie et jamais oubliée le faisait avancer.
Et il sortira de là, il le savait. Il ne mourra pas entre ces murs de métal, il ne disparaitra pas à jamais.

Quelque part, il le savait, se terrait sa jeune fille. Alya... Il avait souhaité lui offrir une vie à la hauteur de sa valeur. Peut-être ces enfoirés de rebelles avaient-ils au moins réussi cela... A offrir à l'Hybride un monde où elle sera libre. Marchant librement dans la rue, parmi les siens, l'enfant saura relever la tête...
Mais ses espoirs s'effondraient vite alors qu'il se rappelait de ce jour si horrible où la foule des opprimés avaient attrapé les graciles bras de la dame oiselle, cherchant revanche pour une servitude qu'il n'avait eu d'autre choix que de lui imposer. Comment pouvaient-ils traiter une des leurs de la sorte...
Et lui, qu'avait-il raté ? Se battant pour qu'elle ait un meilleur avenir, il l'avait rejeté dans le camp des perdants. Il avait lui-même scellé le destin de son enfant.
Il ne savait que faire.

S'échapper, réacquérir une liberté difficilement appréciée, avait été l'occasion de partir à la recherche d'Alya et d'Eru. Mais ces derniers demeuraient introuvables. Craignant le pire, pétri de malheurs, il tentait de chasser de son esprit l'idée même d'avoir perdu les deux êtres qui comptaient encore.
Certainement, s'il ne mourrait pas ici, se vengerait-il de la femme ayant avorté ses recherches, et du monde entier au passage, qu'il haïssait avec véhémence pour l'avoir tant brisé.

Des bruits de pas le sortirent de sa méditation. Attentif, il surveillait l'avancée de l'inconnu, qui ne portait définitivement pas l'odeur de la personne lui apportant sa nourriture habituellement.
Il ne touchait pas à la nourriture non plus. L'infâme bouillie le désespérait et la geôlière n'avait rien d'agréable en guise de mise en bouche. Pourtant, il ne souhaitait pas mourir. La haine tonitruante à l'intérieur de son être le poussait à survivre, et ce même par les moyens les plus vils.

Que quelqu'un vienne ne le surprenait pas vraiment. Il s'y attendait même. Toujours à l'affût, il se doutait qu'un jour quelqu'un allait lui offrir l'occasion de s'échapper. Et si le marché n'était pas à la hauteur de ses attentes... Toujours trouverait-il moyen de faire de cet imprudent son repas. Enfin de la viande ! Ça ne sera pas un mal !

C'était un jeune homme aux cheveux rouge. D'apparence, il ne payait pas de mine. Il avait l'air sûr de lui, mais bien fragile. Quelque part, il lui rappelait son ancienne compagne de cellule, mais il chassa bien vite cette idée de sa tête- cela influencerait de trop son jugement.

-Toi, oui toi. J'aimerais m'entretenir avec toi. J'aurais un service a te demander à toi et aux autres si ça les intéresse. Surtout toi.
- Et pourrais-je savoir pourquoi moi en particulier ? Sa voix se faisait caverneuse, enrouée pour n'avoir pas parlé pendant si longtemps... Muré dans le silence, tout son corps tremblait face à l'effort de s'ouvrir à quelqu'un pour quelque chose d'aussi banale qu'une discussion. Ce fut à cet instant qu'il se rendit compte qu'il était bien plus faible que prévu... Il pouvait sans problème égorger le visiteur, mais s'enfuir serait difficile... Il ne s'était pas ménagé pendant son temps de liberté, n'en avait pas profité pour reprendre des forces.

- Laisse moi tout d'abord te faire part de ce que j'ai à te proposer.
Il grogna. Ti'en détestait qu'on lui donne des ordres, voir même des conseils -pour lui, il s'agissait de la même chose, un moyen pour les autres de parvenir à leurs fins.
Il détourna la tête, agacé.

- Je vais te faire sortir de cette prison, et je te propose de t'embaucher pour un meurtre. Si tu acceptes, tu auras le droit de me demander absolument tout ce que tu veux et je consentirais à te l'obtenir. Si tu refuses et bien...

Un tintement le ramena à la raison. Manquant de se jeter sur l'objet désiré, ses chaînes lui rappelèrent bien vite la réalité. Les clés ! Il les avait !
Il pourrait sortir- s'enfuir, s'échapper. Retrouver Alya, retrouver Eru. Les sauver tous les deux ! Alors qu'il comprenait que les clés étaient inaccessibles en usant de sa force, il lui envoya un regard sombre, mauvais. Salopard, donne-moi les clés tout de suite ! disait ce regard. Acculé ainsi, ça n'était pas comme s'il avait le choix. Et il détestait qu'on lui force la main.

- Rien ne m'oblige à te faire sortir et toi tu t'assoiras sur ta liberté et sur ce dont tu désirerais le plus.
- Ouais c'est bon, j'ai compris !
aboya-t-il, agacé.

Les clés à nouveau hors de vue, l'agaçant gamin commençait à faire résonner ses pas dans le couloir. Ses crocs lui faisaient mal, il l'aurait bien dévoré tant ses nerfs étaient à vif. Bon, alors, il allait parler, oui ?! Ou bien était-il venu ici sans plan précis, uniquement pour le narguer, jouer avec sa santé mentale ?

- Je veux faire tuer Trixie de Laudreuil du Black Roses et je donnerais tout pour y parvenir. Si tu acceptes, je te fournirais le plan d'action afin de lui tendre une embuscade. Si vous suivez le plan à la lettre, tout se passera bien et Trixie mourra.

Il s'immobilisa. Le choc de la révélation le maintint le souffle coupé durant quelques secondes. Il aurait aimé mordre à l'hameçon, appétissant. Mais il n'était pas né de la dernière pluie et s'il hésita à se jeter sur la mission sans rien quémander, il savait très bien cela impossible. Ça puait le piège à plein nez.

-Alors acceptez-vous de m'aider, ou bien préférez-vous rester ici ?
- T'es un marrant, toi. Tu viens comme une fleur et tu me demandes de tuer ma pire ennemie, me faisant même entrevoir une récompense ! ...Mais tu me prends pour un abruti. Ça, c'est pas ton plan, c'est un hameçon. Maintenant, tu vas me faire le plaisir de me dire qui t'envoie. Pour si bien me connaître, ça doit pas être n'importe qui.

_________________


Once you will know my dear
You don't have to fear
A new beginning...
Always starts at the end
Wakai L. Wolfberg
[ Dame Elfe ♀ ]
Age : 27
Localisation : Dans la bibliothèque, cette question !

Feuille de personnage
Race: Elfique
Pouvoir: Manipulation des Plantes
Inventaire: http://esgalduin.fantastique.tv
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Sam 22 Nov - 20:01

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que que le lycanthrope mre répondais avec une vieille voix, j’entamai d'avantage la conversation. -Tout simplement parce que c'est vous que je suis venu chercher ici. Laisse moi tout d'abord...
Le lycanthrope devenais grognon. La conversation continua sont cour et plus on parlais plus il semblais s'énerver. Ma foi qu'il s'excite si cela l'amusais. Moi j'étais pas la non plus pour perdre mon temps. Les voles de se soir avais durée déjà pas assez longtemps. Il devenu encore bien plus agité et apercevant la clefs.
Je le calma en le rappelant à l'ordre que rien ne m’obligeais à le libérer. Il semblais assez agressifs pour être convainquant dans mon plan.
Il se remit soudain à s'énerver, il semblais apparemment déjà connaitre Trixie.


-Ahahah tiens donc tu la connais qu'elle amusante coïncidence. Je trouve cela encore plus intéressant. Si je suis là c'est grâce a votre notoriété. Je cherche des gens efficaces; je veux sa mort point barre. Mais je n'étais pas au courant que tu connaissais cette vampire. Mais bref. Tu me dit oui ou tu me dit non. Mais personnellement, moi ce dont j'ai besoin c'est de gens pour m'aider à la tuer. Que tu en sois ou non pour moi c'est un détail. Dit-je en jetant la clef par dessus mon épaules.

-D'ailleurs il y a t'il des gens volontaire, je cherche des gens robuste, rapide, agile n'importe qui qui aurais certaine capacité à tuer. Si personne ne l'est alors tans pis, vous n'aurez qu'a rester ici, après tous des truands et des meurtriers ce n'est pas se qui manque.


Je commençais doucement à leurs tourner le dos et à partir, après tout Zune m'avais amener ici par rapport à ce que je lui avais demander. Mais déjà réfléchie à d’éventuel d'autre plans, qu'ils vienne ou non cela ne m’intéressai plus vraiment. Et comme dit, il me serais plus rapide de dérober un riche pour payer avec de l'argent des truands que de convaincre un louloup énervé.
De plus j'avais encore pas mal de boulot, j'avais pas mal de bricolage à faire.

-Je vous souhaite une longue vie heureuse ahahah. Dit-je en levant la mains pour faire mes adieux.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Dim 23 Nov - 23:00








Le bruit d'une clé tombant par terre, d'un espoir se brisant soudain en millier de fragments. Le visage déconfit, décomposé, et bientôt l'affolement- l'imbécile ! Et s'il avait raté sa chance ?
Paniqué, bien sûr, le Lycanthrope fixait ce petit morceau de métal sur le sol, bien au delà de sa portée. Ah s'il avait pu ! Ces clés...! Mais voilà, il n'avait pas le choix. Et s'il ne le croyait toujours pas, s'il se méfiait de cet homme comme de la peste, il devait entrer dans son jeu. Dans le cas contraire, il serait à jamais prisonnier avec pour seule compagnie l'agaçante petite geôlière verte.

- D'ailleurs il y a-t'il des gens volontaires, je cherche des gens robustes, rapides, agiles n'importe qui qui aurait certaines capacités à tuer. Si personne ne l'est alors tant pis, vous n'aurez qu'à rester ici, après tout des truands et des meurtriers ce n'est pas ce qui manque.

Quelques uns de se signaler. D'hurler même ! "Hé ! Moi !" "Je peux faire le sale boulot tant que tu me laisses sortir !" une jeune femme de s'écrier "Attends ! Libère-moi, j'ai des enfants là dehors !" et les voisins de cellule de faire ce tintamarre infernal. Ti'en crispa les poings.

- Je vous souhaite une longue vie heureuse ahahah.
- Reviens ! Il ne le répétera pas deux fois. Acculé, désespéré, il devait bien trouver un moyen pour s'évader. Il y avait au delà de ces murs deux adolescents qui ne s'en sortiraient pas sans lui. Des gosses du genre dépendants et faibles. Et Ti'en n'était pas idiot au point de ne pas se dire qu'il pourrait bien déjouer la machination pressentie -quelle qu'elle soit- et arriver vraiment à poser la patte sur Trixie De Laudreuil. Je ferais ce que tu veux si tu me fait sortir d'ici. Les paroles sacrées, une promesse, crachée à contre-cœur à un être qu'il haïssait déjà. Dans sa tête se tramaient mille menaces. Lorsque la situation s'inversera, on verra bien si je jubile sur ton sort. Tuer Trixie ? Ça me va ! Je te trouverais même des gars qui nous filerons un coup de main. Tout ce que je te demande, c'est de me faire sortir d'ici... Et je veux la récompense bien avant l'embuscade. ...Des fois qu'il n'en sortirais pas indemne. A vrai dire, il doutait même que Trixie soit réellement impliquée là-dedans... Tout cela n'était qu'un piège pour mieux le manipuler, l'utiliser. Mais il s'en fichait un peu des fois que lui pouvait aussi utiliser le rouquin. Difficile également de se faire des illusions, le risque n'était pas de zéro. S'il souhait la récompense avant, c'était au cas où il mourrait durant la bataille.
Cela ne lui faisait pas peur. En fait, son but n'était de loin pas la survie. Il s'agissait de protéger ceux qui comptaient encore, de s'assurer de leur futur. Pour le reste... N'était-il pas déjà perdu ? Quel avenir avait-il dans ce monde qui le dépassait déjà ? Il n'avait pas la moindre envie de vivre dans une société où les Rebelles feraient la loi. La vérité est qu'il était mort depuis déjà bien longtemps...

_________________


Once you will know my dear
You don't have to fear
A new beginning...
Always starts at the end
Wakai L. Wolfberg
[ Dame Elfe ♀ ]
Age : 27
Localisation : Dans la bibliothèque, cette question !

Feuille de personnage
Race: Elfique
Pouvoir: Manipulation des Plantes
Inventaire: http://esgalduin.fantastique.tv
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Mer 26 Nov - 21:48

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que j'étais, à la quasi sortit. de la salle des cellules, du monde ainsi que la personne qui m'intéressais à la base, se mirent à gueuler. Décidément pas un seul pour rattraper les autres pas même le blondinet. Il y a avait tout compte fais personne de satisfaisant et encore moins de convainquant. J'avais l'impression d'avoir affaire à des empoté de nouvelle recru dans un régiment d'armée.

-Que je revienne ? Et pourquoi faire ? Un instant tu joue les gros dure futé et après que tu comprenne que aurais mieux fais de la fermer tu me demande de revenir car tu te dit certainement que tu perd une occasion de sortir d'ici. T'est trop prévisible et tu me semble aussi malin que les garde de cette ville aussi protégé que l'os d'un chien. Ça grogne mais jeter un autre os plus loin et il courra après délaissant le premiers.

Je tachais de me montrer le plus agaçant possible, il était important de le tester. Je ne lui faisais même pas face et m'adressais à lui en lui tournant le dos gardant mes distance.

-Permet moi une question, qu'est-ce qu'il peut bien te pousser à accepter mon travail hein ? L'or ? Je suis déjà presque certain que c'est pas une question de liberté. Une vengeance ? des proches peut-être ? Je ne te demande pas de détails, je sais que tu mentirais, je suis juste curieux de connaitre la raison.

J'étais curieux de savoir ce qu'il allait répondre. D'un autre coter ça me soulais de d’être ici alors que dehors c'était la cohue.

-Dite voir tous bande de couillon écervelé que penser vous de moi ? Je vous conseilles de bien choisir vos mots.
Dit-je en me retournant tout sourire. -Alors, je vous écoute, oh et merci de pas tous parler en même temps on commence par la jusqu’à la bas Ti'en tu répondra en dernier toi. Oh et j'oubliais aussi si la réponse ne me conviens pas je vous laisse pourrir ici. Tachez tout de même de faire vite j'ai pas non plus que ça foutre et cela commence à être gonflant d'être d'un endroit aussi ennuyeux que celui là.

Je fixais Ti'en droit dans les yeux. Je préferais garder le meilleur pour la fin, un peu de suspence voyons.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Jeu 27 Nov - 7:33







Durant ces années troubles, en ce temps, il n'y avait plus nul espoir. Sa petite fille perdue, disparue à jamais, il s'était jeté tête baissée dans la boisson. De combat d'ivrognes, il était devenu voleur. Quelque fois, il tuait ses victimes. Cela le blessait, cruellement. Il n'était pas meurtrier.
Mais il haïssait ces gens brûlés par le bonheur. Il les enviait avec fureur et cela calmait ses remords. La folie vint doucement et l’étouffa de ses doigts cruels. Le monde devint flou, le monde devint noir. Et debout sur un tas de cadavre, il riait furieusement.

Petit à petit, au fil des tortures et des horreurs inqualifiables, il finit par obtenir ses réponses. Alya était toujours de ce monde, vivante, ou si peu, jetée chez un maître sans sentiments. Il tua l'homme et apporta, paniqué, le petit trésor au Black Roses où, il croyait, elle serait en sécurité. Devenant hybride d'importance, esclave de luxe, jamais plus elle ne serait maltraitée. Car vivre librement lui était impossible, elle vivra alors de la meilleure manière qui soit, pour un être de sa race.
Il ne fallait cependant pas s'étouffer d'illusions et lorsqu'il comprit l'horreur du lieu, il souhaita la reprendre. Sans le sou, il fut rapidement jeté dehors et on se souvient encore de cette loque, ivre devant les murs du bâtiment, qui insultait la belle Trixie de tous les noms possibles. Il tenait à peine debout et des larmes amères dégoulinaient de ses yeux brumeux.

Mais il n'y a nulle main amie en ce monde. Et à partir du moment où des êtres d'importances sont tués viennent les gens en noir. On les appelle La Milice.
Rapidement maîtrisé, enfin attrapé, il fut jeté dans un sombre cachot. Peut-être même celui-ci.
Et il hurlait des insultes, furieux et amusé, et il crachait au visage des bourreaux qui hésitaient entre le sceller dans la prison ou l'exécuter discrètement. Et ils pouvaient bien le laisser là, le visage en sang et le sourire aux lèvres. Perdu dans son malheur, il n'en avait rien à faire !
Pourtant... Qui, en ce cas, s'occuperait de retrouver l'enfant ? Qui la rassurerait, l'enlaçant avec tendresse ? Il savait sa fille perdue... Morte, peut-être. Mais tirer un trait sur ce qui maintient en vie est parfois si difficile...

Quelqu'un répondit à sa question. Un homme d'une prestance stupéfiante, d'une bonté surréelle.
Il s'appelait Donovan Wolfberg. Chef de Meute Lycanthrope, il s'était intéressé à cet assassin parmi sa propre espèce, à ce spécimen d'une force si rare...
Et l'être royal avait pénétré la prison sale. Accompagné par des gardes du corps qui ne comprenaient pas pourquoi tant d’intérêt en faveur d'un prisonnier faible et haineux. D'un misérable plongé dans la folie.
Il ne fallut pas moins qu'une main tendue entre le plus grand des Lycans et le plus vil de cette espèce pour raviver une lueur au fond du regard de Ti'en.

Il fit preuve d'un dévouement sans pareille, devenant à son tour l'esclave, obéissant au moindre caprice de celui qui, dans une bonté sans bornes, l'avait sauvé. Il s'attacha tant et si bien à son maître qu'il se surprit à considérer Eru comme son propre fils.
Eru était un orphelin. Sa mère, Kiku, avait été tuée durant la révolte de Nekotopia. Restait un petit garçon n'ayant jamais connu son père, mais ayant été recueilli par Donovan, un parent éloigné. C'était un enfant faible et fragile. Autiste de naissance, il ne s'exprimait que rarement et semblait bercé dans une tristesse infinie. On le voyait toujours pensif, jamais présent. Une image effacé, un souvenir que l'on oublie.
Ti'en devint bien vite le garde du corps attitré, le mentor du jeune garçon.

Et il le suivit. Quittant Rosaire où les Wolfberg étaient établis, il accompagna le jeune garçon jusqu'en Esgalduin où ce dernier souhaitait retrouver une cousine, une dénommée Wakai.

La suite fut d'une étrangeté intense. Eru s'éclaboussait de scandales et Ti'en tentait en vain de protéger le garçon. Petit à petit, l'espoir s'était formé d'unir les deux enfants. De confier à jamais la vie d'Alya entre les mains du fragile Eru. Il croyait en ce garçon, il avait du potentiel... Il aurait juste fallut qu'il ait également un peu plus de bon sens.
Car Eru était doté d'affection et bien vite il s'éprit d'une autre hybride. Une centaure dégouttant parfaitement Ti'en. Et il fallut bien du temps avant que cette dernière s'enfuie, pour des raisons qui demeurent à ce jour inconnues à tout autre qu'au Lycanthrope.

Puis la ville tomba.
Et acculé devant la guillotine, poussé par la foule vengeresse, Ti'en défia du regard l'objet de mort. Il fallait se l'avouer... Vivre plus longtemps aurait été un véritable calvaire.

<< Ne sommes-nous pas meilleurs qu'eux ?! Où est le procès que nous leur reprochions de ne pas nous accorder ? >>

...Salopard.
Un procès ? Cette blague !

<< Pour votre loyauté à la cause Lycanthrope ennemie, Ti'en Ul'swart, je vous condamne à la prison à perpétuité. >>

...Comme si tout n'avait pas été joué d'avance !

- Que je revienne ? Et pourquoi faire ? Un instant tu joue les gros dure futé et après que tu comprenne que aurais mieux fais de la fermer tu me demande de revenir car tu te dit certainement que tu perd une occasion de sortir d'ici. T'est trop prévisible et tu me semble aussi malin que les garde de cette ville aussi protégé que l'os d'un chien. Ça grogne mais jeter un autre os plus loin et il courra après délaissant le premiers.

Il se moquait bien de lui. Ti'en enrageait rapidement. L'humiliation qu'il vivait à cet instant précis... Il était bien certain d'en avoir eu rarement à subir de telles. Ah, cet enfoiré de fils de pute... S'il pouvait franchir la barrière de sa cage, il l'étranglerait volontiers, faisant sauter sa petite tête arrogante comme un bouchon de champagne.

- Je m'suis foutu à tes pieds. T'espérais quoi d'autre ? Que je t'envoie chier ? Ça serait avec plaisir mais j'ai besoin de sortir. Arrête donc de jubiler et prends ta décision avant que je ne change d'avis.

Une autre occasion... Il pourra en trouver une. Oui, même si la situation pressait, même si... Il était déjà sorti avant, il lui suffirait d'apercevoir quelqu'un qui... Pourrait le détacher. Il était prêt à tout pour les enfants, mais subir un tel traitement n'était pas vraiment compris dans ce 'tout'. Perdu dans une rage bouillonnante, le Lycanthrope tentait de rationaliser.
Non, il fallait sortir. Quitte à mentir, à manipuler ce crétin juste en face. Mais son corps était épuisé. Affamé, la force manquait à son cerveau pour réfléchir correctement. Disons qu'avec la pleine maîtrise de ses capacités, il était sûr qu'il aurait déjà mis une patte à l'extérieur de la cage. Merde, il aurait dû bouffer le brouet de l'autre sorcière, au lieu de le lui balancer au visage !

-Permet moi une question, qu'est-ce qu'il peut bien te pousser à accepter mon travail hein ? L'or ? Je suis déjà presque certain que c'est pas une question de liberté. Une vengeance ? des proches peut-être ? Je ne te demande pas de détails, je sais que tu mentirais, je suis juste curieux de connaitre la raison.

Un air sombre, empli de désillusions. Ti'en soupira bruyamment, hésitant entre risquer de dévoiler une faiblesse, voir pire, mettre les enfants en danger, ou bien rester ici, à croupir pendant qu'ils passaient un très mauvais moment. Mais la raison l'emporta bien vite; ça n'était pas avec le peu d'informations qu'il allait relâcher qu'il leur poserait problème. Néanmoins, il avait toujours autant envie d'étriper le gars qui ne sentait définitivement pas la viande.
- J'chuis père. Lâcha-t-il, au comble de l'irritation. Enfin... C'était pas comme s'il avait gardé cette information telle un secret... Si peu de gens savaient qu'Alya était sa fille, c'était car ça n'était pas entré dans ses plans. Mais maintenant, cela changerait quoi ? Cette ville de merde avait de toute manière voulut sa mort, en rajouter sur sa tête ne pouvait pas la mettre plus en danger qu'elle ne l'était déjà.

-Dites voir tous bande de couillons écervelés que pensez-vous de moi ? Je vous conseilles de bien choisir vos mots.

C'est pas vrai ! Il s'était jeté à ses pieds, avait déblatéré sa vie, et ça ne suffisait pas ? Ce mec jouait. Laisse-tomber. Lui susurra une voix dans sa tête. Jamais il ne te laissera sortir.

-Alors, je vous écoute, oh et merci de pas tous parler en même temps on commence par là jusqu’à là bas Ti'en tu répondra en dernier toi. Oh et j'oubliais aussi si la réponse ne me conviens pas je vous laisse pourrir ici. Tachez tout de même de faire vite j'ai pas non plus que ça foutre et cela commence à être gonflant d'être d'un endroit aussi ennuyeux que celui là.

Et c'était parti pour le défilé des compliments... Ou d'insultes pour ceux qui n'étaient pas assez idiots pour rentrer dans le jeu. Ti'en bascula en arrière, se cognant fermement l'arrière de la boite crânienne contre le mur... Il avait besoin de se calmer et sa mâchoire aurait pu exploser à force d'être contractée. Il n'y tenait plus ! Il fallait qu'il trucide ce clown !

Lorsqu'il se fut agit de son tour, il se contenta d'un...
- Va te faire foutre, connard. bien senti. Après tout, c'est le connard qui avait voulut savoir, non ? Eh bien ça, c'est exactement ce qu'il pensait de lui à l'instant précis. Et bon Dieu, ça faisait un bien fou ! C'était totalement débile, mais ça faisait sérieusement du bien d'arrêter de lui lécher les godasses.

_________________


Once you will know my dear
You don't have to fear
A new beginning...
Always starts at the end
Wakai L. Wolfberg
[ Dame Elfe ♀ ]
Age : 27
Localisation : Dans la bibliothèque, cette question !

Feuille de personnage
Race: Elfique
Pouvoir: Manipulation des Plantes
Inventaire: http://esgalduin.fantastique.tv
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Lun 1 Déc - 14:20

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que le lycanthrope semblais ce casser le cul à défendre ces intérêts dans tout ça et que je semblais en énerver quelques autre, se qui j'avoue me faisais assez rire. Ti'en avait répondu à ma question. Il était père. Au fond comme raison c'était plutôt de bonne moralité si toute fois cela était vrai. Cela restais une info très intéressante que je pourrais exploiter s'il tentais de me la faire à l'envers. Il n'empêche, que ci cela s’avérait vrai; la brute avait un gosse dont il voulais prendre soin. J'en est connu qui les aurais vendu comme nourriture pour les bêtes. Cela me rappelais d'ailleurs une anecdote, quand j'avais balancer dans la cage aux fauve ces parents qui nourrissais des bête avec des enfant, y compris les leurs. Leur désarroi face à l'animal qui jusqu'au moment venu, chérissais tant.
Que de souvenir.
Après l'un de mes pitch ou j'avais poser une question des plus énervante. Je releva, les différents compliments et insultes. Il n'empêche qu'il y avais de sacré focus entre les "vous êtes magnifique, vous êtes élégant ou bien les vous très certainement un très bon goût vestimentaire" ce qui m'amusais beaucoup. J'étais aussi rassurer de voir que tout les lycanthrope ici présent n'était pas tous des imbéciles sans amour propres en m'insultant de tous les nom. Cela me faisais plaisir j'ai même pu avoir de la part de Ti'en un "va te faire foutre connard" se qui combla énormément.


-Vous êtes trop gentil, vous me flatter. Allez pour la peine je vous libère tous, même si certain rustre ne le mérite pas.

Alors que mon corps ne bougea même pas le petit de doigts, j'ouvris les cellules de tout le monde. Ils se mirent à se ruer comme une bande gibier courant vers leurs liberté, sauf Ti'en que j'avais laisser enchainé. Certains lycans voulurent s'en prendre à moi, mais de bonne baffe les fit vite changer d'avis. Je m'approcha de la cellule de Ti'en que je semblais énerver de plus en plus.

-Rhoo garde ton calme mon chou, je vais quand même pas te laisser partir avec tout ces crétin de bas étage et sans envergure quand même. Laissons leurs quelques instants d'avance Laissons les jouer les appâts. C'est déjà la cohue dehors et les gardes cherches des coupables et en voyant des prisonnier il ne vont surement pas les laisser courir avec tout se bordel qu'il y a déjà. Je libéra Ti'en de ces chaines se qui devais certainement le soulager.
-Allez tu est libre, je te laisse le choix de me rejoindre pour cette mission ou non. Mais sache que je ne rigole pas quand je dit t'accorder ce que tu désirera en guise de récompense et je respecte toujours mes marché. Je sais pas comment tu compte sortir de cette ville, mais moi je vais sortir par la grande porte de plus je suis attendu. Au passage, tu m'excusera de te forcer la main, mais j'ai aucune raison de t'aider à quitter la ville sans encombres si tu ne veux pas m'aider à crever Trixie De Laudreuil. De plus certaine personne chercher à embauché quelqu'un pour te tuer, ci l'ont n'est pas collègue, sa me ferais gagner du temps pour récolter un peu d'argent, je dirais facile deux heure. Bref, je t'attend en devant la porte de la prison dans cinq minute au dela de ce délais je présume que l'on ne sera pas collègue. Mais ton aide me serais très utiles, surtout que j'ai cru comprendre que tu connaissais cette connasse de Trixie.

Je fis volontairement un mauvais coup de bluff, il m'était important qu'il pense être dominant et sans influence dans notre petite guerre psychologique. Je partis de la prison, laisse Ti'en derrière qui semblais pensif. Après tout il était libre et je lui laissais le choix, mais quelqu'un comme lui n'allais surement pas refuser de gagner une récompense à la taille de ces désires. Je me mis à discuter avec Zune devant la prison, alors que j'observais les gardes courir après les prisonniers relâcher. Tant de violence, c'était ma foi assez divertissant malgré tout.

-Bon on attends quelques minute le temps de connaitre la réponse de l'autre zigouigoui si je dois l'aider à sortir de là et on part.

Histoire de patienter quelques instant, je profita de ces quelques instants pour user de mes pouvoir pour étudier les alentours.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Jeu 4 Déc - 19:38









-Vous êtes trop gentils, vous me flattez. Allez pour la peine je vous libère tous, même si certain rustre ne le mérite pas.

C'était un faiseur de bordel, un énergumène en qui on ne pouvait de toute manière pas avoir confiance... Et pourtant, Ti'en se laissait faire avec le plus grand abandon. De toute façon... Qu'est-ce qu'il pouvait faire ? Bouffer ce crétin en sortant ? Il ne sentait même pas la viande !
Le mieux aurait éventuellement été de lui arracher la tête au passage, puis de repartir à la recherche des gosses. Mais le bordel de la ville allait resserrer les rangs des Rebelles, et il n'allait disposer que de très peu de temps avant que ces salopards ne tirent à vue.

-Rhoo garde ton calme mon chou, je vais quand même pas te laisser partir avec tout ces crétins de bas étage et sans envergure quand même. Laissons leurs quelques instants d'avance Laissons les jouer les appâts. C'est déjà la cohue dehors et les gardes cherches des coupables et en voyant des prisonnier il ne vont surement pas les laisser courir avec tout se bordel qu'il y a déjà.
- Crétin ! Ils vont pas tarder à rappliquer ici pour voir quel est le con qui les as libérés, oui !


Il gardait son calme. A vrai dire, c'était dit avec le plus profond des mépris. Il attendait juste qu'on le fasse sortir. Le tout était de penser froidement, pour être sur ses gardes et paré à éviter le moindre obstacle entre lui et son objectif.
Se laissant faire, il regarda non sans une certaine satisfaction les chaînes rougissant sa peau tomber. Il se sentait de suite mieux mais le malaise lié à l'argent lui donna le tournis aussi ne pu-il tout simplement pas arracher la tête du sieur psychopathe.

-Allez tu es libre, je te laisse le choix de me rejoindre pour cette mission ou non. Mais sache que je ne rigole pas quand je dit t'accorder ce que tu désirera en guise de récompense et je respecte toujours mes marché. Je sais pas comment tu compte sortir de cette ville, mais moi je vais sortir par la grande porte de plus je suis attendu. Au passage, tu m'excusera de te forcer la main, mais j'ai aucune raison de t'aider à quitter la ville sans encombres si tu ne veux pas m'aider à crever Trixie De Laudreuil. De plus certaine personne chercher à embauché quelqu'un pour te tuer, ci l'ont n'est pas collègue, sa me ferais gagner du temps pour récolter un peu d'argent, je dirais facile deux heure. Bref, je t'attend en devant la porte de la prison dans cinq minute au delà de ce délais je présume que l'on ne sera pas collègue. Mais ton aide me serais très utiles, surtout que j'ai cru comprendre que tu connaissais cette connasse de Trixie.
- Certaines personnes cherchent à 'embaucher quelqu'un pour me tuer' ? Et pourrais-je avoir l'honneur de savoir qui ?


Il se savait beaucoup d'ennemis mais... A ce point ? Non, c'était une ruse grossière... Peut-être. Il avait tué beaucoup de gens à l'époque... Mais il avait été gracié et si les Lycanthropes ne lui avaient pas pardonnés ses actions, ils respectaient assez le Chef de Meute pour ne pas le contrarier... Mais l'affrontement arrivait et l'heure où Donovan Wolfberg descendra du trône était pour bientôt. Nul doute que les vieilles rancœurs se ravivaient alors...
Il avançait lentement à travers les couloirs, silencieux comme une ombre. Bientôt, sa décision fut prise.
Mais en sortant, il vit quelque chose lui déplaisant fortement.

- Bon on attends quelques minutes le temps de connaitre la réponse de l'autre zigouigoui si je dois l'aider à sortir de là et on part.

Elle ! Il aurait dû s'en douter que cette crasse de Zune était liée à tout ça. Après tout, c'était bien elle qui l'avait fait sortir d'ici une première fois pour l'y remettre ensuite... Pourquoi serait-elle étrangère à cette seconde escapade ?
Ni une ni deux, il lui enfonça son point en plein visage, assez fort pour la faire s'envoler sur quelques mètres.

- L'autre zigouigoui n'a pas vraiment le choix. Mais rappelle-toi bien : ma récompense d'abord !

_________________


Once you will know my dear
You don't have to fear
A new beginning...
Always starts at the end
Wakai L. Wolfberg
[ Dame Elfe ♀ ]
Age : 27
Localisation : Dans la bibliothèque, cette question !

Feuille de personnage
Race: Elfique
Pouvoir: Manipulation des Plantes
Inventaire: http://esgalduin.fantastique.tv
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Sam 6 Déc - 6:45

- Salut.
- Salut.
- Comment tu vas ?
- Bah comme tu le vois, j'chuis un peu enfermé ici, et toi ?


Oui, quand je m'ennuie, je tape causette.
J'avais repéré un vieil ami quelques pièces avant, et plutôt que d'épier ce qu'il se passait avec l'autre Lycanthrope, je préférais bien passer du temps avec ledit ami. Bien entendu, nous n'avions pas grand chose à nous raconter... Comment dire ? C'était un peu vide de sujets, la prison.
Mais il était canon. Un plaisir pour les yeux. Je l'aimais bien physiquement car il avait une bonne prestance. Un Vampire d'un certain âge, un de ces pédants qui avaient pollué la société et qui s'étaient bien défendus lorsqu'une troupe d'esclave avait choisi de leur piquer leur ville.
Puis un Kuruta passa dans la pièce tel un coup de vent.

- ...oh et merci de pas tous parler en même temps on commence par là jusqu’à là bas Ti'en tu répondra en dernier toi. Oh et j'oubliais aussi si la réponse ne me conviens pas je vous laisse pourrir ici. Tachez tout de même de faire vite j'ai pas non plus que ça foutre et cela commence à être gonflant d'être d'un endroit aussi ennuyeux que celui là.

Hein ?
Qu'est-ce qu'il racontait ? La prison reste immense et j'ai rien suivi à son délire là. Il croyait vraiment être entendu simultanément de deux cent personnes ? Il a le sens du spectacle celui-là...

- C'est un ami à toi ?
- Heu.
- Je vois.


Puis quelques secondes plus tard, le coup de vent repassa et la porte s'ouvrit.

- Bon bah on dirait que t'es libre.
- Tu penses à un piège ?
- Ça, tu le sauras pas si tu restes enfermé.


Et j'avais raison. Le p'tit Vamvamp se releva, et ses articulations craquaient effroyablement. Il n'avait pas trouvé d'utilité à bouger durant son enfermement et voilà que, soudain, il le regrettait assez.
Titubant à cause d'une privation de sang de deux ans, il avançait plus comme un Zombie que comme l'aurait souhaité les conventions de notre espèce. Mais il ne me réclama pas de sang... Il savait bien à qui il allait le prendre.
Mais dans son état, pas dit.

Je le laissais déambuler et suivi Kuruta jusqu'à la sortie. What ? Bon, il avait ouvert des cages... Ceci dit, pas sûr que ce coup-ci ça plaise à Wakai. Mais moi, j'chuis pour l'égalité ! On libère bien les innocents, ça serait injuste que les criminels, eux, ne bénéficient pas d'un tel privilège !

- Bon on attends quelques minutes le temps de connaitre la réponse de l'autre zigouigoui si je dois l'aider à sortir de là et on part.
- Pourquoï t'as libéré tout ce- pour foutre le bordel, non finalement laisse j'ai compris toute seule.


...Comme une grande. Mais j'avoue que là, y'avait de l'envergure... Si j'avais tenté ça une nuit, j'me serais faite virée de la ville avec fourches et torches... Non, je préférais de loin le jeu de rôle à l'immense chaos. Se faire passer pour la gentille, pour une rebelle ou bien une adorable victime. ...C'est bien plus marrant de jouer avec la confiance des gens que d'en voir crier et paniquer. Pour ça, suffit d'aller au marché et vu que j'habite à côté...

Enfiiiiin, il fait ce qu'il veut, hein ? Juste pas que ça me retombe dessus. Avec des parents comme les miens, on peut vraiment rien faire sans que ça vous fasse brûler vive !

Un bruit d'os qui craque. J'attrape le bras qui s'enfonçait quelques peu sur mon visage, et je l'envoie valser sur le côté. J'ai la gueule en sang mais je m'en branle assez... Ça guérira assez vite !

- L'autre zigouigoui n'a pas vraiment le choix. Mais rappelle-toi bien : ma récompense d'abord !
- Uh, on dirait que tu l'as convaincu.
fis-je au damoiseau. Purée ça pique. Où... où est-ce qu'il a tapé exactement pour que je me retrouve avec autant de sang dans la bouche ? Le nez ? Ou bien les dents ? Difficile de parler sans en cracher des gerbes, c'est saoulant... Et va bien falloir compter une à deux minutes pour se remettre d'un coup comme ça... Surtout que je meurs de soif. ...Donc on peut se casser c'est ça ?
Zune De Laudreuil
[ Voyageur ۩ ]
Age : 352

Feuille de personnage
Race: Vampire
Pouvoir: Télékinésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Dim 14 Déc - 20:16

[postbg=http://hitskin.com/themes/18/54/29/i_background.png]Alors que la cohut se faisais entendre, et que mes yeux se portais sur la foule, constatant que même chez les rebelles le courage et la moralité volais guère très haut. Alors que les plus jeune était en proie à adulte effrayé qui se fichais éperduement de qui il renversais.
En trois-cents ans d'abscence guère de chose n'avais changer au fond. J'en aurais presque été désoler d'être revenue parmis les vivants si on puisse dire. Alors Zune semblais parler toute seul en posant des question auquel elle ne voulais pas que je réponde. Le blondinet arriva saluant la vampire à sa manière.


-Oui le voila quand au fait de l'avoir convaincu cela n'est qu'un détails car moi je suis pas sur de l'être même si appriorie il a tout à fais l'air capable. Je me tourna vers Ti'en. -Toi qui veux ta récompense avant de bosser, sache que je ne suis pas contre. Mais tache de me dire tout de suite se que tu veux. Je suis pris par le temps, alors dit moi se que tu souhaite. Sache toute fois que selon ta demande je ne pourrais pas assurément m'en occuper avant ma mission qui est de buter Trixie.
Donc pour faire simple car maintenant que tu est libre et que je ne suis pas assez bête pour m'imaginer espérer que l'on révise notre petite affaire. C'est simple je risque tout bonnement de me passer de tes services. Sauf si bien sur tu est d'accor pour que cela attende après, seulement si ta demande est plus complexe qu'une demande d'argent, se qui ne prendrais guère de temps. Bref je sais que tu ne me fera pas confiance et moi j'ai pu trop le temps de m'amuser ni de glandouiller dans une ville comme c'elle-çi. Alors dit moi se que tu souhaite et sans attendre.


Je me retourna de nouveau direction de la foule. J'avais une certaine envi et surtout un certain regret de ne pas avoir garder d'avantage de baton de dynamite sur moi. J'aurais beaucoup aimer en jeter quelqu'uns au beau milieux de cette foule désinvolte ou les plus fort renversais les plus faible pour se sauver. Je detestais activements les gens et ceux là n'avais pas changer en trois-cents d'inconscience.
Alors que le blondinet répondais plus ou moins gentiments comme depuis le début de notre rencontre. J'usais doucement de mes pouvoirs afin d'empecher des enfant de se faire piétiner.
Kuruta Haïena
[ Voyageur ۩ ]
Age : 417

Feuille de personnage
Race: Esprit farceur
Pouvoir: contrôle des corps
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Dim 21 Déc - 11:00








Lui enfoncer son poing était quelque chose dont il avait longtemps rêvé, aussi profita-t-il longuement du mélange d'adrénaline et de dopamine que cela lui procurait. Chaque fibre de son être lui semblait soudain plus détendue, plus appréciable. Lui qui s'était tant malmené reprenait contrôle de ce corps avec une certaine satisfaction. Bientôt, la sensation brûlante des chaînes s'effacerait et les plaies infligées par la matière de ces dernières disparaîtraient. Il sera alors tout à fait capable de se défendre convenablement.

-Oui le voila quand au fait de l'avoir convaincu cela n'est qu'un détails car moi je suis pas sur de l'être même si à priori il a tout à fait l'air capable.

Il sursauta. Hein ? Totalement chtarbé ce mec ! Il avait changé d'avis ?! Et puis quoi encore ?!
Le but était-il simplement de le faire sortir, pour qu'il puisse faire diversion, occuper les Rebelles pendant qu'eux s'occuperaient de leur confiture ? Hé, il n'en était pas question ! Après s'être tant fait emmerdé, il demandera son dû !

- Toi qui veux ta récompense avant de bosser, sache que je ne suis pas contre. Mais tache de me dire tout de suite se que tu veux. Je suis pris par le temps, alors dit moi se que tu souhaite. Sache toute fois que selon ta demande je ne pourrais pas assurément m'en occuper avant ma mission qui est de buter Trixie.
Donc pour faire simple car maintenant que tu est libre et que je ne suis pas assez bête pour m'imaginer espérer que l'on révise notre petite affaire. C'est simple je risque tout bonnement de me passer de tes services. Sauf si bien sur tu est d'accor pour que cela attende après [...]

- Ta gueule.
Il le coupa avant, désarçonné et énervé. Sérieux, là ? Avant d'me faire sortir, t'aurais p'tet pu agiter un peu ce qui te sert de caboche ! Si t'étais pas d'accord avec mes conditions, t'avais qu'à le dire. Tu crois sérieusement que j'ai besoin de toi pour les retrouver ? -oui, sans aucun doute.- Y'a rien qui m'insupporte plus que les crétins qui jouent la fine bouche. Si tu veux dire non, me réponds pas un "peut-être". Et merde ! Et maintenant ? Certainement trop fier pour insister, certainement trop convaincu du piège pour s'y jeter sans savoir que les enfants sont en sécurité ou non... Cela serait les condamner. Et s'il était surement le plus mauvais père du monde, il ne voulait pas ajouter le mot "connard" à la liste de ceux gravés sur son visage. Même si une bonne baston et peut-être l'occasion de descendre Trixie l'aurait surement fait jubiler, il avait d'autres choses plus importantes à faire.
Mais ces jours de contact constant avec le métal l'empêchaient de se transformer. Sinon, il aurait certainement prit sa forme bestiale pour se barrer le plus vite possible. Cette nuit aussi faible qu'un humain, il pesta contre sa force échappée. Il se dérogerait à pieds s'il le fallait, tant qu'en suite, il pouvait continuer à les chercher.

- Bon j'me casse. Si toi, tu changes encore d'avis, j'suppose que tu réussiras bien à me retrouver. Prendre la poudre d'escampette en courant, quitte à boiter un peu, fut la dernière solution qui lui venait à l'esprit. Son corps affamé lui fit tourner la tête dès le premier effort et il se força, quitte à s'évanouir lorsqu'il sera hors de danger. Les Rebelles patrouillaient dans la ville, et s'ils étaient actuellement en train d'éteindre les derniers foyers de flammes, nul doute que leur prochaine priorité serait de rattraper les criminels.
Quant à lui... Il ne pouvait tout simplement pas quitter la ville sans être sûr que les enfants n'y étaient pas. Mais un lieu certain s'affichait dans son esprit, une vieille planque qu'il avait repéré du temps où le Garde du Corps Ul'swart cherchait consentement à protéger le prince. Il s'abriterait là-bas, et volerait par-ci par-là de quoi se remettre en forme. Pour la suite... Il ne savait pas vraiment par où commencer mais nul doute que la ville ne sera jamais autant passée au peigne fin qu'il le fera.

_________________


Once you will know my dear
You don't have to fear
A new beginning...
Always starts at the end
Wakai L. Wolfberg
[ Dame Elfe ♀ ]
Age : 27
Localisation : Dans la bibliothèque, cette question !

Feuille de personnage
Race: Elfique
Pouvoir: Manipulation des Plantes
Inventaire: http://esgalduin.fantastique.tv
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: See you on the roof (pv) Aujourd'hui à 10:42

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

See you on the roof (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 03.05/15.Sc.The roof is on fire [Pedro, Malo et Dakota]
» Take that rage, put it on a page, take the page to the stage, blow the roof off the place || Elouan Loredan
» Let see under the roof. [Charlie & Emily]
» DEATHY ▼ all walls is great if the roof doesn't fall.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* Esgalduin RPG * :: Esgalduin ¤ Ville :: Place Publique :: Mairie-