* Esgalduin RPG *
Coucou!
Le forum devient privé ! Une raison ? Duuh, moins on est de fous, plus il y a de gâteaux de riz ! Wink
Il va donc falloir se connecter pour accéder aux topics. Pour les p'tits nouveaux, je vous conseille plutôt Orphelinat Sanada, Fantastica ou Dreadful !


Bienvenue à Esgalduin, une ville déchue, désormais contrôlée par les Rebelles. Mais la victoire reste fragile et tout peut basculer. De quel côté serez-vous alors ?

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

*~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Jeu 15 Mar - 21:27

J’avais encore du temps devant avant que Diana n’ait besoin de moi. C’était la fin du jour et je ne voulais pas dormir. J’avais envie de bouger et m’empêcher de penser. Dès que je cessais toute activité, mes pensées s’orientaient dans un chemin dont je fermais l’accès immédiatement. Prise d’un rougissement, je me rendais à la cuisine et prenait le premier fruit que je voyais et le dévorais en comptant les bouchées qui me séparait du trognon. Finalement, je pris un panier, le même que j’utilisais pour les outils et je jetais un coup d’œil dehors, vers la forêt. Bonne idée. La nature verte, colorée des tons écarlates me ferait le plus grand bien. J’enlevais mes vêtements et enfilais une robe d’été sombre et légère ainsi qu’une veste en cuir noir sans manche. Pour les chaussures, j’enfilais une paire de botte, ce qui m’empêcherait sans doute de m’écorcher les genoux sans pour autant mettre un pantalon. Je détestais cela. Je n’aimais pas porter ces trucs trop masculins à mon gout. Alors je mettais des robes légères avec un manteau par-dessus et quelques bijoux en argent. J’hésitais entre la rouge et la violette. Cette dernière avait un joli décolleté qui mettait ma poitrine davantage en valeur. Lorsque je travaillais, la nuit, je n’avais pas vraiment l’occasion de me faire aussi jolie. Mais pour une promenade en forêt, il fallait que je fasse honneur à l’elfe qui m’avait proposé cette mission. Et je me coiffais joliment. Je me demandais ce que je pourrais faire… puis je sus. Cela me prit un bon quart d’heure. Je divisais ma coiffure en deux et, mèche à mèche, je confectionnais une longue tresse en queue de poisson. Le résultat fut à la hauteur de mon espérance. Pour compléter le tout je mis un serre tête de couleur bleu nuit et des boucles d’oreille. Jamais je m’étais parée aussi élégemment. Serait-ce pour… ?
Je rougis fortement. Bien sur que non, comme si j’allais le revoir. Bah, on le verrait plus après. Ce n’était qu’un hasard. En tout cas, j’étais prête pour ma ballade en forêt. Je pris la liste que Madame Wolfberg ma donné et le panier puis m’envolait vers la forêt.

J’atterris avec douceur sur le sol et levais la tête vers le ciel. Je remis ma tresse en place et commençais à marcher vers les sentiers où je trouverais sans doute le chèvrefeuille pour commencer. Ou les feuilles de Die…ffen…ba… chia ? Etrange comme nom. Peu importe. Je savais à quoi cela ressemblait maintenant que j’avais des photos. Quel genre de plantes était-ce ? Des plantes dangereuses je crois. Mieux valait faire attention. Je me baladais à travers la forêt, non sans laisser vagabonder mes pensées vers une silhouette sombre que je préférais ignorer.
Tout de même, elles sont mignonnes ses petites oreilles. Je n’aurais pas du le quitter comme cela. Je me sentais rougir en pensant à lui comme s’il me surveillait dans une situation ridicule. Je trouvais enfin du chèvrefeuille. J’en pris donc et les mettais dans le panier, essayant de ne pas céder aux baies qui semblaient délicieuses malgré leur dangerosité.
Je suivais tranquillement le petit ruisseau dont les reflets brillants perdraient de leur intensité dans quelques heures. J’aimais bien ce moment de la journée. Le début de la fin comme on dit. Je trouvais à nouveau une plante. Tiens c’était le truc bizarre : Dieffenmachin. Imprudente, j’oubliais que j’avais des gants et pris quelques feuilles sans penser aux conséquences. Je me redressais et, sentant une présence derrière moi, je me retournais soudainement.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Jeu 15 Mar - 22:50

Cela faisait quelque temps que je la suivais. Je n'avais pas compris pourquoi elle était venue fouiller ici. Après tout, ici, c'est le Repère Rebelle. Les intrus ne sont pas bien accueillis... En vérité, lorsqu'ils ont la malchance d'atteindre le Repère, on ne les laisse pas s'échapper vivants.
Elle était habillée comme pour aller à un rendez-vous. J'étais plutôt soulagé de la revoir, la journée promettait d'être morne. Il n'y avait rien à faire sinon attendre le retour de Maëlle. Il fallait voir dans quel état était Delios ! Rongé par l’inquiétude, il ne nous laissait pas une seconde de répit et était trente fois plus râleur que d'habitude. J'avais en quelque sorte... Fuit. Il me cassait les oreilles.
Je me demandais vraiment ce qu'elle faisait là, notre Demoiselle Tori. Une espionne ? Peut-être. Mais ça m'était désagréable de penser que si c'était le cas, il faudrait nous en débarrasser. Elle n'avait pas l'air méchante. Elle ressemblait plus à une petite fille un peu trop écervelée.
Et puis, si j'arrivais à créer des liens avec elle, elle serait un bon moyen d'entrer sans danger chez Diana Grindel.
Surtout que plus Maëlle mettait du temps à revenir, plus il y avait raison de croire que nos plans étaient tombés entre les mauvaises mains.
Perdre Maëlle serait aussi problématique. Outre le fait que, sans elle, mon Second ne fait plus rien de ses journées à part tirer la tête et hurler, c'est la plus rapide d'entre nous. De plus, elle semble avoir une carte de la région intégrée. Pour résumer, tout allait mal. Il n'y avait pas de raisons de croire que le cambriolage allait réussir. Et le Rebelle qui s'est fait capturé ruine le moral des membres. Un Rebelle en moins, ce n'est rien. Des dizaines disparaissent tout les mois. Mais lorsque les ennemis se vantent de leur capture... Ça déprime les troupes.
Mon rôle de Leader m'empêchait de sombrer dans la mélancolie qui revenais dès que je m'arrêtais de travailler. Mais ce jour-là, il n'y avait rien d'autre à faire que d'attendre. Et de regarder ce que la Demoiselle faisait. Elle ramassait quelques plantes par-ci par-là. De quoï faire une soupe. Elle tenait en main une liste avec deux ou trois illustrations dessus. L'idée me passa par la tête qu'elle avait une jolie écriture.
Elle arriva dans un coin de la foret où poussaient des plantes toxiques. En général, on évitait d'y aller par mesure de précaution. Hors, elle se penchait, prête à cueillir une de ces plantes. Je tressaillis, cela fit du bruit. Elle se retourna. De toute façon, jouer à cache-cache ne servait à rien. Elle allait se trouver en mauvais état sous peu.


-Lâche ça de suite. Mais qu'est-ce qui te passe par la tête ?! On se sert de ça pour faire des armes, nous ! Si tu veux te faire amputer des mains, il y a des moyens plus simple !

Bon, j’exagérais peut-être un peu. La plante pure ne servait pas d'arme, on la faisait macérer avec d'autres ingrédients pour en faire des fioles d'acides. La Demoiselle Tori risquait tout au plus de se retrouver avec les mains bien brulées et peut-être la chair rongée. Rien d'irréparable, mais de quoï avoir très, très mal.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
avatar
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Dim 18 Mar - 20:06



  • J’attrapais les feuilles nécessaires à la course que Miss Wakai m’avait confiée. Pas un instant je ne pensais aux futures brulures qui m’accableront. Pensive, je regardais déjà autour de moi si l’arnica et le pourpier n’étaient pas en vue. A priori non. Je me demande qu’elle sera la récompense. Il me semble que c’était bien dix pièces d’or. Pour un milicien, ce n’était rien dix pièces d’or. Mais pour moi c’était une fortune ! Je me demandais ce que j’allais acheter avec. Une torche marron ? Une tarte aux fraises ? Je n’ai jamais eu de pièce d’or ! Enfin si mais comme j’étais une hybride, je n’y avais pas droit. Ce que je trouvais bien triste. Certes, j’aidais Diana mais franchement… ! J’aimerais pouvoir sortir un peu et avoir quelques économies.
    J’avais accumulé bien assez de feuilles lorsque je me tournais vers lui. J’avais bien sentit une présence mais difficile de penser que je le rencontrais à nouveau. C’était un hasard ? Je rougis doucement. Qu’avait-il donc à s’énerver sur mon compte ? Je ne faisais que suivre les ordres de Miss Wakai. Je sortis des fourrés et me dirigeais vers lui. Pourquoi j’étais si contente de le voir ? Il venait de me crier dessus comme une enfant rêveuse. Je fis l’innocente et lui sourit gentiment, plus que la dernière fois.

    « Vous faites des armes ? Avec ça ? » demandais-je en tendant mon panier. « Il est vrai que ça a l’air très dangereux comme plante. Mais pourquoi tu fabriquerais des armes ? »

    Je m’étais approcher de lui et je m’arrêtais à moins d’un mètre. Le soleil nous dardait de ses rayons écarlates et nous réchauffait, bien qu’un petit vent nous soufflait déjà dans nos cheveux. Je rigolais un peu et mis de force mon panier dans ses mains. Et s’il s’y connaissait en plante ? Ses paroles me semblaient pleines de significations. De qui parlait-il en mentionnant ce « nous » ? Bizarre. Il avait peut-être parler plus qu’il ne l’aurait voulu.

    « Je dois trouver des plantes pour Miss Wakai. Il n’y a que cet endroit pour en trouver. Et comme tu sembles t’y connaitre, tu pourrais m’aider. S’il te plait ? »

    Je reculais tout sourire, de bien meilleure humeur que la dernière fois et je me penchais à nouveau sur les plantes. Heureusement que j’avais des bottes. Certaines plantes auraient pu me frôler de leurs épines empoisonnées. Je cherchais encore de l’arnica, les racines de Pourpier et les tiges de Ricin. A moi les dix pièces d’or. Je me penchais donc, sans me douter que le jeune homme aurait une belle vue sur ma poitrine. Soudain, je sentais une vive brulure sur ma main. Je soupirais. Zut… ! Je me redressais et me mordis la langue tout en essuyant ma main contre le tissus de ma veste.

    « Quelle gourde je fais. Tu as raison… il y a d’autre manière de se faire couper les mains. J’en ai trouver une. » murmurais-je en réprimant un soupir douloureux. Et pile sur l’aile complêtement déglinguée. « Alors tu m’aides ? Ho zut. Si tu m’aides, il faudra que je partage ma récompense ! Finalement, ne fais rien. »
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Lun 19 Mar - 9:40

Elle se retourna vers moi. La Demoiselle Tori avait l'air légère, souriante, adorable. Je n'avais pas vu quelqu'un d'aussi enjouée depuis... Depuis... Une vision sanglante passa devant mes yeux et mes oreilles, mon oreille et demi, se courba vers l'arrière, par réflexe. Un bruit rapide résonna dans ma tête. Des pas. Il courait. Qui ? Moi. Je m'enfuyais.

*Rattrapez-le !*
*On va te buter sale esclave ! De quel droit t'ose souiller ma nièce ?!*


Je me mis à tituber. Je ne me faisais aucune illusion envers cette fichue mémoire. Je savais qu'un jour ou l'autre je deviendrais fou. Lorsque le sang disparut, petit à petit, de devant mes yeux, je me retrouvais en face de la Demoiselle Black. Je secouai la tête en un réflexe rapide pour chasser toutes ces idées noires. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu ma maî.... Black. Que je n'avais pas vu Black. Et je voulais passer un bon moment avec elle. Aah. Décidément. Aujourd'hui ça n'allait pas. Fichues visions. Fichue mémoire.

*Taisez-vous, taisez-vous par pitié. Si vous n'êtes que des souvenirs, restez planqués. La Demoiselle est charmante et j'aimerais tant lui faire honneur.*

Rapide soupir. Il fallait me reprendre. Oh, je crois que j'avais besoin de vacances. Oui, mais partir en vacances de sa tête, c'est quasiment impossible. Pour cela il faudrait que j'aille faire un tour sur la Guillotine. C'est étrange, dans ce village, on préfère guillotiner que pendre. A Nekotopia c'était l'inverse... Neither. Un cadavre souriant, qui vous regarde d'un air à glacer le sang. Je ne l'avais jamais aimé. Il ne savait pas s'aplatir. Il bougeait, au fil du vent, toujours accroché à sa corde, alors que son état de décomposition était bien avancé. -Je dû m'adosser à un tronc d'arbre.- Ça fait toujours bizarre de voir un ami décomposé. Comme ce Nesumi, à l'époque... Une énorme envie de vomir se fit ressentir dans tout mon être. J'allais mal. J'avais encore à la bouche le gout de cette chair, qui s'infestait d'asticots jour après jour, et qu'il fallait vite manger, car on ne savait pas pendant combien de temps on resterait encore enfermés dans ce...

«....pour Miss Wakai. Il n’y a que cet endroit pour en trouver. Et comme tu sembles t’y connaitre, tu pourrais m’aider. S’il te plait ? »
- « Hein ? Wakai ? »

Wakai ? Elle avait dit Wakai ? C'était dur de sortir de ces idées. Ma mémoire marchait en automatique et avait bien décidée de me gâcher la vie. Wakai, cette Elfe qui était venue tout gâcher dans ma vie. Qui... Wakai, il n'y en avais pas deux à porter ce nom.

- « C'est ma frangine. »
Je glissais le long du tronc jusqu'à me retrouver assis par terre et jetait un coup d’œil à la Tori qui me paraissait plus belle à chaque fois que je revenais à la réalité.

- « Comment ça se fait que tu travaille pour elle ? Allez, tu as du te faire avoir. Elle voulait pas se salir les mains et a préféré donner le sale boulot à quelqu'un d'autre. »
Il faut dire qu'elle tient de Papa. Celui que je n'ai pas connu, qui m'a laissé me faire torturer, qui m'a laissé me faire vendre, qui m'a abandonné à mon sort. Enfin, qui n'a pas été fichu de me faire avec ces fichues oreilles pointues d'Elfe !
La Tori regardait ses mains. Ça commençait à la brûler.


« Alors tu m’aides ? Ho zut. Si tu m’aides, il faudra que je partage ma récompense ! Finalement, ne fais rien. »

J'émis un petit rire et lui lançais un...
- « Ce que t'es mignonne. Allez, je le fais gratuitement si tu t'es faite avoir par Wakai. »

Je me relevais péniblement. -On aurait dit un grand-père.- Et je l’amenais ailleurs, dans des endroits qui étaient moins dangereux. Je lui demandais ce qu'elle recherchait et la guidait. J'allais mieux. Ce n'était qu'un instant de fatigue. Blackie était peut-être un peu trop endimanchée pour mon gout. Je crois que j'ai une préférence pour les filles simples. Mais elle était belle, c'est indéniable. L'air distrait, je passais le bout de mes doigts sur sa joue, puis les retiraient avant que cela ne fasse louche. En livrant les produits chez Wakai, on en profitera pour faire soigner ses mains. Les brûlures avaient l'air d'être légères mais il fallait surveiller tout de même. Si cela empirait, on allait devoir rentrer en urgence. Des brûlures, ce n'est pas des piqures d'orties. Mais tant qu'elle ne se plaint pas, je ne vois pas de raisons de se dépêcher. Les douleurs passagères, c'est le seul moyen de nous rendre plus fort, à nous autres.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
avatar
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Mar 20 Mar - 9:59



  • Rêveuse, je continuais à chercher le pourpier, prenant garde à ne pas abimer ma main davantage. Ce n’était pas vraiment douloureux. Juste une pique à mon orgueil, moi qui pense toujours bien faire. J’avais pris les gants en peau de dragon. Ils ne m’appartenaient pas vraiment. Diana serait furieuse si elle savait que je les ais prise. Mais tant pis. Miss Wakai m’a bien dit que les plantes pouvaient me bruler. Mais moi et ma tête de linotte ! Mais bien vite, je mis cette imprudence au fond de ma tête car mon compagnon manqua d’avoir un malaise. Durant un court instant, je crus que ses jambes se plieraient sous son poids. Inquiète j’oubliais les plantes et le regarda de mes yeux vifs. Je pense qu’un autre n’aurait pas vu son mouvement car mon acuité était supérieure aux autres. Je réalisais tous les jours que je percevais le moindre mouvement. Quelle chance d’être un oiseau parfois. Mais j’oubliais mes capacités parfois. Je repris mon panier de ses mains et le posa à terre, me jurant de ne surtout pas l’oublier. Je continuais pourtant à parler, attentive à son bien-être. Mais déjà il me coupa.
    Sa voix fut si étonnée que je me tus immédiatement. Connaissait-il la gentille elfe qui m’avait donné ce travail ? J’en perdais trois plumes en entendant son lien avec elle. Sa frangine ?

    « Ta… sœur ? Mais tu n’es pas un elfe pourtant ! » Renchérit-je à ses paroles. Et encore une fois, il me prit pour une gamine carrément naïve. Il faut dire que je n’étais pas très maligne. Mais ce n’était pas une raison. Je fus piquée au vif tout en me promettant de réfléchir la prochaine fois. Néanmoins, peut-être que ce n’était pas vrai. Que c’était faux. Dix pièces d’or c’était… le prix de l’esclave dévaluée que j’ai vu au marché la dernière fois. En pensant à cela, je réprimais un fou rire. C’était vrai que c’était drôle de voir un tel prix d’un esclave ! « Hey, n’oublie pas qu’avec ma récompense, je pourrais avoir un esclave ! »

    Blague à part bien sûr. Je ne me voyais pas avec un esclave. Comme si j’en avais le droit. Je m’en amusais encore. Par la suite, il s’avéra que le vendeur s’était gouré de pancarte. C’était pour les laisses et les colliers de son étalage. Je continuais à rire et retournait à ma pêche aux brulures et autre cloque. J’enfilais mes gants et me penchait à nouveau en avant pour trouver de quoi satisfaire la jolie elfe, sans prendre garde à cette langue de vipère de Neko. Il devait avoir un souci avec sa sœur. Je pris bien garde à ne pas le tarauder de question comme la dernière fois. Je rougis à ce souvenir et lui demandais donc de ne rien faire pour m’aider. Je tenais à mon « esclave » !
    Mais déjà, je m’immobilisais en entendant ce compliment inespéré. J’avais l’impression d’attendre de telles paroles sans oser y croire, ni même y penser. Si c’était possible, les trois quarts de mes plumes en seraient tombées. J’avais bien fait de m’habiller ainsi. Peut-être la coiffure ? Non, je n’étais pas décoiffée. Je me redressais avec lenteur et tournait à demi la tête. Je pense avoir rougit mais essayait de réprimer cette manifestation. Je n’avais pas envie de lui montrer que ses paroles étaient tout ce que j’attendais. Bon, peut-être pas tout mais… l’impact de ses paroles avaient leur effet sur moi. Je cachais mon visage momentanément et me retournait à nouveau vers lui, non sans revenir sur mes pas et reprendre mon panier. J’ouvris la bouche pour dire quelque chose mais alors que je le suivais dans un autre coin de la forêt, je sentis une douce caresse sur ma joue. Je le laissais faire, rosissant encore un peu. J’ai de la chance d’avoir une peau ultra pâle. Je n’aimais pas le rouge. C’était une horrible couleur. Je me rendis compte que je ne l’ai pas beaucoup regardé depuis le début de notre entrevue. Je pense que le regarder n’était pas une très bonne idée. Ou j’en avais honte. Poser mes yeux sur son visage était pourtant un tel plaisir à la lumière du jour que je n’aurais pas arrêté de toute la soirée si c’était possible. Mais intimidée comme je l’étais, je n’osais balbutier une parole, après ces marques d’affection de sa part. Je le suivais donc, saisis d’une envie que jamais je n’aurais cru. J’évitais au maximum la compagnie des autres hybrides. Je n’allais que jusqu’aux politesses mais rien de plus. Je restais avec Diana mais depuis sa soudaine agressivité, je l’évitais également comme la peste. Et pourtant, j’avais envie de rester avec lui un bout de temps. J’en oubliais même ma récolte. A ses côtés, je baissais les yeux, jouant avec une mèche de cheveux qui me tombait devant les yeux. Sa main droite était dans sa poche. Je m’imaginais la tenir… son geste me donnait un espoir. Il ne l’a refusera peut-être pas. Allez ma grande…
    Une chance, c’était ma main pourvue d’une aile noire que je tendis. Bien sur, je la gardait pliée et posait mes doigts sur son poignet en enlevant sa main de sa poche avec legereté avant d’entrelacer mes doigts avec les siens. Ma peau, bien que blanche était juste fraiche, comme l’aube.

    « Finalement… heureusement que tu n’as pas d’oreilles d’elfe. Tes oreilles te vont si bien… »

    Bien que l’une d’elle semble avoir été découpée. Je fus prise de curiosité. La dernière fois, j’avais été sincère. Bien sur ce n’était pas un doux souvenir. Etrangement, tenir sa main enlevait un peu de la douleur croissante de l’autre, brulée. Qui me faisait de plus en plus mal mais je n’allais pas laisser mes bêtises gâcher ce moment.

    « Que faisais tu dans ces bois ? » demandais-je « Tu ne cherchais pas des plantes je suppose. Non ? Il parait qu’il y a beaucoup de rebelles par ici. Non… ? »

    Avais-je des soupçons ? Quand on y pense, courir de toits en toits, se cacher dans les sombres ruelles, cela voulait tout dire. Je le regardais alors, suspicieuse, mais fascinée.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Mar 20 Mar - 10:53

Non, je « n’étais pas un Elfe, pourtant ». Tu sais, Black, les échecs, ça existe, comme partout. J’eus un spasme d’anxiété et je frottais mon oreille, comme si elle me grattait. Il m’arrivait de me sentir amère, par rapport à ce fait de « n’être qu’un sale esclave », comme l’avais si bien dit un Lycan, un jour. Si j'étais voué à mourir, j’aimerais surement mieux renaître avec des oreilles pointues. Mais après tout, appartenir à une race si vile, cela me gênait. J’aurais préféré être totalement dans un camp, plutôt que tiraillé entre les deux. J’ai du sang ennemi dans mes veines et cela m’empoisonne la vie. Mais j’arrive à le supporter quand je n’y pense pas. C’est un mélange de honte et de dégout qui s’écoule à chaque battement de cœur.
Je ris doucement. Elle comptait vraiment acheter un esclave ? A combien s’élevait cette récompense ? Ça m’étonnerait que Wakai lui offre autant d’argent, cela doit cacher quelque chose. J’essayais quand même de m’enquérir sur ce montant.
La réaction au compliment que je lui avais adressé ne se fit pas attendre. Je me sentis fier de moi. Je n’avais jamais littéralement essayé de « draguer ». Mais quand je m’y mettais, je m’apercevais avec joie que je ne me débrouillais pas si mal que ça. Je ne devrais pas y penser. Cela ne se fait pas. Mais ça avait pour moi l’air d’un jeu au gout de glace aux marrons. Je souriais. Je n’avais pas menti, elle était belle. Je me déstabilisais moi-même, sans réellement savoir si c’était mal ou bien, d’essayer de la gêner. Sans savoir si c’était bien d’apprendre à manipuler les gens. Je l’aimais, c’est évident. Mais était-ce bien de la faire rentrer de force dans mon jeu ? Allons ! Tout le monde le fait !
Se mettre en valeur n’a jamais été malsain. Et puis, je risque de mourir d’un moment à l’autre, alors autant n’avoir aucun regret !
Le souvenir d’Alice était loin de moi. C’était surement la première fois que je ne pensais plus à mon ancienne maîtresse. J’éprouverais toujours pour elle une immense tendresse, oui. Mais rester enchaîné à un souvenir, cela ne m’amènera à rien. Je me plaisais à m’imaginer que la Demoiselle Tori s’était bien habillée pour moi. Je préférais pourtant l’imaginer vêtue plus simplement. Sans bijoux et autres fioritures. Elle est bien plus belle au naturel.
Je lui offrais ma main en cachant un sourire soulagé. Mes doutes sur ce que j’étais en train de faire s’envolèrent. On était juste seuls, ensembles, dans le jour déclinant. Juste deux êtres un peu perdus. Je serrais doucement ses doigts et aurait voulu les porter à mes lèvres.


« Finalement… Heureusement que tu n’as pas d’oreilles d’elfe. Tes oreilles te vont si bien… »

En temps normal, je n’aurais pas aimé cette réflexion. Mes oreilles ne m’avaient jamais plut et le fait qu’elles soient désormais dans cet état me faisait à chaque instant me rappeler notre situation d’infériorité. Si les deux m’avaient étés coupés, j’aurais pû me croire un peu plus libre. Mais j’étais trop loin d’avoir des pensées tristes pour le prendre comme autre chose qu’un compliment.

« Que faisais tu dans ces bois ? ...Tu ne cherchais pas des plantes je suppose. Non ? Il parait qu’il y a beaucoup de rebelles par ici. Non… ? »

« Oui, il y en a. Mais ne t’inquiète pas, ils ne sont pas dangereux pour les Hybrides. »

Je ris. Elle était vraiment mignonne, toute innocente qu’elle était. Je ne pus m’empêcher de lui faire un bisou sur la joue. Rapide moment d’absence, où je ne me contrôlais plus. Ça faisait longtemps que je n’avais ni rit, ni même souris réellement. Et cela me faisait du bien. Je sentais mon passé loin de moi et je me sentais léger… Comme une de ses plumes. Je me fichais qu'elle me soupçonne ou non. Elle pouvait bien m'en croire leur Chef que cela ne me dérangerait pas. Dans mon euphorie, j'étais parti bien loin de la terre, là où je me fichais totalement que la terre entière me souhaite mort, que mon exécution soit déjà planifiée et ma tête sur le point d'être tranchée, tant que la Dame Oiselle Blackie était là.
Je l’avais emmenée dans un endroit où poussaient diverses variétés de plantes. C’était là qu’on avait le plus de chance de trouver celles qu’elle cherchait. Les arbres s’étaient absentés de ce lieu qui s’était transformé en une petite clairière. Comme dans les contes de fées, on y voyait des animaux qui n’étaient pas craintifs et des champignons étranges, des bosquets de lavande, de l'Herbe à Chat qui s'abaissait sous le léger vent, donnant l'impression que ces plantes étaient vivantes, et qu'elles buvaient les derniers rayons du soleil. D’un geste rapide, je pris la liste de Blackie et regardait ce qu’il manquait.


« Il ne t’en reste plus beaucoup. Les dernières sont ici. Ensuite, je te conduirais chez Wakai. »

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
avatar
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Mer 21 Mar - 13:37



  • Cette histoire de « baisse de prix » me faisait toujours autant rire. Il me semble que lorsque Diana était revenue du marché de nuit, elle m’en avait touché un mot. Nous avions rit ensemble d’une telle somme. Je faisais souvent les courses pour nous deux alors j’avais un peu conscience de la valeur de la marchandise. Encore heureux : j’avais été vendue à un prix s’élevant à Deux milles trois cent sept pièces d’or. Pas une pièce de plus, pas une pièce de moins. Le vendeur avait fixer ces prix ridiculement précis. Ayant une bonne mémoire, je retenais les valeurs facilement et emportait le juste prix lorsque je cherchais de quoi manger. Bien sur, je ne pensais pas vraiment acheter un rebelle. Bien sur. Je me demande si le neko avait eu vent de cette histoire de baisse de prix. C’était dans le journal des maitres. Je le lisais souvent, pour tuer le temps. Mais les histoires de vampire ne m’intéressait pas. Les affaires des elfes ne me regardaient pas non plus.

    « Elle m’a promis dix pièces d’or. L’équivalent de trois glaces aux marrons, deux torches aux marrons et quelques kilos de marrons glacés »

    J’en salivais d’avance. Je parlais bien sûr de quantité énorme de glace. Le reste du temps, je me contentais de légumes crus. Pas que Diana était radine mais je tenais à ma ligne. Je ne supporterais pas d’engrosser. Toutes mes robes avaient des tailles qui s’ajustaient à mes formes. Je prenais soin de moi durant des heures. Que valait un maitre s’il ne prenait pas soin de ses inférieurs ? Bien sûr nous n’étions rien au vue de la loi, nous autres esclave. Mais trainer un être affamé en guenilles n’avait rien de bien noble. Certains maitres l’avaient bien compris.
    Je m’enquis de lui faire savoir mes positions quant à cette forêt. Il est vrai que dans les journaux officiels, les rebelles n’étaient que des êtres sanguinaires, avides de vengeances sanglantes. Il y a eu cette bombe il y a quelques temps. Les maitres se sont dépêchés de les blâmer. Et moi je lisais cela par pure ennui. A chaque article j’en frissonnais. Pourtant, je ne pouvais croire à cette presse. Alors depuis quelques temps, je m’interrogeais sur la cause « rebelle ». Et plus je réfléchissais, plus c’était logique qu’ils veuillent se venger. Et j’avais songé à cela depuis que mon bras a… enfin voilà.
    Ainsi donc, ils n’étaient pas dangereux pour les Hybrides ? Qu’en savait-il ? Mes soupçons grandirent quant à ses « origines ». Pourtant je le cru. Aveuglément peut-être. De toute manière, j’adorais la présence de sa main dans la mienne, quand bien même cette dernière avait un gros tas de plume accroché dessus.

    « Si tu le dis, alors ce doit être vrai » murmurais-je, détestant pourtant être d’accord avec tout le monde. Une chose que je devais faire avec tous les maitres amputés que je croisais dans la boutique. Oui monsieur. Vous avez raison. Sans aucun doute. Vous avez un grand esprit ! Très bien ! J’espère continuer à discuter avec vous un jour ! Ho oui j’en suis heureuse ! Au revoir monsieur ! Nous en parlerons plus tard ! Quelle cruche je devais être ! Brrr. Pourtant, cela ne me gênait pas avec lui. Soudain, je sentis ses lèvres sur ma joue. J’aimais ça tout de suite. Je le suivis alors, sans oser dire quoi que ce soit. Mais je savourais chaque instant passé en sa compagnie. Mes doigts ne quittaient pas sa main.

    « Tu ne serais pas un rebelle des fois… ? » demandais-je sans arrière-pensée. « Je ne te vois pas trainer au bout d’une laisse. »

    J’avais dit cela car, en mon for intérieur, je sentais émaner de lui une envie de liberté et une arrogance vis-à-vis des autorités. Il n’y avait qu’à l’observer un peu pour remarquer quelques tendances… rebelles. Il avait l’air de quelqu’un d’éloigné. Qui évitait les lieux fréquentés. Et un je ne sais quoi d’interdit qui me plaisait. Et un charme fou… Il y avait aussi de la spontanéité. Des trucs que j’adorais en fait. Mon cœur battait comme s’il voulait s’arracher de ma poitrine. Ce serait douloureux. Mais j’étais sûr qu’il se pencherait pour le ramasser et le remettre à sa place.

    « Bah si tu ne veux pas me le dire ce n’est pas grave. » dis-je rêveusement « Du moment que… »

    Que quoi ? Qu’on se revoit ? Qu’on se retrouve par hasard ? Je me tus en espérant qu’il aurait deviné. Je voulus rajouter quelque chose mais je me tue. Je me plus à m’imaginer à côté de quelqu’un qui faisait des choses « interdites » par des lois elfes, vampiriques et lycanthropes. Nous arrivions alors dans une jolie petite clairière qui me plus instantanément. Je me sentis tout de suite plus intime. C’était bien autre chose que ce coin sombre et ruiné truffé de plantes dangereusement empoisonné. J’aurais voulu connaitre cet endroit. Mais je n’aurais pas pu le revoir. Je le regardais et le remerciais du regard tout en m’approchant de lui. Je posais ma tête sur son épaule, tout naturellement. Mes doigts s’accrochaient aux siens tandis que mon autre main, celle à l’aile d’argent se mit sur sa taille. Je devenais sensiblement affectueuse parfois. Je l’étais avec Diana mais c’était fini. J’aurais pu ronronner si j’avais été une neko.

    « On est pas obligé de le faire tout de suite. Il y a le pourpier là-bas. Et les autres plantes pas loin. Je piquerais bien un somme ici, en plein après-midi. »

    Je fis un effort pour ne pas l’embêter avec mes ailes qui étaient bien envahissante. Prendre sa main a été un vrai casse-tête pour ne pas mettre ce tas de plumes dans ses pattes.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Mer 21 Mar - 18:15

- « Tu ne serais pas un rebelle des fois… ? »

Je manquais de tousser de travers. Moi, un Rebelle ? Mais nooon ! Qu'est-ce que tu vas imaginer là ?

- « Officiellement, j'appartiens à ma sœur. »

Ah, le gros mensonge. J'avoue, ce n'est pas sérieux. Mais même si j'étais près à me faire trancher la tête sur le champ, il y avait un certain automatisme dans le fait de nier mon appartenance à ma cause. Et puis, ce mensonge là, qui était tout frais inventé me serais certainement bien utile. Eh bien oui, si un jour je devais passer à l'interrogatoire, je dirais ça. Et qui pourras le nier ? Hein ? Personne ! Wakai serait bien trop pressé d’acquiescer, rien que pour pouvoir me narguer après. Si je ne la connaissais pas tant que ça, je l'avais bien cernée, la petite Elfe. Ma "grande sœur". Oui, j'avoue, ça fait bizarre de se retrouver avec une grande sœur impossible à vivre du jour au lendemain. Elle était un bon soutien à notre cause, nous ravitaillait en nourriture et médicament, allait acheter ce que nous ne pouvions pas acheter, en tant qu'Hybrides, et nous a déjà ramené des produits maisons. Tant qu'elle ne se faisait pas attraper, elle était une bonne couverture. Et puis, qui irait soupçonner une Wolfberg ? C'est tout de même le même nom de famille que le Chef Lycan, ça ! Et les Laka non plus, ce n'est pas rien. Ah, oui. Laka, c'est mon nom de famille aussi. Je suis bien couvert, en fait. S'il n'y avait pas ces oreilles, j'aurais pû très bien me faire passer pour un Elfe respectable. Un Erufu factice, obligé de vivre dans le mensonge, mais libre. Et l'honneur dans tout ça ? Je n'en aurais pas besoin. Ce n'est qu'une série toute simple d'événements qui m'a amené à vouloir la mort des Races du dessus. Si j'étais né Erufu aux oreilles pointues, je m'en serais très bien sortit et n'en aurais jamais voulu aux autres. C'est évident et pourtant je ne peut m'empêcher de les haïr tout en sachant ça.
Elle posa la tête sur mon épaule, me serra la main. Le paysage romantique qui s'étendait à perte de vue, au point de donner l'impression qu'il se noyait dans le soleil couchant... N'avait rien de prémédité. On avait soit juste eu beaucoup de chance, soit le hasard s'acharnait sur nous. Dans tout les cas, cela tombait bien.


- « On est pas obligé de le faire tout de suite. Il y a le pourpier là-bas. Et les autres plantes pas loin. Je piquerais bien un somme ici, en plein après-midi. »

Je la corrigeais. On était en début de soirée, pas d'après-midi. Sa maîtresse allait surement remarquer son absence, non ? Enfin, je l'accompagnais jusqu'au Pourpier, tout en cherchant les autres plantes des yeux. Je me sentais agité et nerveux. Rien à voir avec l'euphorie de toute à l'heure. J'avais l'impression d'avoir un mauvais pressentiment. Je n'étais pas superstitieux et mon instinct m'avait souvent trahit. Mais je ne me sentais plus à l'aise dans ce lieu. Peut-être était-ce le mensonge qui avait glissé entre mes lèvres, il y a peu ? Dans tout les cas, j'avais envie de la ramener au plus vite chez elle. Ça devait être égoïste. Je m'adossais contre un arbre. Je venais de la comprendre. Le pourpier, était en petit arbuste. Il n'avait pas l'air facile à déterrer et donc les racines n'avaient pas non plus l'air facile à récupérer. Je soupirais, tout en sachant qu'il allait falloir mettre la main à la pâte. Finalement, mes racines Elfes sont assez faciles à détecter. J'arrivais à tuer, à voler et à organiser des meurtres en série, des vols. Mais dès qu'il s'agissait de se salir les pattes... Je me sentis mal d'avoir l'air si ridiculement hautain et me promis de déterrer la plante avant qu'elle ne le fasse.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
avatar
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Sam 24 Mar - 21:12



  • Officiellement, il appartenait à sa sœur ? C’était pratique. Toutefois, j’étais sceptique. Je plissais les yeux. S’il était pas rebelle, pourquoi il faisait tellement de cachotteries ? J’avais des doutes. Il y a des signes qui ne trompent pas. Comme son air vagabond. Et le fait de se cacher dans une ruelle sombre l’autre soir. Mais soit. Ce n’était pas mes affaires. J’haussais les épaules et me rendit compte qu’il y avait le pourpier au loin. Je m’arrachais à son étreinte puis me hâta vers le buisson. Hé bien. Coriace ces saloperies. J’en ai souvent enlevé dans le jardin de Diana. Bien. Même pas besoin de mes mains. Voilà bien un truc que je savais faire. La dernière fois, mon aile s’était plantée dans une poubelle. Saleté… mais cette fois ci, avant que Nolwe ait fait un mouvement, j’avais levé mon aile d’argent qui brillait encore des derniers rayons de soleil. On aurait pu penser qu’il s’agissait d’une vraie aile en dépit de la matière. Un mouvement précis plus tard, Le pourpier avait trépassé d’un seul et unique coup. Il ne restait plus qu’à extraire ces tenaces racines. Je pris un couteau dans le panier et découpait les racines pour les mettre dans un coin du panier. L’affaire était close en l’espace de trois minutes. Et voilà. Plus que le ricin. Je me mis à voleter dans tous les coins à la recherche de la plante tant recherchée. Après cela, j’aurais fini ma ballade. Et j’aurais fini pour la soirée. Et dire que cette nuit j’aurais de multiples livraisons à garantir. Je soupirais. Puis je me retournais vers Nolwe.

    « Tu as un problème ? Tu sembles un peu… crispé. »
    Murmurais-je en m’agenouillant auprès de lui. « … tu n’aimes pas quand je te… touche ? »

    J’ai été un peu collante vis-à-vis de lui. C’est vrai. Mais je ne regrettais pas. Haaaa… quelle promenade. J’étendis mes bras. Mes ailes se déployèrent devant ses yeux. C’était contraignant d’avoir des ailes parfois. Je sentis quelques muscles craquer. Puis elles tombèrent sur le sol. Pour détendre mes muscles, rien de tel que cette position. L’argent était couvert de poussière. D’un geste agile et adroit j’époussetais d’un coup d’aile.

    « Il me manque le ricin. Sinon, j’ai tout. J’ai hâte d’aller manger une glace avec ma récompense. Tu voudras venir avec moi ? »

    Je m’étais avancée vers lui et m’étais allongée en travers de ses jambes. J’avoue, j’étais vraiment collante. Mais une fois que l’on m’invite, je ne me décollais pas de mes hôtes ! Il faisait encore assez bon et chaud pour prendre un peu de bon temps ici. De bonne humeur, je me rendis compte que je n’avais pas été aussi changeante que la dernière fois.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Dim 25 Mar - 12:15

Je me mis à triturer doucement ses cheveux. Bien sûr que si, jamais qu’elle me touche. Enfin, ça dépendait. En général, oui. Son contact était agréable. C’était sûrement une des premières fois que j’eus un contact physique avec… Une femme. J’avais l’air absent, mais c’était car je pensais à elle. Je la trouvais belle, ça, c’est indéniable. Charmante, ravissante… Je passais une main lasse devant mes yeux. Oui, je tombais amoureux. C’est bête, je n’en avais pas l’intention. Ou peut-être que si. Je ne savais plus. J’étais face à un énorme dilemme, et je ne savais pas lequel. C’était choisir entre elle ou quelque chose dont je n’avais pas connaissance.

-Avec plaisir. Je te trouverais même un bon glacier pas cher. Et si tu veux j’extorquerais à Wakai le double de sa récompense.

J’eus un sourire. J’essayais de l’impressionner… Oui… Peut-être. Enfin, je réfléchis trop. Je me penchais vers elle et lui déposais un bisou sur le sommet de la tête. Il ne faisait pas froid. La nuit allait bientôt totalement s’étendre au dessus de nos têtes, mais il faisait assez chaud pour que cela paraisse agréable. La lune serait certainement splendide, mais une autre beauté l’éclipserait totalement. Je m’en voulais d’être aussi distant avec elle.

-Je suis content de t’avoir rencontrer, dis-je en la regardant, un sourire en coin.
Je restais sur l’idée qu’on aurait dit une toute petite fille, fragile. J’avais envie de la protéger. Et pourquoï pas de lui offrir un monde meilleur ? Une idée me vint en tête et je tentais sur un ton malicieux une question un peu stupide.


-Et donc, est-ce qu’il y a un autre Hybride dans ta vie ?

J’avais l’air pataud, gauche. Ou du moins, c’était l’impression que je me donnais. Je détestais être ainsi, mais au final, je faisais ce que je pouvais. Ce « nouveau caractère », que je m’étais forgé à coup de déceptions, il me faisait l’effet d’une façade face à toute cette timidité que j’avais essayée d’enterrer. Elle refaisait surface et j’avais l’air d’un jeune chaton inexpérimenté.

-C’est que… Tu es si belle… Je crois que je ne pourrais m’empêcher d’haïr celui que tu aimeras si je n’ai pas la chance de l’être.

Deux ou trois phrases qu’Alice m’avait susurrée me revinrent en tête, mais je ne les dit pas. Il fallait laisser les morts où ils étaient, et cela aurait été totalement déplacé de me servir de ce qu’elle me disait. Je détournais mon regard. J’avais, sans m’en rendre compte, rougis. Si je n’avais pensé à autre chose que durant quelques secondes, cela avait suffit à mon corps pour me faire reprendre mes vieilles habitudes. J’essayais de rencontrer de nouveau ses yeux, mais ce n’était pas possible. Je n’arrivais plus à la regarder à nouveau en face ! Aah ! Si elle était amoureuse d’un autre, je crois bien que je le…

-En… Enfin. Il faut rentrer. –Je me relevais.- Viens, je… T’accompagnes.
Mes mots avaient du mal à s’enchaîner. La vérité était là ; le tout puissant Leader Rebelle, celui que la Milice souhaiterait tant capturer, avait déposé les armes devant une ravissante Tori aux yeux vert. Il n’était plus rien sinon qu’un jeune adolescent un peu saut, dont les hormones ainsi que son cœur le travaillaient.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
avatar
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Sam 31 Mar - 14:42



  • Je me laissais choir sur ses genoux comme un chat épuisé, attendant d’être caressé. Je frissonnais presque de plaisir lorsque ses doigts se perdirent dans ma tresse. D’un geste, je la défis, laissant mes cheveux tomber dans mon dos. Je me reposais donc contre lui, ne voulant laisser ma place à aucun prix. J’aurais pu rester ici toute la nuit si j’avais pu. Mais j’avais énormément à faire cette nuit avec Diana. Je me demandais comment je faisais pour ne pas être davantage fatiguée. Parfois je dormais toute la nuit, puis toute la journée. D’autres, c’était moitié moitié. Je m’allongeais sur mon lit en début d’après midi pour me réveiller à une heure du matin. Nul doute qu’au petit matin, je me coucherais pour ne me réveiller que le soir ! Mais la perspective de laisser Nolwe me chagrinait. Mais il fallait bien se quitter pour mieux se retrouver ensuite. Qu’importe, je n’y pensais pas immédiatement. Je relevais la tête lorsqu’il évoqua une perspective que je n’avais pas encore envisagée. Pourrait-il extorquer le double de la récompense ? Je m’en léchais les babines. Plus de glace aux marrons ! Plus de plaisir ! Plus de temps avec Nolwe.
    D’ailleurs, je sentis ses lèvres se poser sur mon front. Mes plumes en frémirent tant le geste me surpris. Un vent frais parcourut la moindre de mes plumes. C’était bien plus qu’un geste à mes yeux. Je ne dirais pas que mon cœur traverserait ma poitrine pour se poser sur le torse de Nolwe mais… encore un peu et il obtiendra ce résultat.
    Mais je fus encore plus surprise par sa curiosité ? Si j’avais un autre hybride dans ma vie ? Je n’en avais pas connaissance non. Il est vrai que l’hybride qui vendait des glaces avec son maitre elfe me faisait parfois des avances. Il me proposait parfois des mélanges étranges, des compositions dont il avait idée. Comme mélanger le sorbet citron et la glace aux marrons. C’est original. J’avais remarqué ses œillades sur mon décolleté. J’en étais parfois gêné car plus je rougissais, plus ses yeux s’appuyaient sur moi pour ensuite m’écraser. Et je devais acheter une glace pour occuper mon esprit à autre chose. Cependant, je ne pensais pas avoir de sentiment pour lui puisque mon esprit s’orientait vers celui de Nolwe.

    « Ho je… »
    Commençais-je. Mais déjà, il s’expliqua sur sa question. Je fus réellement stupéfaite par la direction que prenait notre rencontre. Haïr celui que j’aimais ? Je n’avais pas encore de passion violente pour sa personne. Mais mon inclinaison pourrait bien se révéler solide. Je souris doucement en hochant la tête. « Je t’épargnerais cette extrême. Rien dans mon existence ne me retient. Même pas le marchand de glace. »

    Son petit compliment me fit si plaisir qu’il me fallut un petit moment pour m’en remettre. Il est rare que l’on vous fasse la cour comme telle. Et j’en profiterais tant qu’il me sera possible. Je n’ai eu que peu d’histoires d’amour avec d’autres hybrides. Ce n’était que des soirées où j’avais fini par me laisser embrasser d’un air totalement désintéressé, juste pour qu’il soit satisfait et me laisse tranquille. Les garçons pouvaient être si collants que je leur aurais volontiers chassé d’une remarque acerbe. Mais je n’aimais pas la méchanceté. Je crois même que le geste violent de Diana m’avait rendu plus douce que je ne l’étais. Au bout de quelques années d’esclavage, l’esprit devenait aigri et ne voyait que le gris de sa vie. Mais une touche de couleur venait d’égayer mon quotidien. Je souriais légèrement à son adresse et entreprit quelque chose que je n’avais jamais fait. On dit souvent que ce sont les garçons qui doivent le faire en premier. Mais soit j’étais naïve, soit j’allais contre les conventions. Il voulut se relever, fuyant ostensiblement mon regard. Mes mains saisirent son visage avec douceur et le forcèrent à me regarder dans les yeux. J’avais peut-être l’air timide avec mon petit mètre soixante et mon duvet noir sur mes plumes, mais j’aimais les regards francs. Je lui souris doucement :

    « Avant qu’on parte, laisse-moi te dire quelque chose Nolwe… »

    Et je posais mes lèvres sur les siennes. J’avais déjà embrassé des garçons lors de fêtes dans mon village. J’étais bien plus jeune mais les jeux des adultes fascinaient leurs progénitures. A l’âge de 14 ans, j’embrassais déjà mon premier « copain ». Et depuis, je me suis… un peu entrainer pour me montrer à la hauteur lorsque le bon viendra. Je ne forçais pas le barrage de ses lèvres, au cas où il n’aurait pas envie. Je lui faisais pourtant sentir que je ne voulais qu’une chose : sa langue. Mes doigts jouaient avec sa tignasse noire en bataille. Je retenais ma respiration et me retirais avec douceur avant d’enfouir ma tête dans sa nuque et l’embrasser avec envie. Puis je me reculais avec lenteur et me relevais, attrapant sa main et le tirant pour le faire relever. A force de battre les ailes, j’avais un bon petit muscle exercé !

    « Maintenant on peut y aller ! »
    dis-je comme si de rien n’était.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe] Sam 31 Mar - 20:10

Un marchand de glaces ?! Je me sentais bouillir de jalousie, mais... Je dois avouer que je ne m'attendais pas du tout à ce baiser. De mon côté, même si j'avais eu l'occasion d'embrasser plusieurs fois, je n'en avais pas encore pris l'habitude qu'on m'en avais déjà retiré la possibilité. Et ce n'est pas comme si mon Ancien Maître s'était intéressé à obtenir de moi un baiser.
Non, là, c'était loin de l'acte brutale. C'était quelque chose de beau. Un "baiser d'amour", pour faire cliché. C'était quelque chose qu'on partage tout les deux, l'un pour l'autre, et qui n'appartient qu'à nous. Mes yeux s'étaient écarquillés un peu stupidement, certes. Mon oreille et sa demie était reste, je l'avoue, débilement droite, comme effrayée par ce geste auquel je ne m'attendais pas.
Après un bref moment de surprise, je fermais les yeux et lui rendis son baiser. J'étais maladroit dans mon geste, et essayais de m'y prendre de la meilleure façon que je pouvais. Ce n'était pas mon premier baiser, mais il n'y en avait pas eu tant que ça non plus.
Cela se termina par une série de petits baisers, que j'essayais d'appliquer à autant d'endroits que je voyais de peau chez elle.


- Maintenant on peut y aller !

J'avais l'air benêt, et j'étais en rage contre moi-même, d'avoir l'air si idiot alors que j'étais si sûr de moi tout à l'heure. Je lui pris la main, l'aida à me relever, puis je cherchais les plantes à ramener des yeux. Je les pris, et l'accompagna en direction de la vieille ferme abandonnée qu'animait désormais Wakai Laka.

- On... Y va.

Mes joues avaient prises une teinte qu'elles n'auraient pas dû prendre. J'étais... Eh bien, oui, j'étais rouge ! Cela ne m'étais pas arrivé depuis longtemps et cette idée me faisait me sentir bizarre. Vivant, mais bizarre. Je lui déposais un nouveau baiser sur la tempe, alors que nous prenions le chemin pour aller chez ma sœur. Je connaissais bien l'itinéraire, je la guidais. Je n'osais plus la regarder en face et mes yeux trainaient au sol. Cela me permettait de vérifier qu'un quelconque obstacle ne la ferait pas trébucher et... Même si j'essayais de toutes mes forces, je n'arrivais pas à relever la tête. Je ne pouvais m'empêcher de me sentir... Coupable ? Oui, peut-être. Tout était allé trop vite. Je n'avais eu qu'une histoire d'amour jusque ici, et elle s'était étendue sur plusieurs années. Là, en quelques jours à peine, je... Nous étions allés là où j'avais attendu une année avant de m'aventurer la fois d'avant !
Peut-être étais-ce car il y avait très peu de barrières entre nous. Pas d’inquiétudes contre à son "statut sociale", je ne pouvais avoir que l'espoir, là dessus, qu'elle décide de nous rejoindre !
Perdu dans mes réflexions, j'étais loin. Un peu effrayé, mon oreille se trouvait abaissée. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait et j'avais la sensation désagréable de perdre le contrôle de la situation.
On arrivait à la Ferme.


( Prochain Topic à la Ferme Uriel/Wolfberg ? )

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
avatar
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: *~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

*~* Même les baies peuvent être dangereuses *~* [Nolwe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti, 4éme parmi les 10 plus dangereuses destinations du monde
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» Arrosage des baies
» Liste des baies
» Liaisons dangereuses ~ Pv

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* Esgalduin RPG * :: Esgalduin ¤ Campagne :: Forêt-