* Esgalduin RPG *
Coucou!
Le forum devient privé ! Une raison ? Duuh, moins on est de fous, plus il y a de gâteaux de riz ! Wink
Il va donc falloir se connecter pour accéder aux topics. Pour les p'tits nouveaux, je vous conseille plutôt Orphelinat Sanada, Fantastica ou Dreadful !


Bienvenue à Esgalduin, une ville déchue, désormais contrôlée par les Rebelles. Mais la victoire reste fragile et tout peut basculer. De quel côté serez-vous alors ?

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Comme les Autres Jours [Pv Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Ven 16 Mar - 13:58

Une exécution devait se tenir là. Un de nos compatriote qui s'était fait attrapé, juste après avoir déposé la bombe au commissariat. C'était un bien pour un mal. Si nos ennemis fêtaient leur semi-victoire, nous avions fêtés la notre. Maintenant, une sorte de mélancolie s'était abattue sur le Repère et nous ne pouvions nous empêcher de penser à ce qu'il devait subir. Finalement, au milieu de ce voile de désespoir qui s'était abattu sur le Camp, je m'étais décidé à partir pour la ville. Histoire de rendre une dernière fois les honneurs à notre compatriote.
Il y avait foule, devant lui, et c'était difficile de pouvoir l'approcher. Je m'étais caché sous ma cape, espérant que je n'attirerais pas trop l'attention. A cause de l'importance de l'événement -une vengeance, tout compte fait-, les lieux étaient hautement surveillé. Je savais le risque que j'encourais et que je faisais encourir à toute la Cause, en me trouvant là, mais, comme d'habitude, je n'en faisais qu'à ma tête. Je passais mon temps à m'en vouloir de cette inconscience, sans pour autant essayer de lutter contre.
Je ne connaissais pas tous nos membres. Cela m'évitait de m'y attacher trop. Je n'avais du l'apercevoir qu'une ou deux fois, mais, même si je le connaissais, je ne l'aurais certainement pas reconnu dans l'état où ils l'avaient laissés.
Les journaux ennemis avaient bien parlés d'un interrogatoire de plusieurs jours, mais je ne pensais pas que c'était pour le laisser ainsi.
Je me demandais ce qu'il avait du dire sur nous. Je craignais qu'il n'ait vendu des choses importantes.
Heureusement, il venait du Repère de la ville. Ce qui signifiait que le QG Principal ne serait pas découvert, même s'il nous avait vendu.
C'était un Inu nommé Palkiel. Son nom nous venait de Maëlle, qui nous avait dit le connaître depuis quelques jours. Il avait dû avoir les cheveux bruns. Ils restaient présents sur quelques endroits du crâne. J'essayais d'éviter de le regarder en détail, car je savais que, si je le faisais, ces détails resteraient gravés en ma mémoire durant le reste de mes jours.
Ils l'avaient attachés sur l'échafaudage de la place publique et l'avaient laissés là. D'ici quelques heures, l'attraction n’intéresserait plus personne. Ils le laisseraient mourir de ses blessures.
Pour ma part, ce n'était pas le premier mort que je verrais. J'en avais déjà surement trop vu. J'aurais aimé garder la tête et le regard froids mais je commençais à me sentir mal. D'autres images me revenaient vivement en tête, passaient devant mes yeux avec une telle puissance que je ne voyais plus rien d'autre. Je commençais à tituber.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Ven 16 Mar - 16:02

    Ses pieds étaient recouverts d'une épaisses couche de terre et de saletés. Le sang frais avait séché et avait ramassé toutes les saloperies qu'il avait accumulé en allant chercher refuge. Il fallait fuir, fuir au plus vite et au plus loin de cette maison désormais vidée de toute vie. Il n'arrivait pas à savoir ce qu'était ce poids qui lui alourdissait le cœur avec tant de force. Était-ce réellement de la tristesse ? Il se sentait vidé de toute émotion, bien plus qu'à l'habitude, et la seule chose à laquelle il pensait c'était « courir ». De vagues miaulements tout juste perceptibles s'échappaient du fin fond de sa gorge, à chaque fois qu'il essayait de reprendre son souffle. Combien de temps allait-il courir avant de rejoindre ne serait-ce un village ? Il ne savait pas où il était, où il allait, quels étaient les lieux où il avait habité. Traîné de manoirs en manoirs, la belle affaire pour devenir une bosse en géographie.

    Mis à néant, ses repères. Mise à mal, sa raison de vivre... Qu'allait-il faire ? Plus il avançait dans un village qu'il avait repéré au loin, plus tout son courage s’émiettait petit à petit. Nathan essayait de picorer le moindre indice d'une quelconque raison de vivre, mais à chaque fois, le grain partait en même temps que son sens de l'équilibre. Ses genoux n'en pouvaient plus. Il avait faim, et ses membres ne le soutenait plus. Il se redressa, fixa le jeune chat qui lui faisait face, dans la vitrine d'une boutique fermée. « Tu es en piteux état Nathan. » se disait-il à lui-même. Son petit habit de marin était tout tacheté de sang, ses joues étaient recouvertes d'une fine opercule blanchâtre, ses larmes ayant séchées, et ses yeux portaient deux belles cernes marrons sous eux. Définitivement, le petit être perdu avait mauvaise allure avec son teint cadavérique et son regard vide, ayant perdu sa lumière.

    Il lui fut peu de temps pour s'apercevoir qu'il y avait de l'agitation dans l'air. Soulevant le bout du nez, le petit chat suivit l'odeur de la populace grouillante. Le petit chat ne se fit pas trop remarquer malgré ses vêtements recouverts de sang séché... Il semblerait que la plus grosse partie du spectacle se déroulait plus loin encore.

    « L'odeur est infecte... » pouvait-il entendre en tournant l'oreille vers la droite. « Regardez, regardez, ils lui ont même coupé sa queue ! » entendait-il à sa gauche, enchaîné par un rire moqueur et, un peu de temps après, un gémissement de dégoût venant d'une femme d'une cinquantaine d'année. De quoi parlaient-ils ? Nathan était bien trop petit pour voir que, plus loin, un des siens se faisait gentiment descendre. Quand il se laissa emporter par un mouvement de foule, il le vit. Lui, un hybride. Comme lui. Dont les membres mourants pendouillaient et traînaient presque sur le sol. Une vague de sang s’agrandissait autour de lui... Sa queue était... son corps n'était que...

    Et soudain arriva ce qui devait arriver. Nathan prit ses mains devant sa bouche et retient une violente nausée à la vision de cet être. Une panique immense et venant au plus profonde de ses entrailles se fit ressentir. Il essaya de fuir. Simplement fuir. Il ne savait pas ce qui était arrivé à cet hybride, il s'en fichait, il l'avait certainement mérité, mais l'exécution restait une épreuve bien trop douloureuse pour le petit être qui essayait tant bien que mal de retenir sa peur. Une toux vint le dérangeait, il n'arrivait plus à penser. Il bouscula plusieurs hommes et femmes tout proche de lui, des larmes recommençaient même à couler au long de ses joues. En relevant les oreilles, il essayait d'identifier ce qui se passait, ce qui se disait. Mais la panique l'ayant pris trop fort, il n'avait rien d'autre à faire que d'essayer de s'en aller. Une main vint se poser sur son épaule. Une large main d'un homme robuste... Son sang se glaça. A peine cette main fut relevée que la fuite du petit chat repris de plus belle. Bousculade sur bousculade, peut-être allait-il sortir de là...

    « … ? »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Ven 16 Mar - 17:33

Un léger mouvement de foule se fit sentir. Derrière mes visions troubles, je vis quelqu'un essayer de s'enfuir. Son visage était terrorisé, livide. J'eus besoin d'un moment pour remarquer qu'il s'agissait d'un Neko, comme moi. Si certains Hybrides avaient quelques sentiments pour ce qui se passait, ils le cachaient très bien. En règle générale, montrer de la compassion pour les Rebelles, ce n'est jamais bien vu. C'est même très dangereux lorsque l’on ne peut pas se planquer derrière son statut de Maître.
Grâce à l’insolite de la scène, je réussis plus ou moins à revenir à la réalité. L'Hybride en question était taché de sang. Mais qu'est-ce qu'il fichait ici ? Il courait au suicide !
Après avoir une dernière fois tiré sur le capuchon de ma cape, pour être sûr de passer inaperçu, je me mis devant lui et lui bloquait le passage. C'était vraiment un cas étrange. Est-ce qu'il connaissait Palkiel ? Cet énergumène, je ne l'avais jamais vu chez nous, mais comme je l'ai déjà dit, je ne connaissais pas tous mes hommes. Je le pris pour un des nôtres, en mauvaise posture. Les soldats de la Milice le regardaient bizarrement. Il fallait dire qu'il se faisait remarquer; il avait même plus l'air d'un Rebelle que moi. Je l'attrapais fermement par les épaules et lui dit à voix basse...


-Calme-toï, tu attire plus l'attention que notre collègue.

Décidément, quand on parle d'inconscience, je ne suis pas tout seul. Les dernières images qui passaient devant mes yeux commençaient à s'estomper. Ce n'était plus que des visages flous, au milieu desquels se trouvait quelques instants celui d'Alice. Il se superposa avec le visage de l'Hybride et j'eus l'impression de l'avoir en face de moi. Cela dura quelques secondes qui me coutèrent un temps d'absence, puis, lorsque je repris le contrôle de moi-même, je me mis à tirer le Neko hors de la foule. Je n'avais pas de problème pour passer, je trouvais facilement les endroits où il y avait le moins de monde et fit plusieurs fois des détours afin de réussir à partir de ce lieu bondé de monde. Au pire, je jouais des coudes, bousculant plusieurs personnes. J’étais planqué sous ma cape et personne n’aurait pû s’imaginer que c’était un esclave qui s’amusait à virer des Maîtres de son chemin. Je lâchais l’inconscient à un endroit où il n'y avait personne, dans le coin d’une ruelle.

-Tu n'as rien dans la tête ou quoï ?! Tu veux vraiment qu'on se fasse tous attraper ! Tu serais arrivé sur les lieux avec une pancarte autour du cou où il y aurait eu marqué "Je suis son complice" que tu n'aurais pas été plus suspect !

Je jetais de rapides coups d’œil autour de moi pour vérifier que nous n’avions pas étés suivit. Si la place était si bien surveillée, c’était justement car ils s’imaginaient que les Rebelles allaient être présents ! Ce n’était pas du tout le moment de se faire remarquer. De plus, les Miliciens l’avaient bien vu. Ils avaient surement dû remarquer qu’il faisait tâche au beau milieu d’une foule de Maîtres et d'Hybrides bien dressés.

-Qu’est-ce que tu as fait pour te retrouver dans cet état ? Tu as tué quelqu’un ou quoi ?! …Mais c’est vraiment trop fort, ça ! J’ai donné des ordres pour qu’on ne s’y rende pas et toï... ! Il faut croire que je suis écouté par mes hommes ! Ah, ça, ils doivent m’adorer pour m’obéir à ce point !

J’étais totalement dégouté de ne pas avoir été suivit dans mes directives. Lorsque je me mettais en danger, je l’assumais. Je sais qu’il y a un remplaçant, là-bas, au Repère, pour me remplacer en cas de besoin. Mais… Que mes hommes se mettent à risquer leur vie comme ça, c’est n’importe quoï ! Les membres ont beau être remplaçables, une vie reste une vie et la jeter ainsi à la poubelle m’avait mit hors de moi.
Lorsque je réussis à me calmer, je me rendis compte que j’étais surement en train de l’effrayer. Je n’avais pas à hurler comme ça. Qu’il m’ait mis hors de moi n’était pas la question. Je regardais son visage pâle, il était maigre et faisait peur à voir. Je commençait à réaliser mon erreur et mon visage se décomposa.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Ven 16 Mar - 19:19

    Pas le temps de comprendre ce qu'il se passait que le jeune chat fut prit de court par un homme encapuchonné. Celui ci semblait crier quelque chose... Que Nathan n'arrivait pas à déchiffrer. Ses lèvres bougeaient, et puis le reste de son corps se mit à se mouvoir, emportant le petit garçon hors de la foule. Ses sanglots ne se calmaient pas d'un poil, et à mesure qu'il sentait le sol changer sous ses pieds nus, il essayait de comprendre ce qui était en train de lui arriver. Qui était cet homme sous sa cape ? Nathan avait peur, oh oui, il avait horriblement peur et ne savait pas quoi faire à par fixer bêtement le jeune homme qui lui hurlait dessus. Il parlait de pancarte et de complice, il parlait d'obéissance et de ses hommes. Il était le chez de quelque chose ? La tête du chat était bien trop nébuleuse qu'il n'arrivait pas à se faire la simple remarque qu'il était le chef des rebelles. Mais quand on y réfléchit, il ne connaissait même pas ce qu'étaient des rebelles, n'ayant jamais quitté sa petite maison.

    Et voilà qu'il s'était arrêté de hurler. Nathan s'était pris les bras, les croisant, et dévisageant le grand garçon. Il lui faisait horriblement peur et son esprit chamboulé ne comprenait pas ce qu'il lui voulait. Était-il quelque de méchant ? Était-il quelqu'un qui lui voulait du bien ? Nathan baissa les oreilles au plus bas et sa tête suivit le même geste rapidement. Il regarda ses pieds, les pavés, ses pieds, les pieds de l'homme, tremblant comme une feuille. Que pouvait-il faire ? Il n'était pas encerclé, non, mais cette chose le fixait et il ne pouvait pas fuir.

    « Uh... uh.... »

    Rapidement, des gémissements virent s'accompagner à ses tremblements. Il ne retenait plus ses larmes et les fixer s'échouer le long des pavages de la ruelle où il était désormais coincé. Reprends-toi Nathan, tout va bien se passer, il n'est peut-être pas si méchant que ça, c'est ce qu'il essayait de se dire. Il remonta le petit bout de son nez et essaya de capter le regard violet de la personne lui faisant face. En plissant des yeux, il ouvrit la bouche et laissa échapper un miaulement fluide « Meow... » qui, s'il avait été un animal à part entière, aurait été extrêmement mignon. Mais sa figure reprit rapidement une expression de peur. Des flashs de la scène qu'il avait vu venant devant le regard, ne faisant qu'empirer sa crainte, sa peur, sa panique.


Dernière édition par Nathan le Lun 19 Mar - 9:59, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Ven 16 Mar - 20:27

J'y étais réellement allé trop fort. Puis, plus je le regardais, plus je me rendais compte qu'il était impossible que l'on laisse un membre de l'Organisation dans cet état. C'était un chat errant qui était arrivé au mauvais endroit. Peut-être un membre potentiel pour nous. Il avait l'air épuisé, affamé et avait surement du passer un mauvais moment.
Il ne me regardait plus, baissait la tête et je ne pouvais m'empêcher de me sentir affreusement coupable. M'endurcir était une chose, mais hurler sur les gens sans véritable raison en était une autre.


-Je.. Je suis désolé. Je croyais que tu faisais partit des Rebelles.
Ma voix s'était adoucie et se faisait même hésitante. Je me sentais vraiment mal d'avoir fait ça. Quelque part, j'avais quand même dû lui sauver la peau en le tirant de cet endroit. Il n'avait pas idée de venir assister à une exécution publique plein de sang !
Il se mit à pleurer et je me sentis affreusement mal. Je ressentais l'angoisse qu'ont tous les parents, lorsqu'ils hurlent trop fort sur un enfant.
Car oui, le petit Neko me faisait l'effet d'un enfant, incapable de quoique ce soit et terrifié par l'espèce d'ogre qui venait de lui hurler dessus.


-S'il te plait, reprend-toi.

Mes phrases n'avaient rien à voir avec celles de tout à l'heure. Ma voix s'était faite suppliante, implorante. Je me sentais si mal à l'aise ! Comment le calmer ? Comment calmer un chaton qui pleure ? J'hésitais, posait une main sur son épaule, la tapotait, lui faisait des petits "chut, chht" nerveux. J'avais rarement eu à calmer des pleurs. Je n'étais pas ni un père, ni un grand-frère. Je n'avais jamais eu à m'occuper d'enfants. Mes mouvements étaient hésitants, maladroits. J'étais embarrassé et je culpabilisais en même temps. J'aurais voulu le calmer d'une manière ou d'une autre. Son visage pris rapidement un autre aspect. Je ne savais si c'était moi qui le terrorisait ou ce qu'il avait vu. Tout ce que je savais, c'était qu'il était en état de choque. J'aurais aimé avoir Maëlle sous la patte, elle sait si bien s'y prendre quand il s'agit de consoler ! Je crois que même Wakai s'y serait mieux prise.

-Ça-va-aller,-d'accord ?-Je-ne-voulais-pas-te-crier-dessus.-Aller,-fait-un-effort,-n'ai-pas-peur-comme ça.-C'est promis-ça-va-s'arranger,-chht chht.

Je lui frottais l'épaule, essayait de le faire revenir à la réalité lui aussi. Si je regardais autour de moi, désormais, c'était plus dans l'espoir de croiser quelqu'un qui aurait pû le consoler que par crainte de tomber sur la Milice. Puis, sans trop réfléchir, par un bon réflexe, je m' abaissais à son niveau et retirait ma capuche. Je lui laissais voir mon oreille et demi, qui remua deux ou trois fois. Puis, tout en le fixant d'un regard un peu affolé, mais qui essayait de se faire convainquant, je lui dit...

-Tu vois, je suis un Neko. Comme toï. -Je remis mon capuchon.- Tu dois avoir faim, non ? On va aller manger, d'accord ?

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Ven 16 Mar - 22:22

    Une main vint se déposer sur l'épaule du jeune chat, juste après quelques paroles qui semblaient implorantes. Ceci ne calma pas de suite Nathan qui réussit à capter ce qu'il se passait autour de lui quand l'homme encapuchonné vint lui épeler que tout allait aller bien, qu'il ne fallait plus qu'il ait peur, qu'il fallait qu'il se taise... Et mine de rien, cela fonctionnait plutôt bien. Les images revenaient encore et encore, mais ses larmes avaient cessées de couler. Sa face restait totalement effrayés et des spasmes de peur continuaient de le prendre dans tout le corps, mais ses joues pouvaient être reposées et ne plus recevoir de liquide salé sur elles.

    Puis, calmement, l'homme qui l'avait emmené plus loin vint s'abaisser à sa hauteur et fixa le jeune neko. Nathan resta sans bouger là où il était, collant ses bras contre lui plus fort, comme s'il voulait former un bouclier avec lui-même. Se protéger de quoi, au final ? De beaux cheveux de jais et d'oreilles de chat dressés au dessus de la tête du garçon ? Il... il était comme lui ce monsieur alors ? Nathan sentit son regard se remplir d'un tourbillon de questions. C'est là qu'il lui dit qu'il était un neko, tout comme lui et enchaîna par une remarque qui fit tilte au chaton ; «  Tu dois avoir faim, non ? On va aller manger, d'accord ? » Faim ? Peut-être que le mot n'était pas assez puissant pour désigner ce qu'il ressentait. Mais là tout de suite, dans l'instant présent, deux choses lui venaient à l'esprit ; sang, sang, sang, sang, et fuir du méchant, fuir du méchant, fuir du méchant. Mais était-il si méchant que ça ? Il semblerait que non...

    Nathan tendit la main vers le grand garçon, tremblotant, et vient passer sa main sous la capuche du neko. Il lui prit l'oreille et lui caressa l'intérieur en ignorant totalement les réactions de ce dernier. Elles étaient douces, elles étaient chaudes, tout comme les siennes, et frémissaient. Quelqu'un comme lui... Est-ce qu'il en avait vu beaucoup ? Pas tellement. Et là, devant lui, cette personne qui voulait le rassurer... Nathan le sentait, c'était son pouvoir. Et rarement il eut la chance de ressentir ce genre de sentiments bienveillants. Il semblait affolé, pourquoi ? Est-ce que Nathan était si effrayant que ça ?

    « Meow. »

    Il se mit à miauler en essayant de lui délivrer un message. Par habitude, il n'utilisant aucun mot ayant un sens, plus une flopée de petits miaulements brisés par les spasmes de tremblements qui le prenaient encore. Il ne lâchait pas son oreille en faisant cela, cela le rassurait et il obligeait en quelques sortes au damoiseau de rester à sa hauteur. Ses membres commençaient tout doucement à arrêter de trembler, il reprenait petit à petit le contrôle de ses membres, rassuré par la petite chaleur qu'il tenait dans sa main.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Sam 17 Mar - 8:02

Il réussit plus ou moins à se calmer et je ressenti une légère sensation de fierté qui ne dura pas longtemps. S'il avait l'air d'aller un peu mieux, ce n'est pas comme si il était revenu à la normale.
J'eus un violent sursaut lorsqu'il vint agripper mon oreille. La dernière fois qu'on me les avait touchées, c'était pour m'en arracher une. Cette scène revint devant mes yeux, mais je l'en chassait vite. La seule façon de faire partir ces visions était d'être occupé. Et là, j'étais très occupé.
S'il y avait contact de sa part, c'est qu'on avait déjà fait un pas. J'aurais bien aimé l'entrainer plus loin, à l'abri, mais je me voyais mal le trainer de nouveau alors qu'il devait avoir du mal à marcher. De plus, il avait beau faire vingt ou trente centimètre de moins que moi, je n'avais pas la force suffisante pour le porter.
"Il faut que je me travaille un peu, niveau musculation", pensais-je avec un sourire.

Je me demandais si c'était le choque ou alors s'il ne savait réellement pas parler, mais, le résultat était là, il avait beau me comprendre, il miaulait. Je voyais le mal que j'aurais à communiquer avec lui. Mais s'il avait vraiment fallut jouer au Leader impitoyable, un membre qui ne sait pas parler est un membre qui ne peut pas vendre son camp, même sous la torture. Je savais très bien que Delios m'aurait crié de le ramener à tout prix. Mais, vu comme il était, terrorisé et affamé, je me voyais mal en faire un Rebelle. J'attendis qu'il se calme un peu, puis je retirait sa main de mon oreille -Le fait qu'il la tienne me faisait mal. C'était une réaction que je ne pouvais m'empêcher d'avoir. Un mélange de peur et de douleurs que je ne pouvais plus avoir dans l'autre oreille.-
Je pris sa main dans la mienne et lui frottait la tête.


-Allez, il y a bien des gens qui vendent quelque chose, ici.

Je savais très bien que l'argent sale, c'était pour acheter des armes aux Maîtres corrompus, qui ne se doutaient pas que nous allions nous en servir pour les mettre en esclavage. Mais j'avais une petite bourse sur moi et j'entendais de l'utiliser de la manière dont je voulais. Et puis, voler de la nourriture, avec ce monde, la Milice pas loin, et le chaton que je voyais mal courir... C'était suicidaire.
Je me dirigeais vers la place du marché et cherchait une étale ouverte. J'y pris deux pommes que je payais deux Telpës. Les prix augmentaient les jours où il y avait spectacle.
Je lui tendais une pomme et l'emmenait bien vite loin de ce lieu où un Neko plein de sang ferait toujours tâche.


-Je t'emmène te reposer au Repère, d'accord ? Et te changer, par la même occasion.
J'avais juste l'impression d'amener mon petit frère en ballade.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Sam 17 Mar - 10:32

    Peut-être que c'était le geste ou peut-être que c'était le fait de ne plus comprendre ce que ressentait le grand neko, mais Nathan se sentit comme brisé de toutes parts quand sa main dut se détacher de l'oreille qu'il agrippait. Il pouvait comparer ça à quoi ? Une déchirure ? Une trahison ? Nathan ne trouvait pas les mots pour désigner son mal-être face à cette réaction, mais n'eut pas le temps de paraître triste que le grand garçon vient lui frotter la tête. Le geste avait comme effet de lui faire oublier la fissure qui s'était créée en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire dans son cœur. Il était habitué à cette désagréable sensation d'être abandonné, mais jamais n'avait été rassuré aussi rapidement par un simple mouvement au dessus de sa tête. Le geste aurait duré ? Le chaton se serait mis à ronronner.

    Obtenant par la suite un petit « Allez, il y a bien des gens qui vendent quelque chose, ici. », Nathan se mit à suivre le grand garçon dont il ne connaissait toujours pas le nom (il aurait voulu lui demander), vers une place.

    Marché. C'était un mot qu'il ne connaissait pas, n'ayant jamais posé le pied dans une ville comme celle-ci. Il y avait de tout, une immense place à ciel ouvert où plusieurs marchands parfois gueulaient des choses sans sens pour Nathan. Le patois n'était pas sa seconde langue et il comprenait parfois très mal ce que les marchands essayaient de hurler à la populace. Pourquoi avaient-ils besoin de crier sur les gens qui passaient ainsi ? Nathan baissait les oreilles et fixa le sol sur lequel il marchait. C'était vivant et sale ici, il n'aimait pas cet endroit et les gens qu'il y avait. Le sol était grouillant de saleté et de fruit écrasés. Vivement qu'il trouve des chaussures... Il releva le nez. Oh et puis toutes ses étables pleines de fruits et de légumes lui donnaient tellement envie. La vive douleur dans son ventre lui rappelait qu'il était arrivé à la limite de se qu'il pouvait supporter. Il se stoppa quelques minuscules secondes, reprenant toute sa tête brouillée par la douleur et fixa, non loin de là, une hybride dans une cage. Un marchant se tenait également à ses coté. La petite hybride possédait deux magnifiques ailes rousses dans son dos et était si peu vêtue que l'ont pouvait voir parfaitement d'où commençait à pousser les plumes, et où sa peau n'arrivait plus à tenir sur ses os. Une « copine » se disait Nathan. Bizarrement, il n'éprouva aucune pitié envers elle, car se voyait que trop bien à travers elle. C'était la destinée de tous les hybrides, n'est-ce pas ?

    Main tendue et pomme se tenant bien fièrement dedans. Nathan n'en cru pas ses yeux lorsqu'il vit que le grand chat lui avait bel et bien acheté quelque chose. Le petit chat prit la pomme entre ses mains et fit un grand sourire tout ravi au monsieur qui lui avait offert la pomme. La scène de l'achat, il l'avait totalement zappé à cause de ses pensées, mais maintenant il ne s'étonnait pas de voir sa main remplie d'une si... gigantesque pomme. Il resta à la contempler un long moment, alors que le grand garçon vint le tirer un peu plus loin encore, lui disant qu'il fallait le ramener au repère...

    Et de quel repère il parlait ? Nathan resta quelques secondes à fixer le grand garçon avec le regard totalement nuageux. Était-ce de ce dont il parlait tout à l'heure ? Nathan lui miaula à la figure en ouvrant grand la bouche, miaulement tout sauf discret, pour montrer son incompréhension. Est-ce qu'il devait le suivre, est-ce qu'il devait manger la pomme qu'il tenait entre ses mains ? Le petit chaton vint plonger son regard dans celui du grand garçon avec un énorme point d'interrogation qui était né au dessus de sa tête. Celui-ci parti rapidement lorsque Nathan se dit que de toutes façons, il n'allait pas s'enfuir comme un voleur avec sa belle et grande pomme et décida se mettre aux cotés du chat géant. Il relevant une énième fois le bout de son nez et lui fit un « Nyaw » qui voulait dire qu'il était prêt à le suivre.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Sam 17 Mar - 16:21

Le Neko me suivait bien sagement. Je lui tapotais une nouvelle fois la tête alors qu’il me regardait de manière interrogatrice.

-Nyaw
-Tu devrais manger. On a une petite route à faire.

Le Repère était située assez loin de la Place principale. C’était logique, après tout. On n’allait pas laisser le repère là où tout le monde allait, on serait trouvés trop facilement ! Tout en marchant, je regardais mon « petit frère ». Il avait besoin de soins urgents. Un peu comme tout les Hybrides qui avaient rejoints nos troupes, d’ailleurs. Une fois au refuge, il allait pouvoir manger, boire, se laver et se changer. Je ne m’étais pas aperçu qu’il marchait pieds nus, étant donné la volonté que je mettais à éviter de regarder les gens en détails. Lorsque je m’en aperçu, je culpabilisais de ne pas l’avoir ramené plus tôt au Repère. C’était une grande salle, une sorte d’entrepôt qui avait été un Garage, autrefois et qui désormais avait un aspect qui faisait penser à une cave. Il était situé dans des rues dites « malsaines » et personnes n’avait encore eu le courage de le démolir. Les Maîtres craignaient les petits voyous, qu’ils soient de leurs races ou non. Néanmoins, la cache n’aurait pas fait long feu si il avait été sû que les Rebelles se terraient dedans.
Il y avait un étage et même une cave qui servait d’abri, quand on craignait des rafles. Il n’y en avait jamais, le quartier faisait trop travailler l’imagination de ces crétins. A l’intérieur étaient éparpillés des lits de camps. Dans un coin de la pièce se trouvait une grosse baignoire, dissimulée sous des rideaux. Il y avait deux ou trois « armoires de fortunes », de vieux caddies sur lesquels ont avaient entassés des vêtements d’occasion. La nourriture se trouvait dissimulée au sous-sol et était durement rationnée. Néanmoins, là-bas, on mangeait à sa faim. Il y avait aussi des médicaments, des bandages, du désinfectant. De quoï s’occuper du Neko.


-Tu ne m’as pas dit comment tu t’appelles. Si tu ne sais pas parler, est-ce que tu peux m’écrire ton prénom ?

Savoir écrire, c’était encore rare chez nous. Peu de gens savaient le faire. J’avais eu de la chance, mon ancienne maîtresse me l’avait appris. J’étais conscient que je lui devais énormément et cela ne faisait qu’accentuer la douleur de sa perte. On n’était plus si loin de l’entrepôt. Je me dis que j’allais l’y déposer, en sachant que je le laisserais en de bonnes mains. La porte, lourde et en acier, renforcée par trois tonnes de barricades, était protégée par le mot de passe que j’avais instauré. Ce mot de passe qui me faisait sourire parfois, et que je trouvais idiot d’autres, était le surnom que me donnait Alice. Personnellement, je ne l’avais jamais aimé, mais je m’étais toujours laissé faire, docilement. Pour rien au monde je n’aurais voulue la vexer par une remarque inutile. On arrivait, je toquais fortement à la porte et prononçais distinctement le mot de passe, non sans adresser un rapide coup d’œil gêné au « petit frère ».

-Le Louche.

Il y eu un bruit de meubles qu’on déplace et une Usagi un peu paniquée vint nous ouvrir. Il fallait la comprendre, c'était dur de déplacer à elle toute seule la "barricade" qu'ils avaient mis devant la porte.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Sam 17 Mar - 18:37

    Il fallait qu'il mange sa pomme.... maintenant ? Nathan resta dubitatif et la frotta contre des pans de son vêtement, non recouvert de sang. Chose assez compliquée à accomplir vu le niveau bien élevé de saleté qui se trouvait sur son haut marin.

    Le chemin pour atteindre le « repère » paru interminable pour le jeune chaton. Celui ci suivit tout sagement le grand chat, mais ses pieds le faisait horriblement souffrir et il n'osait toujours pas toucher à sa belle pomme. Les rues devenaient de plus en plus en piteux état, l'odeur était piquante et le bout de son nez, non habituée à cette odeur de pourriture et de vieilleries, frémissait au fur et à mesure qu'il avançait. De quoi lui couper l'appétit, c'est pour dire à quel point il était dégoûté par ce qu'il sentait. Nathan resta presque collé au grand garçon pour sentir quelque chose de normal dans ce monde infecte.

    « Tu ne m’as pas dit comment tu t’appelles. Si tu ne sais pas parler, est-ce que tu peux m’écrire ton prénom ? »

    Bien sur qu'il savait écrire. Il savait même lire également. C'était quelque chose qu'il voulait apprendre dès tout petit, et il se plongeait régulièrement dans les bouquins qui lui passaient sous la main pour comprendre comment marchait ce langage. Et les hommes qu'il soulageait s'amusaient à répondre à ses interrogations, et c'est en pensant se moquer du jeune neko que celui-ci comprit le système alphabétique : syllabe et consonne. Mis ensemble, cela formait des syllabes. Puis des mots. Puis des phrases. Et ainsi de suite. Alors comprendre comment s'écrivait son prénom ne fut pas dur. Quoi qu'il mit un petit bout de temps à comprendre pourquoi on mettait un « h » entre le « t » et le « a ». Décoratif ? C'est ce qu'il pensait. Mais il n'allait certainement pas lui dire comment il s'appelait... Et encore moins l'écrire. La parole était donnée à presque tous, sauf aux imbéciles, alors pourquoi donner un signe d'intelligence encore plus poussé alors que naturellement, il avait pris le pli de ne pas parler ? Il esquiva la question en miaulant puis colla la pomme à sa joue, en attendant de voir la suite des événements.

    On l'emmena devant une grande porte en métal. Une sorte d'immense portail qui fit froid dans le dos au petit chat qui se sentit horriblement petit face à « ça ». Monsieur le chat jeta un coup d’œil vers Nathan qui eut un énième point d'interrogation au dessus de la tête en se demandant pourquoi il l'avait rapidement regardé ainsi. Reprenant son habituel air neutre de ses beaux jours, Nathan attendit qu'on leur ouvre la porte, et pu finalement apercevoir deux longues oreilles dépasser non loin de là. Le chaton ne retint pas le mot de passe, il ne comprenait pas réellement pourquoi il avait eut besoin de dire ses deux mots étranges pour qu'on aille leur ouvrir, et n'avait pas le cerveau assez connecté pour réfléchir à ce que cela pouvait être. Pas totalement remis de ses émotions, oh que non.

    Nathan ne chercha pas à demander l'autorisation pour rentrer. Ses pieds enjambèrent de grosses caisses qui se trouvaient là, et il rejoint rapidement la petite hybride. Elle ne possédait pas de queue, et le chaton se demandait si elle se l'était fait couper elle aussi. Rien qu'à cette pensée, les spasmes de peur revirent faire chambouler le petit être blond et Nathan chercha ses repaires... Qu'il n'avait pas. Les vertiges étaient revenus, et la pomme qu'il tenait jusqu'à là dans ses mains roula au sol alors qu'il tanguait et tombait sur le coté au sol, comme une petite crèpe.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Lun 19 Mar - 9:09

A peine rentré, mon « petit frère » s’évanouit. Je n’avais pas prévu ça et j’eus l’air d’un imbécile, incapable de réagir. Je fis finalement un geste pour le rattraper, mais trop tard. L’Hybride Usagi qui nous avait ouvert accouru, le ramassa, le prit dans ses bras.

-Si tu nous ramènes des membres comme ça, on ne risque pas de la gagner, cette guerre. Notre stock de nourriture s’épuise, si on doit le vider, que ce soit au profit de membres forts. Les enfants n’ont pas leur place dans une guerre. Celui-ci aurait dû rester auprès de son maître.

Elle parlait d’une voix lasse et triste. Je crois bien qu’elle commençait à fatiguer. J’étais arrivé un peu tard et avant moi, cela faisait des années que les Rebelles existaient et mourraient. J’expliquais à l’Usagi qu’il était sur le point de se faire attraper et que même Delios (Ce nom ne voulait pas beaucoup dire, ici. C’était l’ancien Chef d’un autre Repère) aurait vu un potentiel dans un Hybride muet. J’avais préféré ne pas gâcher un membre, mais que si on n’en voulait pas ici, je pourrais très bien lui trouver une autre place. Elle émit un léger soupir et me répondit, tout en le déposant sur un lit d’infirmerie improvisé.

-Non, ça ira. Tu as raison, un membre muet, c’est toujours mieux qu’un membre trop bavard. On trouvera certainement autre-chose à en faire qu’un Kamikaze.

Sans prendre garde s’il avait rouvert les yeux ou non, elle versa de l’alcool sur ses plaies, sur ses pieds. Elle faisait ça minutieusement et ne versait que si elle trouvait une vraie blessure. L’alcool était aussi rationné et il fallait en donner à boire aux membres, pour qu’ils oublient le calvaire dans lequel ils étaient.

-Regarde dans quel état il est. –Nouveau soupir- C’est vraiment du gâchis. Tu sais, j’ai un fils qui aura son âge.

Si je l’avais déjà vu deux ou trois fois, cette phrase qu’elle dit, je l’avais entendue le double. L’Usagi avait tendance à radoter. Mais pour ce qui était de lui faire dire ce qu’il était advenu de son fils… C’était peine perdu. Elle ne le confiant à personne. Comme si sa phrase était un automatisme, une inscription sur la porte d’un cœur qu’elle avait refermée.
Je me rendis compte que la pomme du Neko avait disparue. Je regardais autour de moi. Aucunes traces. Surement volée par quelqu’un d’autre. A tout hasard, je demandai à l’Usagi si celle-ci l’avait vu. Elle me répondit que s’il ne mangeait plus, c’était mauvais signe pour lui. Je la laissais dans ses idées noires. Avant de partir, je déposais ma pomme, malheureusement pour mon confrère Neko, déjà croquée, près de lui, lui murmurant un rapide « au revoir » embarrassé. Je commençais à partir, convaincu que j’avais fait mon devoir. Une fois à la porte, je me retournais une dernière fois et le regardais. Il allait me manquer, mais je ne pouvais pas m'occuper de tout les Hybrides que je rencontrais. Je le laissais en de bonnes mains.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Lun 19 Mar - 10:19

    Il avalait de la poussière et d'autres saletés présentes sur le sol. Après ses pieds, ses lèvres avaient gouté à l'âpre goût du sol. Les pensées de Nathan devinrent très rapidement extrêmement floues, ne comprenant plus ce qu'il se passait autour de lui. Ses paupières s'étaient refermées, comme si elles pesaient des tonnes et sa simple oreille interne lui permettait de comprendre en quelle posture il se trouvait. Il se sentit rapidement comme... soulevé du sol. Sa joue n'était plus froide et il sentait sa tête partir en arrière. Cela faisait mal, comme des coups de marteau réguliers qui lui tapaient à l'arrière du crane, descendant jusqu'à sa nuque, au rythme des battements rapides de son cœur. Le chaton put distinguer une voix proche de lui, mais ne comprenant pas ce qui se disait, préférait se concentrer sur la douleur à sa tête... et à tout le reste de son corps.

    Ce fut l'alcool sur ses blessures et surtout sur ses pieds meurtris qui vinrent le sortir de son état de petite mort. Ses yeux restaient fermés, mais il gigotait très légèrement et tentait de se débattre pour qu'on lui enlève les picotements, en vain. Vouloir gémir, également, était une chose. Le faire en était une autre. Il tentait d'ouvrir la bouche, oubliant totalement ce qu'il se passait autour de lui, et se forçait à émettre des petits sons pour signaler son mécontentement face à ce qu'il sentait. Comprenant que cela ne servait à rien, il se stoppa rapidement et se laisse faire, sentant de temps en temps son esprit partir bien loin de la terre ferme ; de courts moments d'absence où il s'assoupissait, attitude qui montrait son extrême fatigue.

    Nathan put finalement distinguer un mot. Puis deux. La même voix féminine qu'il avait entendit tout à l'heure, qui parlait de gâchis, de fils et de... partage ? Nathan eut un autre moment de lucidité, assez bref, pour réfléchir à ce qu'il venait de se dire. Et rapidement, il en vint à se dire « Mais où est-ce que je suis ? ». Vive les mémoires de poissons rouges, hein ! Récapitulons Nathan, récapitulons. Nous étions en ville, nous étions à une... un spectacle sanglant et... Il y avait lui. Ce grand garçon aux oreilles de chat, dont l'une était coupée en deux... Tout comme la queue de ce chien qui pendouillait de son corps perdant vie. Avait-il souffert tout comme cet inu, ce Monsieur le chat géant ? Ou est-ce qu'il l'avait souhaité ? Est-ce que l'on souhaite réellement de voir ses attributs animales se faire arracher ? L'os qui restait à l'air libre devait être si désagréable, si douloureux, était si disgracieux... Pauvre, pauvre hybride. Cette mort devait bien avoir une raison valable, et Nathan supposait que sa faute devait être atroce, en comparaison à son exécution. ...Et cette nausée qui ne partait pas.

    C'est en entendant un « Au revoir. » hésitant que Nathan perdit toute trace de lucidité et de repos. Un déclic. Sa raison qui avait décidé pendant deux voire trois petites minutes de ne pas faire de choses irréfléchies se mit à le perdre et il paniqua à l'idée de l'abandonner, lui. Son cœur lui permit de se redresser, difficilement, et il agrippa la Usagi qui le soignait des deux mains pour rester assis sans tomber. Une vive douleur à son estomac vint le tordre, il se crispa et se mit à hurler. Pas comme un humain qui crie en faisant un « Ah » bien distinct, non, plutôt comme les chats qui miaulent sur les toits des maisons fermées à clé. En plus fort. En plus brisé. Rempli de douleur. Il l'appelait, Nathan essayait tant bien que mal de l'appeler, mais ses poumons refusaient de lui délivrer l'air dont il avait besoin pour crier assez longtemps. L'Usagi tentait de rabattre le chaton sur son lit d'infirmerie de fortune -dont il n'avait pas réellement conscience-, mais Nathan ne se laissait pas faire et continuer de gémir et miauler du plus fort qu'il pouvait, jusqu'à ce qu'il se retourne. Jamais il n'allait le laisser partir, mais maintenant, pas au moment où il avait trouvé un repaire pour lui...

(je-te-mène-la-vie-dure-BONJOUR)
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Lun 19 Mar - 16:44

Sursaut. Je me retournais, comme tout le monde, vers le Neko qui était la source du bruit. J'eus un pincement au cœur. Pourtant, j'étais toujours résolu à le laisser. Je fis demi-tour, "juste pour le calmer", me dis-je. Je m'approchais du lit et le prit dans les bras.

-S'il te plait, calme-toï.

Qu'est-ce que je pouvais faire d'autre ? Il n'était pas en état de marcher jusqu'au refuge. Et je n'avais pas la force de le porter jusqu'à là-bas. La pomme que je lui avais offerte ayant faillit être mon repas de la journée. Je lui tapotais doucement dans le dos. Je me sentais las.

-Allez, arrête. Tu ne vas pas faire un cinéma, hein ? -Je passais deux doigts sous son menton et lui redressais le visage pour le regarder bien dans les yeux.- Je te laisse ici, on va bien s'occuper de toï. Je reviendrais te voir dans quelques temps, si tu veux. Il faut me comprendre, je ne peux pas m'occuper de toï pour le moment, d'accord ? Ici, tu es à l'abri. Promet-moi d'être sage.

J'avais du mal à parler et à trouver les mots. Il était trop faible pour l’amener ailleurs, de toute manière. J'allais le laisser ici, un point c'est tout. Il fallait juste qu'il soit raisonnable et qu'il se calme. Après tout, on ne se connaissait que depuis quelques heures. Il trouvera surement quelqu'un d'autre pour s'occuper de lui. Ce n'était pas un enfant non plus, il saurait se débrouiller. J'aurais voulu demander à l'Usagi s'il y avait moyen de lui donner un calmant, mais ils étaient réservés à nos soldats. Je le savais très bien. Qu'est-ce que je pouvais faire ? Je n'allais pas non plus rester coincé dans ce refuge. On ne me le pardonnerait pas. Je desserrais mon étreinte.

-On va bien s'occuper de toï ici. Soit sage, ne fait pas de bêtises et écoute-les. Tu verras, ils sont gentils.

Je commençais à me sentir piégé. J'avais hâte de pouvoir partir. Je n'aimais pas trop ce Repaire, trop industriel pour moi. Je voulais vite retourner à la nature, près des gens que je connaissais et que je voulais connaître. Je ne dis pas que le "petit frère" me laissait indifférent, juste que, vu que je ne pouvais pas l'emmener, il me fallait bien le laisser ici. Je ne l'abandonnais pas, car je reviendrais le voir. Mais j'avais d'autres soucis en tête et la survie de la Cause reposait sur mes épaules. Il allait devoir se débrouiller sans moi. Je lui caressais rapidement la joue et lui dit un petit "D'accord ?". Puis je fis à nouveau demi-tour.

_________________


Echos of past events
nudge the tiller on
my present course
I await its reflection
in the future
Nolwe Laka
[ Rebelle ♤ ]
Age : 25
Localisation : Sur la place centrale de la ville!

Feuille de personnage
Race: Elfelin ~ Neko
Pouvoir: Hypermnésie
Inventaire:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Lun 19 Mar - 20:06

    Cela avait « marché », il s'était retourné et s'était rapproché de Nathan qui continuait de hurler à la mort, espérant pouvoir rester avec lui. Un vague « S'il te plaît, calme-toï. » vint lui heurter les oreilles, alors qu'il fut soulevé du sol. Réaction ? Nathan se blottit contre Monsieur le chat géant et lui agrippa le col en tentant de se calmer. Son menton vint à se relever, geste qui lui rappela les désirs de certain de ses clients... et qui vient lui faire frémir les poils de la nuque. Son regard se plongea dans celui du grand garçon, qui lui dit calmement qu'il fallait qu'il fallait promettre d'être sage...

    Nathan se mit à secouer la tête en signe de désaccord. Non, il ne voulait pas le laisser partir et encore moins rester sage alors qu'il pourrait être loin de lui. S'attacher aussi vite à quelqu'un, c'était puéril, et Nathan s'en apercevait, mais son cœur parlait à sa place et il ne voulait pas perdre l'être qui l'avait aidé par simples et bons sentiments. C'était trop cruel de le laisser seul ainsi, et Nathan montrait l'expression la plus triste du monde, surtout quand le chat géant lui fit descendre de ses bras, desserrant son étreinte. Ce n'était pas dans la nature de Nathan de montrer tant de sentiments, peut-être était-ce le manque de nourriture qui jouait sur ses hormones, ou peut-être pas.

    « On va bien s'occuper de toï ici. Soit sage, ne fait pas de bêtises et écoute-les. Tu verras, ils sont gentils. »

    C'est en entendant cette phrase que Nathan perdit tout signe de résistance. Il prit ses paroles comme des ordres qu'il devait exécuter « bien sagement ». Il sentait son cœur se serrait ainsi que son ventre, sous le coup de la tristesse et du stresse. Le chaton hocha bien sagement bien la tête, geste inutile vu que son « sauveur » lui avait déjà tourné le dos. Le chaton resta debout, sans bouger quelques secondes, à le regarder partir, puis brandit la pomme qui était restée sur son lit de fortune. Il la leva au ciel, des deux mains, et la balança sur le sol pour la briser en plusieurs bout. Il les ramassa, le frotta le plus gros bout contre son short -pas trop sali-, et tituba jusqu'au grand garçon, où il tendit le morceau de pomme. Ou plutôt, non, il lui mit dans la main, la referma, puis se recula pour le forcer à la garder avec lui. Les autres morceaux qu'il avait récupéré trouvèrent refuge entre ses cuisses, alors qu'il s'asseyait sur le sol en tailleur, en signe de « Je t'attendrais », ses morceaux à semi écrabouillés entre ses lèvres.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme les Autres Jours [Pv Nathan] Aujourd'hui à 10:43

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Comme les Autres Jours [Pv Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* Esgalduin RPG * :: Esgalduin ¤ Ville :: Place Publique-